Sur l’île d’Oléron, la justice autorise le coq Maurice à continuer de chanter

Cette affaire opposait les propriétaires du coq et des voisins incommodés par le bruit matinal du volatile. Maurice est devenu une figure locale et a obtenu le soutien d’élus
lundi 16 septembre 2019
popularité : 1%

Il est devenu une figure locale, le symbole d’une ruralité à défendre… Le coq Maurice a été « relaxé » par la justice, jeudi 5 septembre, dans une affaire qui opposait ses propriétaires et des voisins incommodés par le chant matinal de l’animal dans la commune de Saint-Pierre-d’Oléron, en Charente-Maritime. Le tribunal correctionnel de Rochefort a rejeté leur plainte et jugé que le volatile pouvait continuer de chanter.

« Maurice a gagné et les plaignants devront verser à sa propriétaire 1 000 euros de dommages et intérêts », a fait savoir Julien Papineau, l’avocat de la propriétaire du coq, Corinne Fesseau, à l’Agence France-Presse (AFP). Monsieur Papineau a expliqué que sa victoire tenait notamment au fait qu’« en Droit français il faut faire la preuve d’une nuisance, et elle n’a pas été faite ». Ni les plaignants ni leur défenseur n’étaient présents.

« Je suis sans voix. On leur a volé dans les plumes. C’est une victoire pour tous les gens dans la même situation que moi. J’espère que cela fera jurisprudence pour eux », s’est félicitée Mme Fesseau devant le tribunal de Rochefort. « Tout le monde va être protégé derrière : les cloches, les grenouilles… », a-t-elle ajouté, en allusion aux autres querelles de voisinage liées aux bruits, qui émeuvent depuis quelque temps le monde rural, opposant souvent gens du cru et néo ruraux. « Pourquoi pas une loi Maurice pour protéger tous les bruits ruraux ? », a-t-elle lancé. Cette affaire, qui a fini par attirer l’attention des médias du monde entier, avait commencé par une plainte banale pour « trouble anormal du voisinage ». Elle avait été déposée par un couple d’agriculteurs retraités de Haute-Vienne, incommodés par le chant trop matinal de Maurice près de leur résidence de vacances sur l’île d’Oléron.

Procès de la « ville contre la campagne »

Maurice était alors devenu une figure locale et avait obtenu le soutien d’élus. Corinne Fesseau avait lancé deux pétitions en ligne et rassemblé autour de sa cause grâce à son association Les Coqs d’Oléron en colère et au soutien indéfectible du maire de Saint-Pierre-d’Oléron, Christophe Sueur (divers droite). Irrité par ce type de situations récurrentes, l’édile avait décidé de prendre un arrêté pour préserver « les modes de vie liés à la campagne, notamment pour ce qui concerne la présence des animaux de la ferme ».

Lors de l’audience, le 4 juillet, Maurice a été accusé d’être une « nuisance sonore ». « Le coq, le chien, le klaxon, la musique, c’est le dossier du bruit », avait affirmé Vincent Huberdeau, avocat des plaignants, en refusant l’idée du procès « de la ville contre la campagne », d’un « conflit entre citoyens bobos et ruraux ». D’autant, disait-il, que Saint-Pierre-d’Oléron, avec près de 7 000 habitants en hiver et 35 000 en été, ce n’est pas vraiment la campagne. « Je ne suis pas une ville, je suis une petite commune », avait répliqué le maire, Christophe Sueur. « On a toujours vécu avec des potagers, des poulaillers, on a une vie plutôt traditionnelle ».

Le procès n’est en tout cas pas le dernier du genre puisque dans les Landes, le tribunal de Dax se penchera début octobre sur le cas de canards et d’oies accusés de caqueter et cacarder trop fort.

(Illustration : Corinne Fesseau et son coq, Maurice, chez elle, à Saint-Pierre-d’Oléron (Charente-Maritime), le 31 août 2019. Regis Duvignau/Reuters)

lemonde.fr


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Corrida pouah !

mercredi 14 janvier 2015