Quand la police censure deux photographes de l’AFP

jeudi 18 décembre 2008
popularité : 1%

Par Olivier Bertrand

L’intersyndicale et la société des journalistes (SDJ) de l’Agence France presse ont publié mercredi des communiqués pour protester après que deux de ses journalistes ont été empêchés de travailler, mardi, par des CRS et des policiers.

Les deux photographes suivaient une manifestation lycéenne de faible ampleur dnas le centre de Lyon. "Dès le début, raconte Jean-Philippe Ksiazek, des gradés nous ont dit qu’on ne pouvait pas faire de photo cette fois, que c’était interdit. J’ai montré une carte de presse et une policière a pris toute mon identité, très longuement, puis elle m’a dit de me tenir à l’écart car c’était interdit de photographier, pour des questions de droit à l’image des policiers"...

Puis la cinquantaine de lycéens qui se trouvait sur la place a été chargée par les CRS. "J’ai alors fait mon métier", poursuit le photographe. Un policier lui aurait fait une clef de bras et il aurait été conduit à une voiture, tandis que son collègue, Frédéric Dufour, autre photographe de l’AFP, était bloqué contre un mur, une matraque sous le cou. "Ils m’ont demandé mon appareil, continue Jean-Philippe Ksiazek. J’ai bien-sur refusé. Ils me l’ont arraché et ont effacé les photos et la disquette".

Photo (DR) : Deux policiers neutralisent Jean-Philippe Ksiazek

Pour l’intersyndicale (CFDT, CGC, FO, SAJ-Unsa, SNJ, CGT et Sud) de l’AFP, il s’agit d’un "acte de censure intolérable dans une démocratie" et d’une "atteinte grave à notre mission et au droit à l’information pour tous les citoyens". (...) Le comportement des policiers, juge-t-elle, "n’est que le reflet d’une volonté, au plus haut niveau, d’étouffer les mouvements sociaux et leur retransmission dans les médias". L’intersyndicale appelle la direction de l’AFP à "déposer une plainte contre ces agissements qui portent atteinte à la liberté de travailler".

Dans un communiqué séparé, la SDJ "s’inquiète de ces énièmes entraves à la liberté de la presse, à un moment où s’accumulent les pressions de responsables politiques de tous bords envers les journalistes".

libelyon.blogs.liberation.fr


Commentaires

Logo de Patrick Mignard
Quand la police censure deux photographes de l’AFP
jeudi 18 décembre 2008 à 10h01 - par  Patrick Mignard

Deux observations sur cet évènement :

1 - Nous avons là un signe évident d’un glissement progressif, comme dans d’autres domaines, vers un autoritarisme qui se cache de moins en moins.Les mercenaires du pouvoir se croient tout permis.

2 - Parallèlement, une impuissance caractérisée des syndicats qui "protestent", voire "portent plainte"... alors que l’on sait pertinemment que le pouvoir se fout royalement de ce type d’intervention et que la "Justice" est aux ordres.

Que faire me dira-t-on ?

Par exemple donner la consigne aux maximum de journalistes de suivre les manifs lycéennes et étudiantes et systématiquement et massivement tirer des photos de flics et des brutalités dont ils sont les auteurs, que l’on publiera dans un maximum de journaux et sur le net. Ce serait une forme nouvelle de "désobéissance civique".

Mais les bureaucraties syndicales sont trop lâches et trop serviles pour prendre cette initiative et préfèrent jouer le jeu ridicule de la protestation symbolique... laissant à l’initiative personnelle et risquée (on le voit) de quelques photographes courageux de porter témoignage de ces agressions policières.

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Corrida pouah !

mercredi 14 janvier 2015