Paris remunicipalise son eau

dimanche 23 novembre 2008
popularité : 1%

Le service de distribution de l’eau avait été privatisé en 1984 par Jacques Chirac au profit de Veolia et Suez.

Conformément à une promesse de campagne de Bertrand Delanoë, Paris va remunicipaliser le service de distribution d’eau potable de la Ville, privatisé en 1984 par Jacques Chirac, et aujourd’hui gérée par Veolia (rive droite) et Suez (rive gauche).

Pour cela, un établissement public industriel et commercial (EPIC) va être créé. Cette régie municipale reprendra les activités de production assurées par Eau de Paris, société d’économie mixte détenue à 70% par la Ville, et celles de distribution, confiées au privé. A partir de janvier 2010, l’EPIC aura la responsabilité de toute la chaîne de l’eau.

Avec un seul opérateur public au lieu de trois, un public et deux privés, il s’agit de « clarifier les responsabilités et simplifier le service », a expliqué ce mercredi la première adjointe Anne Hidalgo, en présentant la décision qui sera soumise lundi prochain au Conseil de Paris.

Pour une municipalité de gauche, il est « emblématique » de soustraire au privé la gestion d’une ressource qui fait « partie des biens communs » et n’est pas une marchandise comme les autres, estime Anne Le Strat (apparentée PS), adjointe chargée de l’eau et présidente d’Eau de Paris. Elle souligne qu’il « y a unanimité de la majorité municipale » (PS, PCF, Verts, MRC).

L’exemple grenoblois

La seule grande ville à avoir remunicipalisé son service de l’eau récemment est Grenoble, qui a réussi à maintenir le prix pour l’usager. D’autres villes comme Castres, Châtellerault ou Cherbourg ont fait de même mais, en France, il y a plus de gestion privée que de régies.

Actuellement facturée à l’usager 2,81 euros le mètre cube TTC, l’eau potable parisienne est la moins chère d’Ile-de-France, et un peu sous la moyenne française (2,9 EUR le m3), selon Anne Le Strat, qui présidera le conseil d’administration de l’EPIC.

Pas de baisse de prix

Par cette « réforme globale », la Ville s’engage à « stabiliser, en euros courants, la part communale du prix de l’eau, malgré un contexte peu favorable qui voit se cumuler augmentation des charges, par le durcissement des normes, et diminution des recettes, par la baisse de consommation ».

Mais il n’y aura sans doute pas pour autant de baisse du prix, en constante augmentation depuis vingt ans. Parallèlement, la mairie réfléchit à un outil de tarification sociale pour éviter les coupures aux ménages les plus démunis.

Reprise des personnels de Veolia et Suez

La future régie - une entité publique à autonomie financière plus souple de gestion qu’une régie directe - pourra faire appel à des groupes industriels privés pour des missions ponctuelles ou spécifiques, comme par exemple la gestion clientèle.

Cette réorganisation complète du service public de l’eau à Paris s’accompagnera d’une reprise des personnels concernés (environ 900 au total issus de la SEM, Veolia et Suez) et « sans perte d’avantages salariaux », selon la mairie, qui a lancé un audit social.

Source AFP
liberation.fr


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois