Tout est beau dans le clito

jeudi 25 avril 2019
popularité : 1%

Par Virginie Ballet

Méconnu du public, grand oublié des manuels scolaires, cet organe est au centre des réflexions de nombreuses militantes féministes. « Libé » s’est penché sur ces initiatives qui valorisent l’appareil génital et le plaisir féminins. Ce n’est ni un « alien », ni un « fantôme », qui a envahi les rues de Paris le 8 mars. Encore moins un « émoji », ou un « bretzel », comme s’en amusaient les slogans placardés dans les rues de la capitale, à l’occasion de la Journée internationale des Droits des femmes. Point de star en vogue sur cette multitude d’affiches aux couleurs pop, mais un héros oublié : le clitoris.

Pensée par des militantes féministes, cette campagne s’inscrit dans un mouvement plus vaste de réhabilitation d’un organe trop souvent tabou. « On veut inonder les rues de clitoris pour sensibiliser à l’éducation sexuelle », expliquait Julia Pietri, l’une des initiatrices du projet baptisé « It’s not a bretzel », début mars à Libération. Et de poursuivre : « Les gens ne savent pas toujours ce que c’est, quel que soit leur âge. Généralement, quand on leur explique que c’est l’organe du plaisir féminin, ils se sentent cons. » Plus que de simples posters, il s’agit de lutter contre une forme « d’analphabétisme sexuel ». Outre l’affichage sauvage, une pétition a été lancée pour réclamer que le clitoris figure (enfin) dans tous les manuels scolaires de sciences de la vie et de la terre (SVT). Car actuellement, seule une maison d’édition, Magnard, ose montrer ce clito que l’on ne saurait voir dans son intégralité : avec bulbes, corps caverneux, gland, capuchon, et tout le toutim. D’autant que cette petite révolution est aussi tardive que timide : il a fait son apparition dans les pages de Magnard à la rentrée 2017.

Alors plus de 50 000 personnes se sont jointes à l’appel lancé par Julia Pietri, Bouchera Azzouz et Ouarda Sadoudi, des Ateliers du féminisme populaire, ainsi qu’Axelle Jah Njiké, administratrice du Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles (Gams). Adressé à la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, et au ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, le texte rappelle une triste réalité, soulignée par le Haut Conseil à l’égalité dès 2016 : une adolescente de 15 ans sur quatre ne sait tout simplement pas qu’elle a un clitoris. Et 83 % des filles de troisième et de quatrième ignorent complètement sa fonction érogène. « Le sexe de la femme n’est ni tabou ni honteux », martèlent les auteures.

« Doigt dans le kiwi »

Comme elles, de plus en plus de militantes féministes ont fait des organes génitaux féminins des étendards de l’égalité. Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles ont pour leur part choisi une websérie pour partir en croisade. Avec Clit Revolution, diffusée un jeudi sur deux sur France TV Slash, plateforme numérique du service public dédiée aux jeunes adultes, les deux trentenaires entendent bien faire sauter un paquet de verrous, de l’aspect de la vulve à l’éjaculation féminine, en passant par la masturbation. Militantes féministes de longue date, elles se sont rencontrées au sein des Femen. Elvire Duvelle-Charles : « On a réalisé qu’on n’avait aucun mal à prendre des risques pour combattre les injonctions faites aux femmes dans la sphère publique, mais que quand il s’agit de notre intimité, c’est une autre paire de manches. On trouve souvent normal que l’orgasme du mec sonne la fin du rapport, ou d’accorder plus d’importance au plaisir de son partenaire qu’au sien. Il est temps de nous autoriser à nous réconcilier avec la sexualité. »

Avec humour, humilité et pédagogie, elle et sa camarade partent à la rencontre d’un gynécologue, d’une réalisatrice de porno féministe, s’essaient au podcast fripon (notons au passage l’utilité d’un doigt dans le kiwi pour reproduire un bruitage humide fort réaliste)… « Comme des grandes sœurs à qui on poserait les questions qu’on n’oserait pas soumettre à nos mères », résume Elvire Duvelle-Charles. Ni aux profs : « Les séances d’éducation sexuelle sont souvent axées sur la prévention, sans qu’il ne soit jamais question du plaisir féminin », déplore la jeune femme. Le replacer au centre n’est pas pour autant chose aisée : « Je me souviens d’un producteur qui ne voulait pas du mot "clit", jugé trop "violent"… » Puis le mouvement #MeToo est arrivé, accélérant l’éclosion de ce projet et de tant d’autres initiatives similaires, qui font florès sur YouTube et les réseaux sociaux. « #MeToo est axé sur le consentement. L’étape d’après, c’est le consentement enthousiaste, la réappropriation joyeuse de la sexualité », analyse Elvire Duvelle-Charles.

« Aujourd’hui, le temps est venu de réclamer la liberté et l’égalité dans le champ de l’intime, c’est ce que j’appelle le tournant génital du féminisme », abonde Camille Froidevaux-Metterie, professeure de science politique et chargée de mission égalité-diversité à l’université de Reims Champagne-Ardenne, auteure notamment du Corps des femmes : la bataille de l’intime. [1] Pour la chercheuse, ce tournant, entamé au début des années 2010, est une forme de « retour aux fondamentaux » : « Ces questions étaient centrales pour les féministes de la deuxième vague. Dans les années 70, elles ont investi la question du contrôle de la procréation - Droit à l’avortement et contraception - mais aussi le volet de la révolution sexuelle », rappelle-t-elle. Au fil des décennies, d’autres combats ont par la suite occulté ces thématiques corporelles : monde du travail, mutations de la famille, lutte contre les stéréotypes de genre… « Or ces questions corporelles continuent évidemment de définir l’existence des femmes au quotidien : quelle femme n’est pas concernée par sa sexualité, par l’éventualité d’une grossesse, par les violences sexuelles ? »

Honte millénaire

Pour Camille Froidevaux-Metterie, « la révolution sexuelle est en train de se produire. Femmes et hommes investissent leurs corps sexuels, échangent et discutent de ces questions, cheminent ensemble vers une sexualité plus égalitaire. » Sur ce chemin se dessinent deux voies, estime-t-elle. Celle du « partage d’expérience », empruntée, entre autres, par Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles, et celle de la « connaissance et du savoir ». Cette dernière a été largement défrichée par les travaux de la chercheuse Odile Fillod, à qui l’on doit un modèle de clitoris imprimable en 3D, mis à disposition en accès libre sur Internet depuis trois ans.

Dans son sillage, trois amies sont en train de peaufiner une encyclopédie entièrement dédiée à la « chatte », selon leurs termes, et appelée « Pussypedia ». « Le mot "vagin" me semble inadapté, parce qu’il se réfère au latin vagina qui signifie "gaine", "fourreau". Mais c’est un terme phallocentré. Je préfère me réapproprier le terme "chatte" », explique Zoe Mendelson. Cette journaliste américaine spécialisée dans la vulgarisation scientifique a eu l’idée de cette encyclopédie ciblée en faisant des recherches sur l’éjaculation féminine sur Internet. Et là, révélation : elle découvre que tous les orgasmes sont clitoridiens. « J’ai pensé : "Quoi ?!" J’étais sûre que n’importe quelle personne de mon entourage ayant une chatte voudrait connaître cette information », raconte la jeune femme. Mieux, elle découvre des mentions de parties de son anatomie qu’elle ne peut situer avec précision. D’où ce projet d’encyclopédie, développé avec deux amies : María Conejo, graphiste, et Jackie Jahn, doctorante en médecine à Harvard.

« Outre l’éducation, l’objectif de Pussypedia est de combattre la honte, car c’est elle qui nous pousse à céder du pouvoir. C’est elle qu’il faut que l’on bouscule dans notre combat pour être traitées d’égale à égal », argue la jeune femme. Parmi les premiers articles, elle espère bien pouvoir publier une analyse de cette honte millénaire qui entoure la chatte. L’un des fautifs, selon elle : « Platon, qui a théorisé la dualité entre corps et esprit. L’esprit serait le gardien de la prudence et de la vertu, tandis que le corps pousserait à la quête du plaisir et pervertirait le chemin vers l’éveil spirituel. Que dire, encore, de la Bible, qui, dans la même lignée, a associé Adam à l’esprit et Eve au corps… On pourrait passer des journées entières à disserter sur le sujet », s’amuse-t-elle. Elle aussi observe avec satisfaction un mouvement mondial en faveur d’une levée de ces stigmates, qui « réchauffe son cœur ». Et de citer l’influence de son « héroïne », Sophia Wallace. En 2012, cette Américaine fut à l’origine de « Cliteracy » (contraction de clitoris et literacy, la connaissance d’un sujet), un programme artistique fait d’installations, d’arts de rue et de performances. Histoire de ne pas laisser l’espace public qu’aux phallus.

Dans la même veine, Florence Schechter, vulgarisatrice scientifique de 27 ans, espère bien ouvrir au Royaume-Uni un musée entièrement dédié au vagin : le Pussy Museum. L’inauguration est prévue en novembre, dans le quartier de Camden, à Londres, si la campagne de financement participatif tient ses promesses. Histoire de réparer une injustice : cela fait plus de vingt ans que le vit a son musée dans la capitale islandaise, Reykjavik. Plus de 15 millions de personnes ont déjà vénéré les dizaines de spécimens d’attributs d’ours, de cétacés, et même d’un humain en ayant fait don après sa mort. Mais de pendant féminin, pour l’instant, il n’y a point. Les boules.

(Illustration : Page d’accueil du Pussy Museum. Photo Suzanna Scott)

liberation.fr


[1Philosophie magazine éditions


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois