Amiante : appel à durcir la réglementation

mercredi 25 février 2009
popularité : 1%

Par Pascal Farcy

Bien que la dangerosité de l’amiante ait été identifiée au début du XXème siècle dans de nombreux pays, il aura fallu attendre 1997 pour que toute extraction, fabrication et transformation de fibres d’amiante soient interdites en France. Entre-temps, ’l’or blanc’ aura eu le temps de faire des dizaines de milliers de morts dans l’hexagone. Une mission d’information du Sénat, en 2005, releva ainsi plus de 35 000 décès depuis le milieu des années soixante jusqu’à l’interdiction de 1997. Pire, compte tenu de la latence des pathologies correspondantes, entre 60 000 et 100 000 décès supplémentaires, directement dus à l’amiante, devraient être enregistrés d’ici à 2020.

Alors que le caractère cancérogène de toutes les formes d’amiante a été officiellement reconnu en France au milieu des années soixante-dix, la réglementation visant à la protection du public et des professionnels, contre les risques liés à l’inhalation de poussières d’amiante, est alignée sur les données de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). C’est ainsi que seules les fibres d’amiante dont la longueur est supérieure à 5 microns, la largeur inférieure à 3 microns et le rapport longueur sur largeur supérieur à 3, sont prises en compte. Les autres types de fibres, les FCA (Fibres Courtes d’Amiante : longueur < 5 microns, diamètre d < 3 microns et rapport L/d ≥ 3) n’existent pas aux yeux de la réglementation actuelle, tandis que les FFA (Fibres Fines d’Amiante : L ≥ 5 microns, d < 0,2 micron et L/d ≥ 3) sont uniquement intégrées que dans le cadre général, à l’exclusion des activités professionnelles.
Or, cette définition qui fait uniquement référence à des considérations techniques, pour un problème qui est sanitaire, interroge la communauté scientifique depuis 2003. A cette date, la publication d’une étude mis en avant que, quelles que soient leurs dimensions, les fibres d’amiante sont potentiellement dangereuses pour l’homme et contribuent au développement de diverses pathologies.

C’est dans ce contexte qu’en 2005, les ministères chargés de l’écologie, du travail et de la santé ont requis l’avis de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) sur les risques pour la santé des fibres actuellement exclues de la réglementation. Venant de rendre ses premiers éléments d’étude aujourd’hui, l’agence préconise une extension de la réglementation à tous les types de fibres pour renforcer la protection des professionnels et de la population. En effet, l’Afsset est arrivée à la conclusion que les ’fibres fines (FFA) ont un effet cancérogène significatif’. Pour les professionnels [1], les ajouter au comptage accroîtrait de 25 % le nombre de fibres comptabilisées… Concernant les fibres courtes (FCA), malgré l’absence de données précises, l’Afsset considère que rien ne permet d’écarter un effet cancérogène. A ce titre, elle se prononce également pour leur prise en compte, d’autant que les FCA peuvent être omniprésentes dans les lieux publics (dalles vinyle amiante, etc.) où les matériaux amiantés se dégradent sous l’effet du frottement.

Si la nature de l’amiante, la nature du matériau (calorifugeage, faux plafond, dalle de sol, flocage…), et dans une moindre mesure les types d’amiante utilisés, influencent les proportions de FCA et de FFA, les analyses menées cautionnent grandement les recommandations avancées par l’Afsset. Les échantillons d’air, prélevés dans ces environnements, présentent en moyenne 90 % de FCA. Mieux encore, il existe des situations, à proximité de matériaux dégradés contenant de l’amiante, où les prélèvements réalisés contiennent 100 % de FCA [2], autrement dit des lieux qui jusqu’alors ne sont pas concernés par la réglementation…

Face à ce constat, et aux conséquences qui y sont liées [3], la France s’alignera-t-elle sur ces proches voisins (Allemagne, Pays-Bas, Suisse) qui ont une valeur d’exposition maximale de 10 F/L (fibre par litre) sur 8 heures quand la valeur réglementaire actuelle française se situe à 100 F/L sur une heure, soit une tolérance 80 fois supérieure…

univers-nature.com


[1Outre les chantiers de désamiantage, l’environnement professionnel actuel concerne les activités au contact avec des matériaux ou produits contenant de l’amiante (asphalte amianté, fabrication de freins, mines, textile, enlèvement, recyclage et amiante ciment)

[2A titre d’exemple, dans une école, alors qu’aucune FLA n’était détectée, les échantillons ont révélé jusqu’à 630 fibres FCA par litre d’air

[3En France, 10 à 20 % des cancers du poumon et 85 % des mésothéliomes (une forme rare de cancer) seraient dus à l’amiante. En 2003, l’amiante a ainsi été à l’origine d’environ 2 000 décès par cancer du poumon et 1 250 par mésothéliome (pour l’essentiel des cancers de la plèvre). Economiquement, le ministère de la santé estime que le coût cumulé sur 20 ans de la prise en charge des victimes de l’amiante devrait être compris entre 26,8 et 37,2 milliards d’euros


Commentaires

Logo de bamakko
Amiante : appel à durcir la réglementation
mardi 6 octobre 2009 à 13h10 - par  bamakko

salut,
je travaille sur la gestion du risque amiante dans les salles et les pratiques du spectacle. vous trouverez par le lien ci-joint les résultats de mon étude en cours.

http://amiantespectacle.monsite.orange.fr/

Logo de bamakko
mardi 6 octobre 2009 à 13h12 - par  bamakko

le risque amiante dans le spectacle

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Annulation essais OGM de 2006

dimanche 30 novembre 2008

La Confédération paysanne vient enfin de se voir notifier à la suite des
recours déposés par le syndicat et d¹autres intervenants l¹annulation par
des arrêts successifs du Conseil d’État dans les dernières semaines de
toutes les autorisations d’essais OGM accordées en 2006.

Ainsi, Biogemma, Monsanto, Pioneer et Syngenta ont semé en 2006, 2007 et
pour certains en 2008 des essais aujourd’hui dépourvus de base légale.

Plus d’infos :
confederationpaysanne.fr

Le Collectif des Faucheurs Volontaires Rhône-Loire