Quotas de pêche 2008...

... La base du marchandage est sur la table.
lundi 17 décembre 2007
popularité : 1%

Le 12/12/07 – À une semaine de l’ouverture du traditionnel "marathon" de Bruxelles sur les droits de pêche, la Commission européenne a rendu public ses propositions de TACs (Totaux Autorisés de Captures) pour la campagne 2008.

« Dans le processus de décision à 3 niveaux, les scientifiques livrent leur diagnostic, la Commission propose et les ministres des pêches disposent. Le grand marchandage entre États-membres va mettre en pièces les recommandations de la Commission et s’asseoir allègrement sur l’expertise scientifique. C’est tous les ans la même chose ; c’est comme cela que les pêcheries européennes fonctionnent depuis plus de 20 ans. » explique Stephan Beaucher, chargé de campagne Océans de Greenpeace France.

Les propositions de TACs s’appliquent à 96 stocks (combinaison entre espèce et zone géographique). Sur 96 propositions, par rapport à la campagne 2007, la Commission propose :

* 19 stagnations ;

* 67 diminutions dont 20 supérieures à 20% (5 de plus de 30%) ;

* 10 augmentations : 7 de 3% et 3 supérieures à 15%.

Pour le merlan bleu : (6 800 000 tonnes en 2007), la Commission propose une réduction d’un tiers de ce tonnage reconnaissant ainsi qu’elle avait laissé « filer » le tonnage l’an dernier.

Autre stock stratégique, le hareng : suivant les zones, la Commission propose des réductions comprises entre 8 et 25%, ce qui apparaît comme une demande minimale au regard de la pression que subit cette espèce.

Les requins sont présents dans cette liste, avec une demande de réduction de 25% sur le chien de mer (3 669 tonnes en 2007). Pour le requin taupe qui n’était pas soumis à TAC, la Commission propose un tonnage de 422 tonnes, ce qui constitue une reconnaissance tardive du piètre état dans lequel se trouve le stock.

Le marathon de Bruxelles intervient au moment même où un rapport de la Cour des Comptes Européenne met en lumière la faillite totale de l’Europe sur la mise en place d’un système de contrôles des pêcheries.
Quelques exemples de cette gabegie :

* L’Espagne a reconnu avoir "oublié" de déclarer 150 000 tonnes de captures pour la seule année 2005.

* En France pas moins de 8 services de l’État interviennent dans le contrôle des pêches, ce qui laisse de larges "trous noirs" en raison des difficultés, voire de l’absence de coordination.

* En Italie un contrôle de routine a révélé que sur six bateaux, deux d’entre eux n’émettaient plus de signaux VMS (balise satellite) depuis plus d’un an.

« Au-delà du constat factuel, les auditeurs de la Cour des Comptes démontrent que les outils de compilation et de vérification élémentaire n’existent pas. Quand on ne met pas en place les outils, c’est le signe qu’il n’y a aucune volonté politique de contrôler la pêcherie. Greenpeace appelle les ministres à prendre la mesure de leur responsabilité en intégrant pleinement le diagnostic des scientifiques dans leur décision et non simplement les données socio économiques du secteur de la pêche. Il n’y aura pas de pêche durable sans stocks sains et il n’appartient qu’à eux qu’ils le redeviennent. Plutôt que de crise de la pêche on ferait mieux de parler de crise de la ressource, ce serait plus conforme à la réalité » commente Stéphan Beaucher.

www.greenpeace.org


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars 2018

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant