Amalgames dentaires : toxicité majorée par les téléphones portables

vendredi 14 novembre 2008
par  Estelle Vereeck
popularité : 1%

En pleine polémique sur la nocivité du téléphone portable, une étude établit un lien avec un autre problème de santé publique, l’amalgame dentaire, et montre qu’associés, portable et amalgame au mercure forment un cocktail à haut risque.

Téléphone portable et libération de mercure

L’utilisation d’un téléphone portable amplifie le phénomène de libération du mercure des amalgames dentaires, c’est ce que montre une étude iranienne menée à la Shiraz University of Medical Sciences [1]. Menée sur 14 étudiantes, l’étude a mis en évidence une augmentation significative de la concentration de mercure dans les urines après utilisation d’un téléphone mobile.

"Les radiations micro-ondes émises par le téléphone portable ont un impact significatif sur la libération de mercure" conclut l’étude.

Comme tout métal, ceux présents en bouche interfèrent avec les ondes électromagnétiques. Concernant l’amalgame, on ne s’en étonnera pas, sachant que les métaux composant le plombage sont les mêmes que ceux composant les téléphones portables, qu’on envisage d’ailleurs sérieusement de recycler en amalgames dentaires

Multiples interférences avec les amalgames dentaires

Outre les ondes émises par les portables, l’étude iranienne a montré qu’un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) est également capable d’induire une libération accrue de mercure.

De nombreuses autres sources de champ magnétiques sont présentes dans notre environnement : téléphones portables, antennes relais de téléphonie mobile, Internet sans fil wi-fi, téléphones sans fil DECT, fours à micro-ondes, écrans d’ordinateurs et de télévision, radioréveils, ampoules basse consommation et sans doute d’autres.

Ces ondes électromagnétiques pourraient avoir également un impact en altérant l’amalgame dentaire et en accélérant la libération de mercure.

C’est d’autant plus préoccupant que la technologie évolue de plus en plus vers des dispositifs sans fil impliquant le recours aux ondes magnétiques, comme la technologie Powermat par exemple. Il faut "une longueur d’ondes suffisamment puissante (...) mais pas trop forte sinon le risque pour la santé humaine est réel", cette réflexion du professeur Jean-Charles Jacquemin n’est certes pas de nature à nous rassurer sachant que les amalgames au mercure sont présents chez presque tous nos concitoyens.

Direct au cerveau

Amalgames au mercure et champs électromagnétiques forment une association à haut risque aux effets particulièrement nocifs. En effet, d’après Pierre Aubineau [2]
, chercheur du CNRS, les champs électromagnétiques des portables rendent perméable la barrière hémato-encéphalique, qui protège normalement notre cerveau des toxiques circulant dans le sang. Or, il se trouve que le mercure libéré par ces mêmes champs électromagnétiques a une affinité spécifique pour le tissu nerveux où il se fixe de manière élective.

Ainsi, les ondes électromagnétiques sont doublement nocives :
- d’une part elles favorisent la libération du poison pour la cellule nerveuse qu’est le mercure,
- d’autre part elles lui ouvrent un accès royal, précisément là où son affinité le pousse à se fixer : le cerveau.

Aux nombreuses précautions recommandées pour minimiser l’impact nocif des portables, faut-il ajouter celle de faire déposer ses plombages ?

Attention : déposer ses plombages impose certaines précautions pour éviter une intoxication acccrue au moment du retrait. De plus il est important de réfléchir au choix des matériaux de substitution. Ces questions importantes sont abordées dans le Pratikadent à la rubrique Plombage-dépose, dont un extrait peut être consulté sur le site des éditions Luigi Castelli.


[1Mortazavi SM et coll. Mercury release from dental amalgam restorations after magnetic resonance imaging and following mobile phone use. Pak J Biol Sci. 2008 Apr 15 ;11(8):1142-6


Commentaires

Logo de docteur kohn
etre pragmatique ...
vendredi 14 novembre 2008 à 16h26 - par  docteur kohn

depuis 2002, il y a des personnes qui agite le drapeau, le plus grave étant que des dentistes, achètent en chine des dents et autres amalgames avec des métaux et alliages non homologué et instable pour 150 euros et les revendent 1500-1800 en france, merci la sécurité social, tant qu’en france on ne comprendra pas que la médecine libérale n’a rien à faire dans un système égalitaire ce genre de dérive seront de plus en plus pratiquer ...
à quand le bretenwood de la médecine de l’ordre de vichy ...

Logo de André974
Amalgames dentaires : toxicité majorée par les téléphones portables
vendredi 14 novembre 2008 à 12h17 - par  André974

"...d’autre part elles lui ouvrent un accès royal, précisément là où son affinité le pousse à se fixer : le cerveau."

c’est ça prendre du plomb dans la cervelle ?

désolé mais je n’ai pas résisté,ceci dit le problème est inquiétant et que font les autorités en charge de la santé ?

vendredi 14 novembre 2008 à 13h52

Bonjour André,

Oui, on peut aussi dire travailler du chapeau puisque les premiers contaminées observés furent les modistes qui travaillaient le feutre avec des produits mercuriels, ensuite, il ne reste plus qu’à en baver des ronds de chapeaux pour doucement finir de tirer son chapeau et quitter la scène de la vie...

C’est une tellement longue histoire de mémoires...

Les autorités en charge de santé font la même chose qu’avec Monsieur Mignoni, J 35, c’est à dire rien,

Rien vu, rien entendu, rien dit

Mercuriellement des vôtres,

Bonne journée pour tous,

Catherine.

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Annulation essais OGM de 2006

dimanche 30 novembre 2008

La Confédération paysanne vient enfin de se voir notifier à la suite des
recours déposés par le syndicat et d¹autres intervenants l¹annulation par
des arrêts successifs du Conseil d’État dans les dernières semaines de
toutes les autorisations d’essais OGM accordées en 2006.

Ainsi, Biogemma, Monsanto, Pioneer et Syngenta ont semé en 2006, 2007 et
pour certains en 2008 des essais aujourd’hui dépourvus de base légale.

Plus d’infos :
confederationpaysanne.fr

Le Collectif des Faucheurs Volontaires Rhône-Loire