Démagogie autour de la dépouille du Clémenceau

mercredi 17 mai 2006
popularité : 2%

L’impact médiatique autour de l’acharnement de l’Etat à se débarrasser du Clem au mépris de ses engagements internationaux aurait pu être un atout pour chacun :
L’Etat lui-même,
Les ONGs qui cherchent à améliorer les conditions de démantèlement des navires,
Les ouvriers des chantiers de démolition asiatiques,
L’environnement,
L’Union Européenne.

Reçu de Jean-Marie

Au lieu de cela, l’Etat s’est arc-bouté sur le mensonge qui faisait du Clem un navire de guerre (le chantier indien avait acheté de la ferraille pas un navire de guerre).
Les ONGs tenaient leur os à ronger et semblaient plus dans une logique de communication que de construction.

Chacun est conscient que le démantèlement des navires en Asie pose des problèmes au plan social, à celui de la sécurité des travailleurs locaux, au niveau environnemental, au plan éthique également, puisque ce sont pour une grande part les navires appartenant à des armateurs originaires de pays riches qui se débarrassent dans des pays pauvres ou en voie de développement de leurs vieux bateaux au prix de la ferraille, se lavant les mains de la manière dont tout cela est traité.

S’il est possible d’organiser dans chaque pays le recyclage des biens de consommation, ce n’est pas chose aisée pour ce qui est des navires. On voit mal comment Panama, le Libéria, Malte et Chypre, pour ne citer qu’eux, pourraient s’équiper pour démanteler les navires auxquels ils ont complaisamment donné leur pavillon.

Le démantèlement est donc délocalisé et obéit aux lois du marché.
Le propriétaire du navire se contente de négocier un prix de vente avec un chantier de démolition, souvent indien ou bengali, lequel chantier revend l’acier récupéré.

La marge obtenue par les chantiers de démolition ne leur permet pas de s’équiper aux normes. S’ils le faisaient, ils augmenteraient leurs coûts et se retrouveraient avec un prix de revente de l’acier récupéré trop cher pour le sacro-saint marché.
Du pays de la métempsychose, ce n’est sans doute pas un hasard, les navires nous reviennent sous forme de machines à laver ou de congélateurs.
Il est enfin admis aujourd’hui par les opinions publiques, que l’utilisateur d’un produit ne peut se désintéresser de ce qu’il devient en fin de vie.
Partant de ce principe, l’armateur, utilisateur du navire, doit être financièrement associé au coût du démantèlement de son navire.

Un navire en fin de vie ayant connu plusieurs propriétaires, il ne serait pas équitable de faire peser la charge du coût sur le dernier propriétaire.
Une des solutions serait de constituer un fonds alimenté par les armateurs tout au long de la vie du navire sous la forme d’une somme forfaitaire perçue à chaque escale du navire.
Cette idée d’un fonds international qui permettrait d’équiper les chantiers de démantèlement et d’y améliorer les conditions sociales et environnementales est entre les mains de l’OMI, l’Organisation Maritime Internationale et de l’OIT, l’Organisation Internationale du Travail.

Force est de reconnaître que les discussions peuvent durer encore fort longtemps, qu’elles déboucheront certainement sur un projet de convention.qui sera soumis à ratification.qui entrera en vigueur si.si.etc.etc. on connaît cela par coeur. Il est clair qu’on n’est pas rendu au bout du chemin.
L’impact médiatique de l’agonie du Clemenceau aurait certainement permis la mise en place d’un fonds européen de démantèlement des navires comme l’impact médiatique des marées noires de l’Erika et du Prestige a permis la mise en place du Fipol supplémentaire.

Il est utile de rappeler qu’en cas de marée noire sur nos côtes, une somme d’environ 900 millions d’euros serait aujourd’hui à la disposition des victimes en lieu et place des 182 millions d’euros pour les victimes de l’Erika et des 171 millions d’euros pour celles du Prestige.
Petite parenthèse : 6 ans et demi après le naufrage de l’Erika, le Fipol a payé seulement 117 millions d’euros sur les 182 disponibles, 3 ans et demi après celui du Prestige, 57 millions sur les 171 disponibles.

Quand on vous dit que ça marche bien le Fipol...

A la suite des naufrages de l’Erika et du Prestige, l’Union Européenne a fait savoir au monde maritime que, si le fonds international, le fameux Fipol, n’était pas augmenté de façon significative pour faire face au coût économique réel d’une marée noire, elle mettrait en place son propre fonds, le fonds COPE doté d’un milliard d’euros.

L’UE représentant 40% du Fipol, la mise en place du fonds européen signifiait la mort du Fipol et par voie de conséquence une remise en cause de l’OMI elle-même.
Le monde maritime a reçu le message 5 sur 5 et s’est dépêché de proposer un fonds supplémentaire, entré en vigueur en mars 2005.

Il a fallu 2 catastrophes pour que le poids des opinions publiques permettent à l’UE de faire entendre sa voix et d’imposer au monde maritime international cette mesure tant attendue et rendue possible par la détermination de Mme Loyola de Palacio, Commissaire européen aux transports, et de son équipe.
Nos sociétés fonctionnent dans l’urgence et sous la pression médiatique.

La médiatisation de l’agonie du Clemenceau aurait sans doute permis une avancée du même type pour peu que les uns et les autres aient bien voulu sortir de leur vision égocentrique du problème.
Plutôt que de s’acharner à vouloir faire revenir le Clemenceau en France ce qui ne résoudra pas le problème des autres navires, il aurait fallu en faire l’outil qui aurait permis une avancée concrète en matière de démantèlement des navires.
Les ONGs auraient pu proposer à l’Etat français de les aider à mettre en place un fonds européen.
Il est logique que nous participions financièrement à la mise aux normes de ces chantiers qui recyclent nos déchets.

Il faudrait bien sûr évaluer les besoins, mais sur la base moyenne de 120 000 escales annuelles dans les ports européens, une taxe de 100 euros, sans effet sur le coût du transport, dégagerait 12 millions d’euros annuellement.
L’Union Européenne pourrait avancer les sommes nécessaires à l’équipement de certains chantiers et se faire rembourser par le fonds.
L’Etat français aurait pu provoquer une consultation réunissant des représentants d’ONGs, de la Commission européenne et du Parlement européen pour jeter les bases de ce fonds européen qui aurait permis de gagner plusieurs années sur le problème du démantèlement des navires.

L’Union Européenne aurait ouvert la voie, se serait affirmée face au monde maritime.
Tout n’aurait pas été mis en place immédiatement d’un coup de baguette magique, mais les bases d’une vraie action concrète auraient pu être posées.
« En échange » de cette initiative concernant tous les bateaux, on aurait laissé le vieux Clem mourir tranquille sur une plage indienne tout en surveillant de près les conditions de son démantèlement.

Au lieu de cela, on a assisté à un combat de chiffonniers. On est même allé jusqu’à s’inquiéter, à juste titre bien entendu, de la santé des ouvriers indiens qui l’auraient dépecé.
Que ne s’inquiète-t-on pas, au quotidien, de la santé des millions de personnes qui sont écartées de « la formidable fête économique planétaire » pour reprendre les termes d’un banquier en vue ?
On fait un pataquès avec le Clemenceau pendant que des dizaines de navires bourrés d’amiante continuent à se faire démolir sur les plages indiennes et bengalis dans l’indifférence générale.
La mort du Clem aurait pu rester dans les annales comme le point de départ d’un nouveau comportement Nord-Sud en matière de démantèlement des navires.

On n’en est pas là, loin s’en faut.

Le Clem va traîner sa misère pour quelque temps encore dans une surenchère démagogique.
Jusqu’au Maire de Brest qui s’inquiète pour son rassemblement de vieux gréements en 2008.
Ca fait des années qu’il s’accommode très bien de la base de sous-marins nucléaires de l’Ile Longue !
La présence du vieux briscard qui refuse de mourir perturberait une fête que la présence de têtes nucléaires ne dérangerait en rien ?

Un jour, il faudra bien arrêter de prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages.

Cordialement
Jo Le Guen
www.joleguen.net


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Sans papiers

mardi 3 juillet 2007

Selon le quotidien O Globo, les autorités brésiliennes ont infligé une amende à la compagnie Alitalia pour avoir transporté deux voyageurs sans papiers, arrivés à Sao Paolo le 9 mai dernier.

Le premier, connu sous le nom de Benoît XVI, s’appelle Joseph Ratzinger.
Le second, Tarcisio Bertone, est secrétaire d’Etat du Vatican.
Ni l’un ni l’autre n’avait songé à emporter son passeport.
O Globo ne précise pas si les deux clients d’Alitalia avaient subi le contrôle de sécurité au départ de Rome.

Les photos montrent pourtant, très distinctement, un objet métallique assez volumineux, en forme de croix, sur la poitrine de l’un et de l’autre.
Il serait étonnant qu’à leur passage le portique n’ait pas sonné.
A-t-on procédé alors à une fouille manuelle ?
Les longues robes des deux voyageurs - blanche pour le premier, noire avec une ceinture rouge pour le deuxième - devaient bien cacher quelque livre subversif.

Peut-être même le plus subversif de tous : celui qui invite à aimer ses ennemis, tendre l’autre joue et accueillir l’étranger, même sans papiers.

Transmis par Linsay

rougemidi.org

Martin Hirsch a des absences...

mercredi 27 juin 2007

Reçu de Daniel Deriot

Mercredi après midi, près d’une centaine de familles de mal logés de PARIS ont envahi un amphithéatre du Conservatoire National des Arts et Métiers,ou se déroulait un colloque intitulé "travailleurs pauvres et action sociale : nouvelle question sociale ? de l’impensé vers l’action..."Le Haut Commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, M.Martin HIRSCH aurait dû conclure cette rencontre, mais il ne s’est pas déplacé.

Alors que se terminait le quatrième mini forum de ce colloque organisé par l’École Supérieure de travail Social de PARIS, près d’une centaine de familles ont envahi un amphithéatre du C.N.AM (Paris 3éme) et ont déployé une banderole sur laquelle l’on pouvait lire "Mal logés en colère, non aux expulsions ". Les manifestants souhaitaient attirer l’attention de M.HIRSCH qui n’est autre que l’ancien président d’EMMAUS FRANCE sur les conditions de logement que rencontrent un nombre croissant d’habitants de l’Ile de France.

Le tout nouveau haut Commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté ne s’est pas déplacé, il devait conclure ce colloque de deux jours qui a regroupé des étudiants, des chercheurs et acteurs de l’action sociale autour des thèmes de la nouvelle pauvreté, de la valeur travail et de la construction du lien social... Les participants ont néanmoins mis à profit la fin de ces deux jours pour nouer des liens avec les familles en difficultés qui entendaient faire droit à leurs revendications avec une certaine détermination.