Lady Diana : La vérité.

mardi 16 janvier 2007
par  Algarath
popularité : 1%

Des théories de complot et d’assassinat sur la mort de Lady Di courent parfois l’Internet, et des livres qui prétendent faire des révélations sur cet événement sont régulièrement publiés. Qu’en est-il ?

Par ALGARATH

Eh bien, face à ces supputations dont aucune n’a été prouvée et qui sont tirées par les cheveux, usons tout simplement de notre bon sens et d’une solide logique et nous verrons que les théories d’assassinat ne tiennent pas.

Une Fiat Uno appartenant à un paparazzi, James Adanson, aurait servi à dévier la course de la Mercedes conduite par Henry Paul, dans laquelle se trouvait Lady Di, Dodi Al Fayed et leur garde du corps Trevor Rees Jones. C’est méconnaître les lois élémentaires de physique de penser qu’un véhicule qui pèse trois fois moins qu’une Mercedes puisse dévier la course d’une lourde Mercedes. L’énergie cinétique d’une Mercedes surpasse de très loin celle d’un véhicule léger comme la Fiat Uno. De plus, pourquoi utiliser la voiture personnelle d’un paparazzi très connu pour faire un tel attentat, au risque qu’elle soit reconnue ? Si cela avait été un attentat, on aurait choisi une voiture lourde et rapide, aux performances trafiquées, et totalement anonyme. Rendez-vous compte que même un maître comme Rémy Julienne doit répéter des dizaines de fois des cascades pour y arriver, et que le lieu est choisi. Ici, la cascade se serait faite de façon improvisée, à un endroit imprévisible. Il n’y a pas une chance sur un million qu’elle réussisse. Le garde du corps, qui se trouvait dans la voiture, ne se souvient de rien et n’a rien remarqué. Il se souviendrait de ce scénario rocambolesque. Certains diront qu’il était complice. Vous seriez d’accord, vous, pour être passager d’un véhicule sensé subir un accident préparé au cours duquel vous risqueriez votre vie ou des blessures graves ?

Certains auteurs appuient leurs thèses sur le fait que James Adanson aurait été assassiné. Il a été retrouvé calciné dans sa voiture, et a été déclaré officiellement victime de suicide. Un paparazzi comme lui devait avoir des tas d’ennemis puissants, aussi n’importe qui aurait pu vouloir sa mort. Là encore, l’argument ne tient pas.

Après l’accident, Lady Di a été transportée à l’hôpital et certains auteurs prétendent qu’on l’a fait mourir. Là encore, le bon sens nous indique que c’est impossible. Vous imaginez le nombre de personnes qui seraient dans la confidence : Les policiers, les ambulanciers, les personnes travaillant à l’hôpital, les médecins, au total des dizaines et des dizaines de personnes. Il est absolument impossible et totalement invraisemblable que toutes ces personnes se rendent complices spontanément d’un tel acte.

La vérité sur la mort de Lady Diana ? C’est qu’elle est morte dans un véritable accident de la circulation, dans un véhicule lancé à toute allure et conduit par un chauffeur dont il semble prouvé que son taux d’alcoolémie dépassait la dose légale.

On n’empêchera jamais de fantasmer sur les conditions de la disparition d’une personne aussi connue que Lady Di, car les théories de complot et d’assassinat sont plus élégantes que la simple vérité. Mais, en dépit d’une instruction qui a été complète et qui a déterminé que Lady Di est bien morte dans un accident banal et aucunement dans un attentat, l’analyse sur le type de voiture utilisé pour modifier la trajectoire de la Mercedes, l’impossibilité absolue de réussir une telle cascade, et l’impossibilité absolue de faire adhérer comme complices des dizaines de citoyens normaux écarte de façon certaine tout doute.

Ne perdons pas notre bon sens et notre logique pour des raisons fantaisistes qui n’ont rien à voir avec la réalité.

Algarath


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

L’Europe renonce à réguler les blogs

vendredi 26 septembre 2008

Rédaction en ligne
vendredi 26 septembre 2008

Le Parlement européen a rejeté l’idée de mettre de l’ordre dans le statut juridique des blogs, qui avait suscité un certain émoi chez les internautes.