Du poison à rat dans les ingrédients du vaccin anti-HPV

mardi 25 novembre 2008
popularité : 1%

Par Joanne Waldron

Qu’ont en commun un raticide et le vaccin contre le papillomavirus humain (HPV) ? Réponse : un produit chimique dangereux connu sous le nom de borate de sodium. Le lecteur dégourdi a le droit de se demander ce que fabrique une toxine servant d’habitude à tuer les rats dans la recette du vaccin contre le HPV, actuellement conseillé aux fillettes dès l’âge de neuf, et même à l’étude pour la gent masculine. Hélas, la réponse n’est guère rassurante, en particulier pour les nouveaux résidents des États-Unis, pour qui l’injection anti-HPV au borate de sodium est désormais obligatoire.

Le borate de sodium, c’est quoi ça ?

Le borate de sodium, un sel de l’acide borique, aussi connu sous le nom de borax, a de nombreux usages. En plus de son usage dans le poison pour rats, il sert aussi dans les détergents, cosmétiques, vernis émaillés, retardateurs de flammes, et solutions alcalines en chimie. Cependant, le borate de sodium ayant aussi des propriétés antifongiques, sa raison d’être dans le vaccin découle sans doute de sa qualité de conservateur.

Le borate de sodium est banni des additifs alimentaires

Le borate de sodium est toujours consommé comme additif alimentaire dans quelques pays, mais il est à présent interdit dans de nombreux endroits. Par exemple, un rappel du gouvernement australien remarque sur son site : « Le produit est du Borax (borate de sodium), qui est interdit comme additif alimentaire et qui est dangereux pour la santé. » De cette manière, s’il est « dangereux pour la santé », pourquoi le rajoute-t-on dans le vaccin anti-HPV ?

Il n’est plus utilisé dans les préparations médicales

La US National Library of Medicine indique dans un article que l’acide borique n’est « plus utilisé habituellement dans les préparations médicales. » C’est une bonne chose, aussi, compte tenu du fait que la US National Library of Medicine signale également que cette substance a servi à désinfecter et traiter les plaies, et que les gens « qui ont subi encore et encore ce genre de traitement sont tombés malades, et que certains en sont morts. » En fait, la US National Library of Medicine fournit le numéro du Centre Anti-Poison pour les gens exposés à ce produit chimique, et note que le traitement peut inclure un lavage gastrique (pompage du contenu stomacal), une dialyse, et des injections de liquides par voie orale ou intraveineuse.

Les symptômes de l’intoxication au borate de sodium ressemblent aux effets indésirables du vaccin anti-HPV

Hélas, les informations concernant le borate de sodium deviennent encore plus alarmantes. Un article sur un autre site gouvernemental signale que l’exposition au borate de sodium peut provoquer des convulsions et d’autres effets de santé graves. Ce qui est intéressant, c’est que des jeunes filles vaccinées avec l’anti-HPV ont signalé des symptômes similaires à ceux qui apparaissent en cas d’empoisonnement au borate de sodium. Ce site particulier du gouvernement fournit la mise en garde suivante sur ce produit chimique : « Attention ! Danger en cas d’ingestion, inhalation ou pénétration cutanée. Provoque l’irritation de la peau, des yeux et des voies respiratoires. » Compte tenu de cette information, le borate de sodium est-il vraiment un truc à injecter aux humains ? C’est à peser soigneusement, avec les informations signalées auparavant, avant de choisir de se faire vacciner avec cet anti-HPV objet de polémique.

mondialisation.ca
Article original en anglais, Rat Poison Chemical Found in Ingredient List for HPV Vaccine for Natural News
Article traduit par Pétrus Lombard for Alterinfo.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Annulation essais OGM de 2006

dimanche 30 novembre 2008

La Confédération paysanne vient enfin de se voir notifier à la suite des
recours déposés par le syndicat et d¹autres intervenants l¹annulation par
des arrêts successifs du Conseil d’État dans les dernières semaines de
toutes les autorisations d’essais OGM accordées en 2006.

Ainsi, Biogemma, Monsanto, Pioneer et Syngenta ont semé en 2006, 2007 et
pour certains en 2008 des essais aujourd’hui dépourvus de base légale.

Plus d’infos :
confederationpaysanne.fr

Le Collectif des Faucheurs Volontaires Rhône-Loire