La vie sous le banquier éborgneur (suite...)

samedi 13 juillet 2019
popularité : 4%

Alors qu’ils occupaient le pont de Sully, des membres de l’organisation Extinction Rebellion (XR) avaient été délogés par les forces de l’ordre avec notamment l’utilisation à bout portant de gaz lacrymogène. Les images ont conduit le parquet de Paris à ouvrir une enquête préliminaire pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ». Dans leurs saisines, les avocats dénoncent un usage de la force qui n’était « ni nécessaire ni proportionné » et qui « porte atteinte au Droit de manifester et à la liberté d’expression ».

Un chef d’établissement dans l’académie de Créteil raconte son état de stress, jeudi, et cette prise de conscience, après coup, d’avoir obéi à un ordre peut-être illégal. Résultats du bac : « Après coup, je me suis dit : ce n’est pas vrai, on n’a pas fait ça ».Tous les proviseurs et tous les Français ont-ils conscience que le ministre de l’Éducation a décidé sans le moindre exercice démocratique de déroger à la loi, sans la moindre légitimité républicaine, sans le moindre assentiment de quelque autorité représentative telle que le Parlement, sans la moindre consultation citoyenne par le biais d’un référendum ?

Le ministère de l’Intérieur est-il au-dessus des lois ? C’est la question que pose l’avocat de Jérôme Rodrigues, l’une des figures des Gilets jaunes, qui a perdu un œil par un projectile. Rodrigues a entamé une grève de la faim vendredi 5 juillet devant le ministère de l’Intérieur, afin d’obtenir les résultats de l’enquête de l’IGPN. Le tribunal administratif, le 7 juin, a ordonné au ministre de l’Intérieur et au préfet de police de Paris de communiquer sans délai au manifestant toutes les pièces de l’enquête menée par l’inspection générale de la police nationale, l’IGPN. Toujours rien aujourd’hui.

Des dizaines de hauts fonctionnaires ont le titre de préfet alors qu’ils ne le sont pas. Un copinage politique qui leur permet notamment de toucher une retraite de préfet. Parmi eux, les fauxcialistes Michel Vauzelle et Michel Delebarre. Certains de nos hommes politiques et certains hauts fonctionnaires ont été nommés préfets par nos présidents de la République successifs, ils bénéficient d’avantages liés à cette fonction mais ils ne l’ont jamais exercé. Parmi ces fantômes, deux stars de la Mitterrandie : Michel Vauzelle et Michel Delebarre. Tous deux indiquent, sur le site informatique de l’Assemblée nationale, la même profession : préfet. Pourtant, le premier est avocat de profession et le second cadre supérieur de collectivités locales. En fait, ils avaient été nommés préfet, de manière discrétionnaire, par Mitterrand, en 1985 pour le premier et en 1983 pour le second. Ils touchent aujourd’hui une pension mensuelle de 4.000 euros brut, qui vient s’ajouter à leurs indemnités de parlementaires et d’élus locaux : soit 15.124 euros brut (Michel Delebarre) et 9.760 euros brut (Michel Vauzelle). Sans compter pour chacun une indemnité (forfaitaire) représentative de frais de mandat de député de 6.000 euros net. D’ici quelques années, lorsqu’ils décideront d’abandonner leurs mandats, ces deux parlementaires pourront cumuler la totalité de leurs retraites de préfet, de parlementaire et d’élu local ! Soit en tout, de l’ordre de 12.000 euros mensuels brut pour le premier et 10.000 pour le second.

L’Union Européenne impose l’importation de 35 000 tonnes de bœuf étasunien ! Écologie, bio et santé sont incompatibles avec l’Union Européenne dont le but est le profit maximal des multinationales. Voilà donc pour ce qui est un des premiers résultats des dernières élections européennes. Les agriculteurs sont les premières victimes. La Commission européenne vient en effet de ratifier un accord pour l’importation de 35 000 tonnes de bœuf étasunien sur le contingent de 45 000 tonnes d’importations autorisé.

Pour l’aristocrate François Goullet de Rugy, ci-devant ministre de l’Écologie, « les manifestations n’ont plus lieu d’être, c’est un usage désuet de l’opposition populaire. J’invite à agir concrètement pour le climat, on n’en est plus au temps des manifestations. Nous devons être dans l’action. Ces manifestants ne proposent rien pour limiter les émissions gaz à effet de serre ».

bernard-gensane.over-blog.com


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info