Non à l’expulsion de M. Jude-Mariyathas...

... père d’un enfant gravement malade, vers le Sri Lanka, où sa vie est menacée
dimanche 11 février 2007
par  matthieu
popularité : 1%

Alors qu’il se rendait au temple pour prier pour la guérison de son fils, Monsieur Arulappu JUDE-MARIYATHAS a été arrêté lors d’un contrôle d’identité le 9 février. Un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière lui a été notifié : il peut désormais être expulsé à tout moment.

Monsieur Arulappu Jude-Mariyathas, Tamoul de nationalité sri lankaise, est arrivé en France en 2001, pour demander l’asile politique en raison des événements politiques au Sri Lanka, mettant sa vie et celle de sa famille en danger. Monsieur comme madame Jude-Mariyathas ont été arrêtés, persécutés, torturés, menacés de mort à de nombreuses reprises, en raison de liens présumés mais jamais prouvés avec les Tigres Tamouls.

L’asile politique leur a été refusé en France, en 2002 pour le père, en 2005 pour la mère.

La famille a alors déposé un dossier de demande de régularisation dans le cadre de la circulaire Sarkozy de l’été 2006. Bien que cette famille réponde à tous les critères, elle s’est vue notifier un refus incompréhensible.

Leurs trois enfants, scolarisés depuis leur arrivée en France, sont d’excellents élèves, particulièrement motivés. L’un d’eux a été hospitalisé de mars à juin 2006 à l’hôpital Necker, en raison d’un syndrome de Lyell consécutif à une intoxication médicamenteuse, et qui nécessite des soins et une surveillance médicale constants. Il a été maintenu plus d’un mois dans un coma artificiel. Les séquelles sont majeures, y compris au niveau des yeux : il estt à ce jour en attente d’une greffe de cornée et souffre de séquelles pulmonaires graves. Le traitement approprié et les actes chirurgicaux envisagés par les médecins ne sont pas disponibles au Sri-Lanka, d’autant que la situation sanitaire et sociale du pays est plus que préoccupante. En clair, ce garçon n’est pas en état de survivre à un retour au Sri-Lanka.

(Pour plus d’informations sur le syndrome de Lyell : atlas-dermato)

Depuis le départ de la famille Jude-Mariyathas, les persécutions à l’encontre de la population de Delft ont continué. Des parents de la famille ont été inquiétés, arrêtés et menacés par les milices gouvernementales, ce qui les a conduit à s’enfuir vers l’Inde, où ils sont parqués depuis dans un camp de réfugiés. Monsieur et Madame Jude-Mariyathas sont toujours recherchés. Leurs vies et celle de leurs enfants sont donc gravement menacées en cas de retour.

Depuis début 2006, tous les observateurs internationaux dénoncent une aggravation des violences et des combats dans le nord du pays, devenu le théâtre d’une véritable guerre civile. Les bombardements et les exactions menés à l’encontre des populations civiles ont entraîné le déplacement de plus de 200 000 personnes depuis le mois d’août 2006. Dans ce contexte de terreur, les multiples assassinats visant les membres des associations humanitaires ou de défense des droits de l’homme ont conduit nombre d’ONG à stopper leur travail. Le 19 octobre 2006, Médecins Sans Frontières s’est retiré de la péninsule de Jafna où se trouve Delft, entraînant la suspension de toute activité médicale locale.

C’est donc au milieu de telles atrocités que le gouvernement français veut renvoyer cette famille, la condamnant ainsi à une mort certaine.

Nous, citoyens, refusons que pareille indignité soit commise en notre nom, et que la France aille, en agissant ainsi, à l’encontre de toutes les conventions internationales dont elle est signataire, à commencer par la Convention Internationale des droits de l’enfant.
Signer la pétition

Le site de RESF 93


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Bonne année

dimanche 31 décembre 2017

Informer

lundi 8 février 2016

Le Liban boycotte le salon du Livre

jeudi 28 février 2008

Le ministre libanais de la Culture annonce que son pays boycottera le Salon du livre de Paris, en raison de la participation d’Israël, invité d’honneur de cet événement prévu du 14 au 19 mars.

Une dépêche de l’Agence France Presse indiquait mercredi :

"Le ministère de la Culture va s’abstenir de participer (au Salon du livre) cette année, pour protester contre la décision des organisateurs de nommer Israël comme invité d’honneur à l’occasion du 60e anniversaire de (la) création" de l’Etat hébreu, a annoncé le ministre Tarek Mitri dans un communiqué.

europalestine.com