José Bové et les faucheurs d’OGM lancent le mouvement des semeurs volontaires

jeudi 17 juillet 2008
popularité : 1%

Le leader altermondialiste José Bové a annoncé dimanche le lancement du mouvement des semeurs volontaires, en marge de l’Assemblée générale du collectif des faucheurs volontaires qui s’est déroulé de samedi à lundi à Grigny (Rhône).

"Nous avons décidé de lancer le mouvement des semeurs volontaires, afin d’élargir notre action", a déclaré M. Bové lors d’une conférence de presse organisée sur les bords du Rhône.

"L’objectif est de dénoncer toutes les formes de privatisation du vivant, en permettant des échanges gratuits de semences", a-t-il expliqué.

Actuellement, seules les semences ayant obtenu un certificat sont référencées dans le catalogue des semences et autorisées à la vente. Elles sont généralement fabriquées par des grands groupes, ce que les faucheurs volontaires veulent contrecarrer.

"On va lancer un mouvement d’échanges gratuits et désobéir en plantant dans son champ, dans son potager ou sur son balcon des semences interdites", a indiqué M. Bové en soulignant ne pas savoir à quel type de poursuites son mouvement s’expose.

"Il ne s’agit pas d’un changement d’objectif", a insisté le leader altermondialiste. "S’il y a besoin de faucher, nous continuerons de faucher", a-t-il prévenu, rappelant son opposition à la loi OGM.

"On se bat depuis 11 ans contre les OGM parce qu’ils sont brevetés et qu’à travers ces brevets, les firmes essaient de privatiser le vivant", a-t-il expliqué.

"Aujourd’hui d’autres firmes s’appuient sur les Certificats d’obtention végétale (COV) pour obliger les paysans et tous les gens qui font du jardinage à racheter tous les ans leurs semences" , développe-t-il.

"C’est un nouveau hold-up sur les paysans et sur les citoyens qui utilisent des semences" , a renchéri M. Bové.

La "privatisation" des semences est apparue au milieu des années 90, "lorsque il a été décidé que les aides publiques devaient être orientées et données uniquement lorsqu’on utilisait des semences du commerce", explique François Dufour, membre du collectif des faucheurs volontaires de la Manche.

"On a fait payer l’ensemble des agriculteurs et une poignée de semenciers s’est approprié le droit de gérer les semences qui étaient inscrites à l’intérieur du catalogue", a-t-il déploré.

Le mouvement des semeurs volontaires devrait connaître un temps fort le 28 octobre prochain à l’occasion de la 15e session du Comité international de bioéthique de l’Unesco à Paris.

"Nous appelons l’ensemble des organisations paysannes, de l’agriculture biologique et des mouvements environnementalistes à coordonner un contre-sommet pour la liberté des semences", a-t-il lancé.

Ce contre-sommet se tiendra à Paris, dans un lieu qui reste à définir.

relayé par : terresacree


Commentaires

Logo de Gilles LECOQ
José Bové et les faucheurs d’OGM lancent le mouvement des semeurs volontaires
samedi 19 juillet 2008 à 02h54 - par  Gilles LECOQ

Bonjour,

Intéressant, en effet, cette idée, je la trouve même pour ma part,tellement géniale que je me demande comment nous n’y avons pas pensé avant. Un ami boulanger m’a expliqué que la farine de "Kamut", une espèce de céréale ancienne,je présume, excusez-là mon ignorance en la matière,ne pouvait être cultiver qu’au Canada, une firme canadienne ayant certainement obtenu le "brevet de cette plante" !!
C’est quand même hallucinant de constater que l’on puisse, sous couvert de travaux pseudo-scientifiques, s’arroger le droit de cultiver une plante qui se trouvait sur cette Planète bien avant que même les arrières-grands-parents de ces mêmes chercheurs envisagent simplement le fait d’avoir un jour des enfants, s’autorisent de décider que maintenant, seule, une poignée de "cultivateurs" génétiquement sélectionnée, peut-être, allez savoir, avec la "Science",pourrait ensemencer leurs champs avec ce hold-up sur le vivant !!
Et pourtant, cet exemple montre comment ces "gens là" s’autorisent en toute illégalité morale et éthique, à mon goût, une "égalité" financière et commerciale, hérissée de lois et de dépôts de brevets qu’eux mêmes ont mis en place et contrôlent comme bon leur semble, dans le genre OMC, pour imposer au reste de la Terre, une dictature sournoise, pernicieuse et totalement arbitraire, dans ce que peut planter et récolter le genre humain pour survivre.
Alors si c’est également pour contrecarrer les projets indécents et affameurs d’une Monsanto Corporation, allons y gaiement, et plantons, plantons, nous ne ferons que nous réappropier un "bien" qui, de toute façon, historiquement parlant, nous appartient.
Ni Adam et Eve, me semble-t-il, n’ont déposé de brevets suite à leur expulsion du Paradis, ce qui a entraîne leur venue sur Terre, et donc, suivant cette "doctrine religieuse", si chére aux dirigeants de ces sociétés nord-américaines, Dieu, paraît-il protège les USA, nous pouvons donc, en toute quiétude béate, nous autoriser le Droit, quasi Canon et Divin, de les emmerder un tantinet.
Bonnes plantations à toutes et à tous, et penser, bien sûr, à "récolter" l’eau pluviale pour les arrosages.
G.Lecoq.

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

NDDL : NON quand même !

mercredi 22 juin 2016
[

Je pense donc je gêne !

samedi 16 avril 2016

Éthique & animaux

jeudi 14 avril 2016

NON aux grands projets inutiles

dimanche 5 juillet 2015

CETA TAFTA : NON

lundi 2 juin 2014