Empoisonné pour 400 ans

lundi 11 juin 2018
popularité : 2%

Par Fabrice Nicolino

Il s’agit ci-dessous d’un chapitre du livre écrit avec mon vieil ami François Veillerette, Pesticides, révélations sur un scandale français (Fayard), paru début 2007. Je dois vous dire mon sentiment halluciné : nous avons dit une grande part de la vérité il y aura bientôt 12 ans, et c’est seulement maintenant que l’on commence à en parler dans le « quotidien de référence »..

Rendez-moi ma Guadeloupe et ma savane
…et le petit coin de bananier où je suis né (chanson créole)

Où l’on voit que les Américains ne sont pas si bêtes qu’on le croit parfois. Où l’on voit que les Français le sont bien davantage. Où l’on déguste des bananes avant de recevoir de terribles coups de bambou. Où il apparaît que la Guadeloupe est empoisonnée pour des centaines d’années. Cocorico !

La banane, c’est la civilisation. Pas seulement une incroyable saveur, une inimitable douceur, un réconfort physique après l’effort. Non. La banane, c’est l’homme. Certains prétendent même – mais où serait la preuve ? – qu’elle est le premier fruit apparu sur terre. On en trouve en tout cas la trace dans quantité de textes de l’Antiquité grecque, latine, et même hindoue et chinoise. Car cette merveille est née en Asie, probablement dans les forêts de Malaisie ou d’Indonésie, où l’on trouve encore certaines variétés sauvages. Les Arabes l’ont plantée en Afrique, mais qui l’a transportée en Amérique, dans cette Amérique tropicale où elle est si bien acclimatée ? Sans doute Tomás de Berlanga, un Dominicain qui accoste en 1516 à Saint-Domingue avec des plants de bananiers. Fatalitas !

Douce France et rudes trafics

Un peu moins de 500 ans plus tard, le 23 août 2002, le cargo Douce France entre dans le port de Dunkerque. Des inspecteurs de la répression des Fraudes montent à bord et saisissent 23 cartons remplis d’une tonne et demie de patates douces venues de Martinique. Aucun rapport ? Si. Les fonctionnaires ont été renseignés et ne s’en cachent guère. C’est pour cette raison qu’ils veulent analyser au plus vite ces patates destinées au marché de Rungis, c’est-à-dire au grand public. La découverte n’est qu’une confirmation : elles contiennent un produit interdit en France depuis 1990, le chlordécone, un insecticide très toxique. Lequel n’était pas destiné aux patates, mais bien aux…bananes. En effet, le fruit est cultivé aux Antilles de manière intensive, au point que, tous les cinq ou sept ans, il faut laisser reposer la terre malmenée. On arrête un peu la banane, et l’on plante autre chose, qui demande beaucoup moins d’entretien. De la patate douce, par exemple.

Mais si telle est bien l’histoire du stock saisi à Dunkerque, elle se double d’un copieux complément. Le chlordécone retrouvé n’a pas été épandu d’hier. Il est resté en terre – le produit est très stable, rémanent comme disent les spécialistes – et a finalement contaminé les patates par leurs racines. L’affaire cache en réalité ce qu’il faut appeler un drame. Dix jours avant l’arrivée du cargo, des flics locaux, eux aussi « renseignés », ont fait une curieuse découverte dans une bananeraie martiniquaise : plusieurs centaines de kilos de chlordécone. Bien entendu, il ne s’agit pas d’un vieux stock oublié depuis l’interdiction de 1990. Un tel volume démontre ce que, soit dit en passant, tout le monde sait : aux Antilles, (presque) tout est permis. Il y a à cela, en l’occurrence, des raisons qu’on ne peut oublier. Le bananier, qui n’est pas un arbre, mais une herbe pérenne, est constamment attaqué par de terribles ravageurs. C’est le cas par exemple de la cercosporiose jaune, un champignon, ou pire encore du charançon, qui détruit peu à peu le système racinaire du fruit. Depuis des lustres, on pulvérise bananeraies, cannes à sucre ou melons. Une estimation de 1997 évoque l’effarante moyenne de 70 kg de pesticides par an et par hectare en Martinique.

Une partie notable mais inconnue de ces produits sont illégaux. Illégaux car dangereux pour la vie et les hommes, comme le chlordécone. Un petit peu d’histoire ne nous fera pas de mal : ce produit miraculeux – comme tant d’autres vantés par les marchands – a été breveté aux États-Unis en 1952, puis vendu par DuPont de Nemours à partir de 1958 sous le nom commercial de kepone. Un vrai grand succès commercial : 55 formulations différentes, exportées dans le monde entier, seront mises sur le marché au fil des décennies. Aïe ! Et même Aïe, aïe, aïe ! En 1975, dans l’usine d’Hopewell (Virginie), où le Kepone-chlordécone est synthétisé, violent coup de tonnerre. Un médecin du travail, étonné de voir perpétuellement trembler l’une des employées, commande une analyse de sang. La malheureuse est littéralement gorgée de kepone, tout comme la James River, où l’on a jeté pendant des années tout ce qui gênait la marche du profit. On découvre peu à peu une pollution dramatique, avec effets aigus sur tous les travailleurs. Pendant des mois, les journaux américains écrivent des dizaines d’articles sur cette petite ville qui aimait tant se faire appeler « la capitale chimique du monde ». L’Amérique, qui plaisante moins avec les siens qu’avec nous autres, interdit le kepone en août 1976. Fin de l’histoire ? Vous vous en doutez, ce n’est que son début.

Interdits, illégaux, mais bons pour les Antilles

Voici le Curlone, qui est la même chose que le kepone, mais qui a changé de nom. On ne dira jamais assez l’imagination de l’industrie. La matière active, c’est-à-dire la molécule chimique au centre du produit, quel que soit son nom, est en tout cas très efficace contre le charançon. Il faut bien lui reconnaître quelque chose. Le curlone va être légalement utilisé aux Antilles françaises de 1981 à 1990. Ensuite ? Il est interdit à son tour, ou presque : jusqu’en septembre 1993, deux dérogations qui engagent la signature de deux ministres de l’Agriculture, le socialiste Louis Mermaz et le très multicartes Jean-Pierre Soisson, permettent de poursuivre l’usage du poison. C’est d’autant plus aimable que des substituts existent dès avant cette époque. Bah ! Nous sommes à la fin de l’été 1993, et désormais, tout va enfin changer. Les descendants d’esclaves qui travaillent dans les plantations des descendants d’esclavagistes – les Békés -, ne courront plus les terribles risques d’avant. La santé avant tout ! Sauf que c’est une blague, une farce sinistre et révoltante. Il suffit d’une courte étude officielle, menée en Guadeloupe de juillet 1999 à mars 2000, pour découvrir son ampleur. Vingt prélèvements d’eau dans des sources autour de la ville de Basse-Terre révèlent la présence massive de trois molécules organochlorées dont l’usage est interdit depuis 8 ans au mieux, 20 au plus. L’une d’elles est le chlordécone. Elle dépasse la norme maximale dans la totalité des échantillons où elle a été recherchée. Et dans un cas, de 100 fois !

Pour avoir une idée plus précise encore de ce qu’ont fatalement enduré les paysans locaux, il faut rappeler que la banane des Antilles, dont la base génétique est très étroite, nécessite des soins permanents, pied par pied. Pour combattre nématodes, charançons ou champignons, il faut venir, repasser, revenir encore. Et pulvériser. Sur la plante, mais aussi fatalement sur le dos, les yeux, les mains de celui qui traite. Qui l’ignore ? Tout le monde, apparemment. Le signal d’alarme a pourtant été tiré dès 1977. Cette année-là, l’Inra commande à Jacques Snegaroff un rapport sur la pollution par les pesticides dans les bananeraies du sud de la Guadeloupe. Beau travail : l’expert trouve dans les sols et les eaux des organochlorés, dont le chlordécone. À ce moment pourtant, la molécule n’est pas autorisée en France, ce qui signifie sans détour qu’il y a trafic, massif. Mais on s’en moque résolument. Les spécialistes du ministère de l’Agriculture – ohé, braves gens ! – ne peuvent pas davantage ignorer que le chlordécone a été interdit pour motif grave l’année précédente aux États-Unis. Silence, on tue. Les charançons, pour commencer.

En 1979, nouveau rapport, dit Kermarrec, qui démontre l’extrême stabilité dans l’environnement de certains organochlorés comme le chlordécone. Ce texte souligne les risques évidents – évidents – de l’utilisation de ces pesticides en Guadeloupe, notamment pour le milieu aquatique. Les ouassous, ces délicieux crustacés des îles, les poissons, seront tôt ou tard contaminés, si ce n’est déjà fait. En 1993, l’Unesco et notre glorieux ministère de l’Environnement lancent une étude commune sur l’état de la mer Caraïbe. On se penche sur le sort du Grand Carbet, cette rivière qui se jette droit en mer, après avoir traversé des zones de bananeraies. Il en résulte deux travaux, dont l’un restera secret. Le second, réalisé dans l’estuaire, révèle la présence de chlordécone dans 8 sédiments analysés sur 12. 1998 : toujours plus fort. « Nos » chères Antilles ont droit à une mission d’inspection à la demande de deux ministères. Étude, synthèses, obtention de « données appropriées » et bien sûr propositions d’action pour réduire les pollutions par pesticides.

Et nous revoilà en 1999, avec ces taux aberrants de chlordécone découverts, jusqu’à 100 fois la norme autorisée. Ne désespérons pas encore de la République, car elle rugit enfin. Les autorités ferment des captages pour l’eau potable, limitent les usages des eaux les plus polluées et bidouillent les interconnexions du réseau d’eau de manière à faire redescendre les taux à un niveau tolérable. On casse le thermomètre, en somme, ce qui est une mesure bien pratique. Hélas, trois fois hélas, des analyses de sol, qu’on avait jusque-là négligées, révèlent la présence des mêmes poisons partout où ils ont été recherchés. Mais que faire, mon Dieu ? Que faire pour protéger ces pauvres gens des Tropiques, que nous aimons tant ? Rien. Voilà le tour du docteur Henri Bonan et de Jean-Louis Prime. Le premier est membre de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Le second appartient à l’Inspection générale de l’environnement (IGE). Les deux hommes, en mission officielle, débarquent en Guadeloupe au printemps 2001 et remettent un rapport sur la pollution par les pesticides le 5 juillet 2001. Ce n’est pas triste, mais ce n’est pas gai : au moins 36 pesticides différents sont utilisés pour la seule banane. Dans cet inventaire délirant, le lecteur découvre un monde totalement inconnu fait d’oxamyl et d’abamectin, de dianizon et de terbuphos, de flusilazole et de tridémorphe. Sans compter le paraquat, dont on ne va pas tarder à reparler.

Oui, un monde inconnu de nous, mais aussi des fonctionnaires chargés en théorie de nous protéger. Car Bonan et Prime écrivent sans trembler que certains pesticides utilisés ne sont en fait pas homologués pour un usage dans les bananeraies. En français courant, il s’agit d’une illégalité, une de plus. Et ils ajoutent, ce n’est tout de même pas un détail, que la Direction départementale de l’agriculture (DDA) de Guadeloupe « n’a pas pu fournir les quantités de produits phytosanitaires effectivement utilisés en 99 dans les bananeraies ». Or donc, le mystère, l’opacité, mais aussi la facétie. Nos auteurs, qui sont, il faut le souligner au passage, des experts sérieux, notent que « la lutte contre la cercosporiose jaune demande un traitement des feuilles réalisé en général par avion, l’hélicoptère étant employé dans les zones difficiles. Le traitement aérien, s’il permet de couvrir la totalité des parcelles en maîtrisant les dosages, n’est pas sans inconvénients pour le voisinage ». Eh oui, il y a risque de « dispersion de brouillard fongicide sur les habitations éparses ». Ce dernier problème, voyez-vous, « est aggravé par le développement anarchique de l’habitat bien souvent sans permis de construire. ». Si. Ah, ces Antilles !

Champions du monde de la prostate

Comble peut-être, les importations de pesticides sont très libéralement encadrées. Ainsi, « on observe une importation annuelle de l’ordre de 2 100 tonnes dont on ignore très largement la répartition entre les différents usages (…) On peut constater que, pour environ 75 % des tonnages importés, la famille chimique des produits est inconnue ». Évidemment, on peut se dire, comme nous y invitent les marchands, que ces pesticides sont utilisés pour protéger notre santé. Ou bien, ce qui n’est pas nécessairement plus bête, rappeler que les organochlorés, famille à laquelle appartient entre autres le chlordécone, s’attaquent au système nerveux central des humains. Parmi les symptômes courants d’une exposition un peu trop rapprochée, il faut signaler les tremblements, les contractures musculaires, des troubles de la vision, de la coordination, une diminution du nombre de spermatozoïdes, des nausées, de l’arythmie, et l’on arrête ici ce qui deviendrait aisément interminable. Les organochlorés sont, très simplement résumé, des ennemis de tout ce qui est vivant sur terre. Des tueurs nés.

Aucune preuve ne peut être rapportée d’un lien de cause à effet, et en conséquence, seuls des esprits malintentionnés évoqueront ce fait terrible : il existe deux fois plus de cancers de la prostate dans la zone caraïbe qu’en Europe. Certes, des caractéristiques génétiques pourraient jouer un rôle dans cet étonnant phénomène. Mais comment expliquer ce qui suit, et qu’on jugerait partout ailleurs ahurissant ? Une étude de très haut niveau, publiée dans le journal scientifique European Urology en 2005 (Mallick, Blanchet, Multigner) conclut que le taux de cancers de la prostate en Guadeloupe est passé de 92 pour 100 000 en 1995 à 168 pour 100 000 en 2003. La Guadeloupe, sous réserve d’un inventaire plus complet, est le territoire humain où l’incidence de ce type de cancers est la plus élevée. Faut-il une fois de plus crier cocorico, comme à chaque fois que nos couleurs triomphent ? Mallick et ses collègues, qui pointent fort justement les aspects génétiques de cette catastrophe sanitaire, ajoutent néanmoins que « les habitants de la Guadeloupe sont exposés à certains facteurs environnementaux qui peuvent être liés au cancer de la prostate ». Lesquels ? Entre autres, « depuis le milieu du XXème siècle, des activités de culture de la banane intensives ont conduit à une utilisation importante de pesticides organochlorés, ce qui a résulté en un haut niveau de contamination de l’environnement et des ressources alimentaires locales. »

Deuxième sinistre étrangeté : la Guadeloupe connaît des cas fréquents de formes atypiques de la maladie de Parkinson. Madame Dominique Caparros-Lefebvre, chef du service de neurologie au CHU de Pointe-à-Pitre, ne s’est pas contentée de le constater. Elle a osé s’interroger, en bonne scientifique, sur les liens possibles entre ces cas et la grande consommation locale de plantes traitées avec certains pesticides proches de la famille des carbamates. Par ailleurs, la recherche de chlordécone dans le cerveau de malades morts de Parkinson a révélé qu’il contenait davantage de cette molécule que celui de personnes décédées d’autres causes. Il est temps de se résumer avant de repartir au front : depuis des décennies, de nombreux exploitants agricoles des Antilles françaises traitent à leur manière les sols tropicaux dont ils ne sont, rappelons le à tout hasard, que des hôtes provisoires. Avec des conséquences qu’on commence seulement à entrapercevoir sur les sols, l’eau, les aliments, la faune, la flore, les hommes. Sans qu’à aucun moment, malgré une série d’alertes impressionnante, le pouvoir politique n’ait seulement bougé un orteil. Est-ce bien tout ? Eh non ! Le feuilleton continue, restez en notre compagnie, vous ne serez pas déçu.

Soit un député martiniquais non-inscrit, Philippe Edmond-Mariette. Cet élu, excédé de constater l’immobilité glaciale de Paris, dégoupille une première grenade le 12 décembre 2003. Avec une poignée de collègues, il réclame de l’Assemblée nationale l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire. Sur les pesticides. Dans les départements d’outre-mer. Car, estime-t-il, « il va falloir expliquer comment la vente et donc l’utilisation du chlordécone ont pu être autorisées de 1981 à 1993 en Martinique et en Guadeloupe alors que l’on connaissait déjà le degré de toxicité et la persistance de ce produit dont nous risquons d’avoir à subir pendant de longues années encore les conséquences de l’usage prolongé. Nous sommes là en face d’un réel problème potentiel de santé publique puisque ce pesticide persistant et bio-accumulable est un véritable poison classé potentiellement cancérigène que les scientifiques ont identifié comme un perturbateur endocrinien. » L’attaque n’est tout de même pas si banale. Nous ne sommes pas très loin de l’infamante accusation d’empoisonnement collectif. Réactions ? Aucune. Le 22 juin 2004, le député rappelle son propos – pour les sourds, qui sait ? – estimant qu’il « est temps que toute la lumière soit faite sur les conséquences environnementales, ainsi que sur la santé des populations, de l’utilisation des produits phytosanitaires dans les départements d’outre-mer ! ». Le point d’exclamation est dans le texte d’origine. Réactions ? Aucune.

Mais qui a vraiment autorisé le poison ?

Alors le parlementaire et ses collègues entreprennent seuls le travail de vérité, dans un rapport d’information, dûment enregistré à l’Assemblée nationale le 30 juin 2005 sous le numéro 2 430. C’est une bombe. Plutôt, cela aurait dû être une bombe salutaire et salubre dans une démocratie simplement honnête. Que dit ce document ? D’abord que l’homologation d’un des pires poisons locaux – notre cher chlordécone – a obéi à d’étranges décrets. Les dates sont confuses, en partie contradictoires : le curlone – spécialité commerciale contenant le chlordécone, la molécule – a été autorisé en 1981. Soit une année avant l’autorisation du chlordécone. Cherchez l’explication, mais n’ayez pas trop d’espoir. Résumé pour gens pressés : on n’avait pas le Droit, mais on avait le Droit. En 1990, la fantaisie administrative continue. On décide – le ministère de l’Agriculture – d’interdire le chlordécone, car on a compris, quatorze ans après la même décision américaine de 1976, ses redoutables dangers. Cette fois la spécialité commerciale – le curlone – est interdite avant la molécule, le chlordécone. Mais l’essentiel reste identique : on avait le Droit, mais on n’avait pas le Droit. Le Droit d’utiliser du chlordécone, pas celui d’employer un produit en contenant. Faites un effort, s’il vous plaît.

Pour tout arranger, l’interdiction est une blague complète. Le lobby des planteurs s’agite en effet, et réclame un délai d’utilisation de trois ans. Pour écouler les stocks, à n’en pas douter, et parce que, selon eux, les produits de substitution ne seraient pas au point. Un député de Martinique, qui n’est pas, on s’en doute, Philippe Edmond-Mariette, pose une question écrite le 23 avril 1990, qui relaie opportunément ces saines revendications. Le ministre de l’Agriculture qui lui répond est socialiste, et s’appelle Henri Nallet. Dans ce jeu de clair-obscur où les responsables politiques semblent contresigner en permanence des décisions prises ailleurs, on a la nette impression qu’il pourrait s’appeler Tartempion. N’empêche. Une signature est une signature, et celle de Nallet fait tache. Il accorde sans hésiter et sans même chercher d’arguments deux ans de grâce, ajoutant qu’il en accordera volontiers un de plus en cas de besoin. Au total, et après deux dérogations dont on a déjà parlé, le chlordécone sera utilisé à la convenance des planteurs jusqu’en septembre 1993. Au moins. Une honte extrême. Et une responsabilité proprement historique prise par des irresponsables. Car au début de 2006, le bilan tout provisoire de la dissémination du chlordécone évoque un pur cauchemar. Selon des scientifiques sérieux, un sixième des terres agricoles de Basse Terre (Guadeloupe), soit 4 000 hectares, sont contaminées pour des centaines d’années. Ce n’est pas une faute de frappe : des centaines d’années. Les deux tiers des ouvriers agricoles et un tiers des femmes enceintes « abritent » dans leur propre sang du chlordécone, sans que personne au monde ne puisse en évaluer les conséquences à long terme.

Comment cela a-t-il été possible ? Écoutons un instant Daniel Dollin, de la chambre d’agriculture de Guadeloupe, qui confiait en août 2005 à l’hebdomadaire Sept Magazine, à propos des gros planteurs de son département : « (Ils) faisaient la pluie et le beau temps dans les groupements, les petits pouvaient juste se plier (…). C’était la belle époque de la banane, on avait un marché garanti en Martinique et en Guadeloupe, et l’objectif de chacun était de trouver les moyens pour conserver ses parts de marché malgré les intempéries. » [1] À la lecture de ce qui précède, on peut imaginer que les services de l’État, en métropole, ronflent en chœur du matin au soir. Il n’en est rien. Il existe en effet, comme nous l’avons vu dans le cas du Gaucho et des abeilles, des fonctionnaires spécialement chargés de la « protection » des végétaux, éventuellement des hommes. En particulier à la Direction générale de l’alimentation (DGAL), véritable place forte du ministère de l’Agriculture chargée du contrôle des pesticides. En son sein, sous son autorité, siège une Commission des toxiques souvent critiquée pour ce que l’on appellera son manque de clairvoyance. Les industriels des pesticides siègent ès qualités dans cette instance supposément indépendante, qui accorde ou non des homologations pour leurs produits. Si indépendante et si souvent décriée qu’elle a fini par être mise entre parenthèses en 2005. En attendant un hypothétique nouveau système.

Un préfet au secours d’une abomination

Mais nous sommes pour l’heure en 2003, et dans un (court) moment de révolte, la Commission des toxiques va refuser d’accorder un blanc-seing au paraquat, l’un des produits phares de la multinationale Syngenta. Si l’on veut rire jaune une seconde, il suffit d’aller sur le site de propagande de ce pesticide, appelé pour l’occasion Paraquat Information Center. Ce portail en français, dont rien n’indique bien sûr qu’il est l’œuvre de Syngenta, délivre « des informations complètes et basées sur des faits sur l’un des herbicides les plus utilisés au monde ». Bienvenue dans un monde digne des plus belles fantasmagories. On « apprend » ainsi, belles photos à l’appui, comment le paraquat a amélioré la vie des paysans pauvres au Bengale occidental. Lisez, et soyez édifiés : « Les riziculteurs témoins des résultats obtenus sur le site de démonstration ont qualifié cette approche de révolutionnaire. “Nous n’avons jamais cru que du riz semé à la volée pouvait prendre aussi bien ; nous avons désormais confiance dans cette nouvelle technologie”, ont déclaré les riziculteurs Abdul Rahup Molla, Abdur Rahim et Abdul Karim Molla. » Idem et ibidem en Chine, au Costa Rica, en Afrique du Sud. C’est simple : le paraquat, on en mangerait.

Et c’est bien là l’un des atroces problèmes posés par ce violent poison. Car en Asie du Sud-Est par exemple, le paraquat est l’une des armes de prédilection des paysans pauvres saisis par le désespoir. Ils se suicident, par centaines et milliers, en avalant des pesticides, dont le paraquat. Même nos experts français de la Commission des toxiques en ont entendu parler, c’est dire ! Réunis dans une séance officielle de la Commission, le 15 janvier 2003, ils brandissent l’étendard du non. Syngenta ayant demandé une homologation pour la France, ils recommandent « l’interdiction de l’utilisation des spécialités en pulvérisation à l’aide d’appareils à dos, aucun scénario acceptable compte tenu des pratiques agricoles réelles n’étant acceptable ». Et ils ajoutent, pour que les choses soient claires, du moins dans leur langage codé : « La commission attire l’attention de la DGAL sur le problème de santé publique posé par cette substance (utilisée dans des tentatives de suicide) ; malgré plusieurs mesures de gestion du risque (adjonction d’un amérisant, d’un épaississant, d’un vomitif, plusieurs cas de suicide au paraquat sont encore à déplorer chaque année. »

Les experts, dont certains sont réellement indépendants, disent non au paraquat le 15 janvier 2003. Que va faire la DGAL, la seule véritable autorité en la matière ? Le 7 février, cette noble administration réunit son comité d’homologation des pesticides, censé délivrer pratiquement les autorisations, après avis des spécialistes de la Commission. Et là, changement de ton presque complet, trois semaines plus tard seulement. Entre autres perles, la représentante de la Direction générale de la santé (DGS) fait valoir que les « accidents » survenus en France avec le paraquat seraient le fait de « mésusages ». Les victimes du pesticide ne sauraient tout simplement pas s’en servir. Cette même excellente personne « s’interroge sur l’opportunité d’intégrer ceux-ci "les accidents" dans la réflexion ». En France métropolitaine, les centres antipoison ont enregistré en quatre ans 54 morts, dont 3 accidentelles seulement. Dans les DOM, il n’y a pas de centre antipoison. En effet, à quoi bon faire entrer une si menue contrariété dans une réflexion publique ? Au cours de cette funeste réunion du 7 février, le « rapporteur herbicide » explicite un point de vue décoiffant : « la toxicité du paraquat est un faux problème par lui-même au regard de la problématique plus générale des conditions d’utilisation des produits phytosanitaires. Une interdiction du produit ouvrirait la porte à l’utilisation du glyphosate ».

Faux problème ? Faux problème également celui des enjeux économiques colossaux du paraquat, qui représente à ce moment de l’histoire des centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires pour Syngenta ? La réunion du 7 février 2003 ouvre la porte au paraquat au moment où toute l’Europe civilisée refuse un produit dangereux. La Suède est en pointe sur le sujet, qui a interdit le paraquat depuis 1983. D’autres pays comme l’Autriche, le Danemark, la Finlande, la Hongrie, la Slovénie et la Suisse ont fait de même. La menace d’une interdiction générale, européenne, plane, au point que le ministre des Affaires étrangères suédois, Anders Kruse, déclare tout net à l’AFP : « Ce produit chimique est très dangereux. Il est mortel, et il n’y a pas d’antidote. Une seule cuillerée et c’est une mort certaine, et très douloureuse. Tout indique qu’il peut également endommager les nerfs et provoquer la maladie de Parkinson ». Pourquoi la France souhaiterait-elle maintenir son autorisation, en particulier dans les DOM ? D’ailleurs, le souhaite-t-elle ? Oui, trois fois oui. Le patron de la DGAL, Thierry Klinger, qui s’est si lourdement illustré dans l’affaire des abeilles et du Gaucho, fait du lobbying. En faveur du pesticide. Il presse notamment les représentants français à Bruxelles de s’opposer à une éventuelle opposition communautaire.

Le 3 octobre 2003, il triomphe, grâce à une alliance rare avec l’Angleterre, laquelle possède il est vrai l’usine qui fabrique en Europe le paraquat. L’Union européenne, réunie ce jour-là à Bruxelles, maintient pour dix ans, sous des conditions minimalistes, l’autorisation de pulvériser du paraquat. Surtout loin de la métropole. Interrogé par Libération sur les raisons de la DGAL de soutenir avec une telle force ce dossier, Thierry Klinger donne une réponse aussi splendide que vide : « Nous avons fait une enquête auprès des préfets des DOM. Une interdiction aurait posé des problèmes de remplacement du produit dans les Antilles, et cela demande du temps à mettre en place ». Passez muscade, passez bananes, passez poison et suicidés. Au printemps suivant – nous sommes le 5 avril 2004 -, la présidente de l’association Action santé environnement (ASE) adresse au ministre de l’Agriculture, Hervé Gaymard, une lettre ferme : « Je suis très étonnée qu’en l’espace d’un an seulement la France ait quitté les 9 autres pays qui étaient contre le paraquat, et n’y ayant pas trouvé d’explication convaincante dans la presse, ni sur le site Internet du ministère de l’Agriculture, je me permets de vous demander, Monsieur le Ministre, de m’envoyer tous les documents expliquant de façon claire quels ont été les éléments déterminants pour que la France, qui en octobre 2002 se positionnait aux côtés de 9 autres pays européens en faveur du retrait du marché du paraquat, ait subitement changé d’avis ». Pas de réponse, et l’on vous fait grâce des autres échanges, avec saisie de la Commission d’accès aux documents administratifs, la Cada pour les initiés. Rien, ce qu’on pourrait appeler du mépris.

Idem avec les États partenaires de l’Union européenne. En août 2004, la Suède, qui n’a pas digéré la volte face française sur un dossier aussi sensible, contre-attaque. Elle saisit la Cour européenne de justice pour obtenir l’annulation de la décision prise par l’Union. Au motif qu’elle aurait été prise sans véritable examen, s’appuyant sur une seule étude espagnole assurant que le paraquat est sans danger ! Le ministre Kruse, déjà cité, va même jusqu’à déclarer sans être pour autant traîné devant un tribunal : « Ils ont négligé les études donnant le résultat contraire ». Ils, croit-on comprendre, ce sont les officiels français, comme pris en flagrant délit de quelque chose de triste autant qu’immoral. Mais « ils » sont décidément les plus forts. Jusqu’à quand ?

fabrice-nicolino.com


[1Cité dans un excellent article d’Éliane Patriarca, Libération, 6 janvier 2006


Commentaires

Logo de jepelia
Empoisonné pour 400 ans
lundi 11 juin 2018 à 11h52 - par  jepelia

Pour continuer sur les évènements récents, nos braves agriculteurs protestent contre l’huile de palme en provenance de l’étranger utilisée pour faire fonctionner les voitures.
Noble prise de conscience si ce n’est que pour dire "c’est à nous de polluer notre sol avec du colza pour mettre dans nos voitures".
Depuis le début du E10, je refuse de mettre ce produit dans mon réservoir car la terre sert à nourrir les vivants et non à les transporter.
Gageons que les dégâts de leur manif ne sera pas comptabilisé comme casseur et sera payé par le contribuable.

Agenda

<<

2018

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant