Bonne nouvelle pour les francophones...

...La numérisation de masse de la Bibliothèque Nationale de France est lancée
dimanche 30 décembre 2007
popularité : 1%

par Michel PORCHERON

On voit enfin le bout du tunnel de ce projet qui lancé il y a une dizaine d’années a connu maintes péripéties : en France, la bibliothèque numérique est entrée dans les faits.

« A l’ère des nouvelles technologies, du web 2.0 et de l’offensive des baleines privées du réseau type Google, il était plus que temps. La vieille dame se lance dans un projet de numérisation de masse de ses documents », lit-on (14 novembre) sur le site libération.fr

Mardi 13 novembre, le président de la Bibliothèque Nationale de France (BNF) Bruno Racine, nommé en mars dernier et succédant à Jean-Noël Jeanneney, a annoncé en effet plusieurs mesures « décisives » (Le Monde 14 novembre) : avant l’été 2008, les 90.000 volumes de la collection virtuelle Gallica de la BNF seront tous consultables en mode texte, c’est à dire de manière «  interactive » (Le Figaro) des Œuvres complètes de Rutebeuf au Lys dans la vallée de Balzac. Il facilitera notamment la recherche par mot à l’intérieur des textes, l’ouverture d’espaces personnels, la possibilité de créer des groupes, voire des alertes. La BNF travaille même déjà, selon libération.fr, dans la perspective du web sémantique, notamment avec des systèmes qui génèrent des liens entre des textes qui se citent les uns les autres.

Et avant fin 2010, 400.000 ouvrages imprimés seront disponibles en ligne. Soit l’équivalent de 45 millions de pages. Ainsi, en matière de numérisation de ses richesses, la BNF fait un pas quantitatif considérable. Le coût de l’opération, 8 millions d’euros par an, est alimenté par une taxe sur les appareils de reproduction.

Depuis quelques jours, on pouvait déjà naviguer sur la nouvelle version de son site : http://gallica2.bnf.fr. Déjà 2 100 ouvrages sont en mode texte.

Jusqu’ici et depuis 2000, l’internaute francophone avait accès aux 90.000 volumes de Gallica (lancée à l’industriel en 1997) mais numérisés en mode image. Avec cette première version de Gallica, on avait là « l’une des plus importantes bibliothèques numériques » (Le Figaro) accessible gratuitement sur Internet.

On entre donc dans l’ère de Gallica 2. « Nous sommes en train de passer de l’artisanat à l’ère industrielle, des morceaux choisis aux œuvres complètes », a considéré Bruno Racine.

Parmi les mesures annoncées, figure un accord capital. «  J’ai passé en septembre le premier marché de numérisation de masse. » La BNF a signé en effet avec la Safig, un consortium d’entreprises privées, un accord visant à numériser 100 000 ouvrages par an. Les premiers ouvrages numérisés seront consultables dès mars 2008. Selon Le Monde, l’accroissement se fera ensuite au rythme de 8 000 documents par mois. Ce chantier, qui implique aussi la mise en place de structures de stockage fiables, devrait coûter au total 25 à 26 M€, a rapporté Le Figaro.

Un million d’ouvrages

Bruno Racine a indiqué toutefois qu’il « ne faudra pas s’arrêter là ». Pour la BNF, un objectif « raisonnable » pourrait être de mettre en ligne un million d’ouvrages en dix ans. «  Ceci permettrait de satisfaire la moitié de notre demande puisque aujourd’hui nous savons que sur les 12 millions de documents que nous conservons, 50 % de la demande porte sur un million de références », a indiqué pour sa part Arnaud Beaufort, directeur des services et des réseaux.

« Aujourd’hui sont numérisés des ouvrages libres de droit, a rappelé Bruno Racine. Il est décisif de mettre en place un système d’accès aux livres encore sous droits, afin d’éviter la situation de piratage à laquelle est confronté le disque ». Pour cela un autre accord a été signé avec le Syndicat national de l’édition (SNE) portant sur l’accès public aux textes qui ne sont pas tombés dans le domaine public (ceux publiés après 1925). La formule d’accès payant devrait être présentée à Paris, lors du Salon du livre du printemps 2008. Le résultat positif de cette démarche est d’autant plus important qu’il devrait servir d’exemple pour des bibliothèques numériques d’autres pays de l’Union européenne.

Ainsi, la BNF, dite aussi de Tolbiac (le quartier), ajoute une cinquième tour, virtuelle celle-là, aux quatre imposantes qui la composent, dominant la Seine.

Au niveau européen, une bibliothèque numérique (la fondation European Digital Library - EDL) a vu le jour à La Haye, en septembre, a rappelé Le Monde. Elle est le fruit de l’appel lancé, en 2005, par Jean-Noël Jeanneney, pour concurrencer Google, le moteur de recherche américain. Dès janvier 2008, un prototype devrait être subventionné par la Commission européenne. Et en novembre 2008, il devrait fixer les règles de numérisation des institutions patrimoniales de l’Europe (bibliothèques, musées, archives, audiovisuel). Ce projet beta de la future Bibliothèque numérique européenne (BNE) sera mis en chantier par une Française, Catherine Lupovici, responsable du département de la bibliothèque numérique de la BNF.

Lire aussi
pcinpact.com
pcinpact.com
zdnet.fr
tlaxcala.es


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois