Un sans-logis molesté par la police à la Part-Dieu

jeudi 11 septembre 2008
popularité : 1%

Encore un exemple (malheureusement presque banal) de violences
policières qui se sont déroulées pendant l’été dans le quartier de la
Part-Dieu. Le témoignage vient d’une personne ayant pris contact avec
l’association Témoins.

Le 7 août 2008 vers 15h, je me rendais en vélo à la Part-Dieu où je devais
rejoindre des amis. Après avoir remonté la piste cyclable de la rue de la
Part-Dieu, je suis arrivé à la hauteur de la route anticycliste Garibaldi.
J’ai dû attendre que le feu passe au vert pour traverser cet axe. À cet
endroit se trouvait un sans-logis qui, vraisemblablement, avait lui aussi
prévu de traverser la même route que moi (il était déjà là avant moi, mais
le feu ici est assez long, supériorité voiture oblige). Lorsque le feu
piétons/vélos est passé au vert, j’ai remarqué au premier rang des
bagnoles arrêtées un véhicule de police qui venait d’arriver.

Le monsieur et moi nous engageons sur le passage soit-disant protégé
lorsque je vois le monsieur happé vers l’arrière. Le temps que je me
retourne, que je pose mon vélo sur l’ilôt au milieu de la route, et que je
comprenne ce qui se passe, le sans-logis était attaqué par les deux
policiers descendus de leur voiture (l’un était en civil, l’autre en
uniforme). Des coups sont partis sur le sans-logis qu’ils ont bloqué
contre la rambarde (il y a un tunnel sous-terrain pour voitures qui passe
en dessous du carrefour et qui est protégé par de grosses rambardes en
béton). J’ai essayé de dire simplement que chacun retrouve son calme.

Puis les policiers ont pris la poche où le monsieur mettait ses quelques
euros et ils ont répandu les pièces sur la chaussée, en plein milieu des
voitures, dont les occupants ne semblaient pas le moins du monde dérangés
et attendaient seulement que le feu repasse au vert pour partir. Les
policiers ont lancé bon nombre d’insultes pendant toute la durée du
passage à tabac, du style "va travailler sale fégnasse", "trouve toi un
boulot
" ou "arrête de vivre sur le dos des gens honnêtes" ; mais aussi des
injures beaucoup plus rudimentaires telles que "connard de clodo" ou "sale
con
", ainsi que bon nombre d’insultes s’apparentant pour la plupart à une
homophobie latente.

Puis lorsque le feu est repassé au vert, les deux policiers sont remontés
dans leur voiture et sont repartis toutes sirènes allumées. La vie a
repris son cours, tout le monde dans sa voiture est parti comme si de rien
n’était.

J’ai aidé le pauvre monsieur à retrouver ses pièces éparpillées sur le
trottoir et sur la chaussée ; je lui ai donné un peu à boire et j’ai
vérifié s’il n’avait pas de blessures apparentes.

Voilà, je suis non seulement révolté contre ce qu’a fait la police ici, en
pleine ville, mais encore plus quand je vois que personne d’autre à part
moi n’a eu le bon sens d’intervenir et d’aider la victime.

Une telle attitude de la part de la police et plus encore des citoyens
laisse présager des temps bien noirs, où plus personne ne saura se mettre
en colère.

L’association Témoins rappelle que ses permanences / réunions
mensuelles ont lieu :
- le deuxième jeudi de chaque mois à la Luttine (91, rue Montesquieu -
dans le 7ème arrondissement de Lyon)
- le quatrième mardi de chaque mois au Centre Social Autogéré (18, rue
des Tables Claudiennes - dans les pentes de la Croix-Rousse).

N’hésitez pas à appeler si vous êtes victimes ou témoins de violences
policières.
Numéro de téléphone de l’association Témoins : 06-43-08-50-32

rebellyon.info


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Corrida pouah !

mercredi 14 janvier 2015