Manifs. Violences : 2 poings et 2 démesures !

mardi 8 janvier 2019
popularité : 1%

Par George L. Zeter

À ma droite un ex-boxeur champion de France et à ma gauche un ex-commandant du GIPN/Marseille. Les deux font le coup de poing lors des manifs gilets jaunes du 5 janvier. Maintenant, l’intéressant va être le dénouement de ces incartades... Car ç’en sont de belles, des bleus et des bosses.

Sur un pont de Paris, les gilets jaunes avaient décidé de protester devant l’assemblée nationale ; Sauf que la police d’État avait reçu des ordres. Elle faisait donc barrage, quand soudain, une énorme masse noire déboule par dessus un muret du métro, retombe sur ses jambes, se met en garde et va direct donner d’abord un énorme punch dans le bouclier du CRS, qui doit bien lui rendre une bonne tête et 40kg, puis un 2ème coup s’écrase sur sa visière et enfin un gauche/droite digne d’un championnat de boxe. Le rase-motte trébuche, mais encaisse ; le gros balèze continue d’avancer, envoie encore quelques gnons et la scène s’arrête là. Un peu avant une caméra avait surpris notre boxeur en plein training, savater à terre un autre poulet de grain. Ces vidéos tournées sous différents angles ont fait le tour du web en moins de temps qu’un crochet du gauche, ou un coup de latte... Ce boxeur, car n’est pas Benalla qui veut, va avoir affaire avec Castaner et toute la bande pour violences sur dépositaire de l’autorité... Mais de quelle autorité parlons-nous ? [1]

Peut être de celle-ci ?

Dans une rue de Toulon, les gilets jaunes manifestent, à un coin de rue, un policier est filmé en train de frapper à mains nues au visage un jeune homme noir, ne portant pas de gilet jaune et apparemment n’ayant rien à voir avec ce qui se passe et ne représentant aucun danger. ce flic énorme ne portant pas de casque (syndrome Benalla ?), sans crier gare, balance une série de crochet gauche/droite en pleine tête du jeunot. Il faut que ses collègues le repoussent, le pire c’est que le gamin est plié en deux, et en fin de vidéo il se prend un coup de bouclier en pleine poire histoire de digérer la volée de coups... Ce même gradé, quelques instants plus tard bouscule un 1er gilet jaune, puis envoie deux directs en pleine tête d’un petit qui doit bien lui rendre 30 cm ; histoire encore de faire bonne mesure, 4 autres flics le tabasseront à coups de poings et de bouclier sur le capot d’une voiture (détérioration de matériel ?) ; le gros gradé lui, punch un autre qui s’approchait histoire de terminer sa chtite séance du jour... [2] La vidéo a été beaucoup moins relayée, et surtout pas du tout commentée... On se tient les coudes !

Comme je le rappelais...

N’est pas Benalla qui veut ! Car, le boxeur va se retrouver en Garde à vue, puis être déféré en comparution immédiate, quant au flic ? On ne va pas lui retirer sa légion d’honneur toute neuve de la promotion du 1er janvier ? Aucune chance qu’il se retrouve en Garde à vue, encore moins devant un juge. Pourtant, qui est le plus fautif des deux ? Un sportif de haut niveau, certainement entrainé dans nos centres sports études, qui fait le coup de poing histoire d’exister ? Et de l’autre, un officier supérieur de la gendarmerie qui s’en prend à des civils de manière très violente sans vraiment avoir de raison de le faire, et même si... Réagir comme ça lorsqu’on représente l’autorité, la loi, l’ordre, n’est pas normal. De chaque coté des attitudes et des actes de loubards ! De celui qui cogne le plus fort ; sauf qu’en matière de violences et d’escalades, ça peut aller très haut, très loin ! Ça démontre aussi une dérive dans le « plus rien à battre, j’use et j’abuse de mon, de mes pouvoirs ».

Ce qui est certain, c’est que l’entêtement et le mépris de Macron avec ses piètres phrases et ses menaces minables ; ainsi que le pousse à l’émeute Castaner, et ses mots de rouleur de caisse, et toute la bande de bras cassés de l’Élysée qui aboie en cœur et en meute compacte, nous dirige petit à petit d’un mouvement pacifique et spontané, de plus en plus vers une guerre civile, un coup d’État, car, ça ne pourra pas durer comme ça cent sept ans, soit : la police met les pouces et refuse les ordres considérant qu’elle n’est plus la garde prétorienne de protection du cartel, ou, alors et on le voit à chaque manif ; nos ancêtres sortaient les fourches, alors qu’aujourd’hui ça peut être les fusils de chasse, les kalaches. D’ailleurs depuis des années ils pétochent tout en haut, et font passer des lois qui rendent presque impossible l’obtention d’une arme à feu... Ils sentent bien qu’ils sont assis sur un volcan qui un beau jour leur pètera à la gueule et pourtant « ils » continuent, c’est à pleurer.

Ils, ces ânes bâtés du gouvernement, ne comprennent toujours pas que ces deux poids deux mesures sont devenues intolérables à plus de 80 % des français. Ils continuent ces idiots utiles d’appliquer les réformes venues de l’Europe que plus personne ne veut, ils continuent ces imbéciles à protéger leur quant à soi, privilèges et lois votées en catimini histoire de tirer un peu plus sur la corde raide. Une telle inconscience frôle le génie sans bouillir ! Et Macron de répéter : « nous allons garder le cap, choisi par les français, nous allons poursuivre les réformes désirées par tout un peuple... » C’est comme si, ce pauvre freluquet sans grande cervelle demandait à des lépreux d’applaudir le fait, qu’en une semaine aucun malade n’a eu un membre, qui est tombé de son corps en pourrissement.

Pendant ce temps

...À Benalla land, le circus se poursuit : pas mal pour un loubard de 27 ans : le mec se déguise en flic et va frapper des manifestants dans trois différents endroits de la capitale, il se trimbale avec des flingues dont les ports d’arme ne sont pas à jour, il garde une voiture de fonction qu’il faut lui réclamer, il déménage pendant une enquête une armoire de preuves, il insulte des sénateurs, puis, ça repart : on le retrouve au Tchad avec des passeports diplomatiques, qu’il, d’ailleurs promet de ramener lui-même au ministère des Affaires étrangères... Curieux qu’il n’ait pas reçu une injonction à le faire. « La commission d’enquête parlementaire » dirigée par une LREM, par deux fois, a refusé de pousser plus loin les investigations, les interrogatoires et les témoignages à la barre ; cool, ce n’est plus une justice qui s’aplatie, c’est une justice qui s’évapore ! Apparemment le Macron était toujours en contact avec cette petite frappe... Eh bien, savez quoi ? 15 jours de mise à pied et sans salaire ! Alors, si les idiots utiles condamnent le commandant boxeur ça va la foutre mal ; et si ils condamnent le boxeur-boxeur ça va la foutre mal aussi, car, trop visibles ces deux poids, trois mesures...

L’ère Macron est une valse à trois temps qui se danse à l’envers... Attention Castaner, de ne pas marcher sur les pieds de ta cavalière, elle est en gilet jaune et elle mord !

Georges Zeter
Janvier 2019

derniere minute : Toulon : pas d’enquête sur le commandant Andrieux, qui a agi « proportionnellement » selon le procureur. Et voilà, une justice efficace qui statut après enquête approfondie...sauf, qu’en permettant ces actes de la part d’officier de la gendarmerie, ça fait monter la pression et le couvercle va sauter... en dessous nous sommes des millions sous ce couvercle ! de la vraie inconscience !

gezile-delareunion.over-blog.com



Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Indignez-vous !

jeudi 16 juin 2011