Le faux-nez vert de Macron

samedi 30 novembre 2019
popularité : 40%

Par Yann Fiévet

Face au péril climatique et aux divers avatars de l’écocide en marche les classes politiques du monde entier se doivent de virer rapidement de bord, ne plus hésiter à passer au vert dare-dare. Ainsi, il paraît que depuis l’été dernier Emmanuel Macron donne l’exemple en la matière. Un an après la démission fracassante de Nicolas Hulot l’ancien banquier d’affaires aurait enfin amorcé sa conversion vers l’écologie. Les médias les plus prompts à bien relayer la doxa officielle du pouvoir en place se sont bien sûr empressés de se faire l’écho de ce qui pourtant apparaît déjà comme une nouvelle fable à gogos. Certes, une telle conversion ne peut s’improviser. Si un jour elle doit exister, elle prendra un temps certain. Il est probablement possible de faire accepter ce réalisme. Cependant, les quelques annonces tonitruantes à coloration verte des derniers mois en France sont tellement contradictoires avec la poursuite des trajectoires habituelles qu’il est impossible de se laisser berner ne serait-ce qu’une seconde.

L’actualité étant de plus en plus brûlante du côté de l’écologie les politocrates ne peuvent plus se payer le luxe de trop rester à la traîne. Il est temps qu’ils verdissent sensiblement leur discours, qu’ils prennent enfin la mesure de la crise écologique en décidant quelques mesurettes que la gonflette médiatique se chargera de populariser. On prononcera l’abandon de quelques projets d’envergure, au grand dam des bétonneurs patentés, pour mieux préserver l’essentiel de leurs rentes foncières et immobilières. C’est ainsi que fut sacrifié tout récemment sur l’autel de la Croissance toujours indéfectiblement espérée le projet Europacity. Le monstrueux complexe commercial, maladroitement déguisé en objet de loisirs, nous était promis pour 2027 dans le Triangle de Gonesse, grand périmètre de terres très fertiles situé entre les aéroports du Bourget et de Roissy-CDG. Promu depuis 2010 par la filiale immobilière du groupe Auchan, alliée plus récemment au chinois Wanda, le projet était conditionné à la construction d’une gare « en plain champs », ajoutée au Grand Paris Express sur intervention du clan Mulliez auprès de Nicolas Sarkozy quand ce dernier occupait l’Élysée. La promesse de dix mille emplois créés que des analyses indépendantes sérieuses démontèrent superbement – malheureusement non relayées par les médias de masse – était comme toujours l’alibi commode pour faire accepter le projet aux populations alentour. Le projet promettait également d’être « vertueux » à l’égard de l’environnement, ce dont certaines instances qualifiées ne furent pas dupes et le firent savoir en temps utiles.

C’est le 7 novembre dernier que Le gouvernement prit la décision, à l’occasion d’une séance du Conseil de défense écologique, d’annuler le projet Europacity. « Le Triangle de Gonesse mérite mieux », déclara la ministre de la transition écologique, Élisabeth Borne. « C’est un projet qui répond à une conception datée de l’aménagement du territoire et d’un certain modèle de consommation qui ne répond plus aux attentes de nos concitoyens », ajouta la ministre. Elle annonça ensuite le lancement d’une « mission qui aura pour objectif de proposer, avec les élus, une vision d’avenir pour le territoire et d’esquisser un autre projet ». Cela « nous permet d’afficher la couleur verte », revendiqua l’Élysée. Quel aveu ! Outre cet affichage revendiqué sans ambages, l’inquiétude demeure : si Europacity semble définitivement enterré il n’est en rien mis fin à la menace d’artificialisation des terres du Triangle de Gonesse. Du reste le projet de gare champêtre, à un kilomètre et demi de toute habitation, n’est, quant à lui, pas abandonné !

Cependant, un autre élément pèse dans la balance de l’abandon du projet du tandem Auchan-Wanda. La décision du renoncement est intervenue dès le retour de Chine du Président Macron. Or, le conglomérat chinois Wanda, dont les activités vont de l’immobilier à l’hôtellerie et du sport au cinéma, est dans la tourmente. la volonté de Pékin est de mettre un peu d’ordre dans l’endettement et la frénésie d’expansion internationale des plus gros conglomérats du pays : HNA, Fosun, Anbang et Wanda. À eux quatre, ils auraient en effet dépensé quelque 70,4 milliards d’euros dans des fusions-acquisitions à l’étranger depuis 2013. En août dernier, le Conseil d’État chinois a ainsi publié une liste des secteurs où les sociétés du pays, qu’elles soient publiques ou privées, ne pouvaient plus investir à l’étranger. Figurent dans la liste « l’immobilier, l’hôtellerie, les loisirs, les clubs de sport, les industries dépassées » ainsi que le jeu, la pornographie, et tout projet dans des pays jugés risqués. De plus, Pékin interdit au patron du groupe Wanda et à sa famille de quitter le territoire chinois. Cela faisait sans doute beaucoup trop dans une escarcelle déjà bien garnie par les opposants au projet Europacity très actifs dans le Val d’Oise depuis 2011. [1]

Enfin, il reste ceci : ce projet « d’un autre âge » empoisonnait l’Élysée et Matignon depuis sans doute assez longtemps. C’est peut-être pour cela que Ceetrus, la filiale immobilière du groupe Auchan, s’est vue offrir par avance en 2018 un gros lot de consolation. C’est en effet Ceetrus qui devrait construire la nouvelle gare du Nord à Paris, gigantesque projet destiné à faire de cette gare, déjà la plus grande d’Europe par son trafic, un immense centre commercial pour les JO de 2024. C’est, hélas, le sort qui semble désormais réservé aux grandes gares qui, contrairement à ce que croient encore les voyageurs naïfs, ne sont plus des lieux où l’on se rend principalement pour prendre son train. Alors, Monsieur Macron, pour que l’on croit sincère votre passage au vert il va vous falloir mettre un terme à ces contradictions majuscules. Et, le temps presse !

Yannn Fiévet

Le Peuple Breton
Décembre 2019


[1Rassemblé dans le Collectif Pour le Triangle de Gonesse nonaeuropacity.com, cptg.org


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info