La mort programmée de l’État Providence

vendredi 13 juillet 2018
popularité : 1%

Par Christophe Cros Houplon

Les aides sociales qui coûtent un pognon de dingue, la logique de guichet qu’il faut arrêter et remplacer par une logique de responsabilité – fini l’assistanat -, le plan pauvreté qui attendra la fin du foot, les impôts des ultra-riches qu’on baisse, les 80 km heure et les radars dans les voitures, la CSG des retraites … Bref, à Versailles, Monsieur tout-pour-le-CAC nous a vendu… un nouvel État Providence pour le XXIème siècle.

L’ancien banquier d’affaires de la Maison Rothschild, outre d’inverser systématiquement le sens des mots, est en train de réinventer le conte de Robin des Bois… à l’envers ! La providence pour celui pour qui tout doit aller dans la poche pleine c’est d’avoir été placé là ou il est pour casser ce qui fut construit depuis 1936 puis à la Libération. Sa providence, tu parles qu’on a décrypté l’algorithme du logiciel du président des riches. Il peut nous enrober la sauce à tout bout de champ en jouant sur les mots pour maquiller les maux qu’il nous inflige, on a compris ou le gars voulait en venir. Donc les illettrées, les gueux, les mafieux, les cyniques, les sans dents, les fainéants, vous nous coutez un pognon de dingue à nous qui faisons de l’évasion fiscale un sport. Alors on va vous apprendre à vous responsabiliser. C’est-à-dire par exemple à vous mettre en mode Uber et à remplir vos déclarations Urssaf le dimanche pendant le JT du soir. À accepter un taf en CDD à 200 kilomètres de chez vous. À pas nous emmerder avec vos couronnes dentaires, vous n’aviez qu’à manger moins de sucreries. À mourir un peu plus vite dans les Ephad parce que comme le dit si bien mon maitre Attali, les vieux à partir de 65 ans autant les euthanasier vu qu’ils ne produisent plus rien pour les autres.

L’État Providence à la sauce Macron c’est ça dans les grandes lignes. On reprend le pognon de dingue depuis vos poches percées, on vous évite du coup de devenir alcooliques et tabagistes comme les chtis et on vous remet au turbin pour pas grand chose. De bons esclaves bien dociles et obéissants vis-à-vis de leurs clients, c’est-à-dire nous, les blindés, vu que c’est nous qui avons le manche. Le plan pauvreté – rien que le titre est un poème. Cette cascade de mesurettes écrites par des cranes d’œufs qui ont fait l’ENA, vous verrez, ça cassera pas trois pattes à un canard-laqué, ça sera du saupoudrage, on donnera 10 aux pauvres en le faisant payer double aux un peu moins pauvres. C’est ça la méthode Macron, tu dis que tu supprimes la taxe d’habitation, tu en recrées deux autres par en-dessous et tu fais plus que compenser la perte. Du grand art dans l’entourloupe qu’à part les médias tout le monde a décrypté.

Providence, c’était le titre d’un des plus beaux films d’Alain Resnais. Un film sur la mort. La poupée élyséenne qui se prend pour Louis XIV vient donc d’enterrer un des plus beaux mots de la langue française et de lui jeter trois pelletées dessus, ainsi qu’à nous bien sûr. La mort de l’État Providence maquillée en résurrection. On disait jusque là que le diable se nichait dans les détails. Avec l’actuel président, il a littéralement envahi la maison.

agoravox.fr


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Hopitaux en danger

jeudi 19 avril