Un chirurgien suspendu pour avoir défendu le service public

vendredi 20 avril 2018
popularité : 1%

Après14 ans d’exercice au pôle de chirurgie cardiaque du CHU de Nantes et avoir exercé pendant plusieurs années à l’hôpital Pompidou à la satisfaction de tous, le docteur Hubert-François Carton a été suspendu par le directeur du CHU, Monsieur Sudreau avec l’aval de la Commission Médicale d’Établissement (CME), en attendant la décision du CNG (Centre de Gestion des Praticiens Hospitaliers).

Ce qui est reproché au docteur Carton ? Aucune faute professionnelle, mais d’avoir provoqué un « dysfonctionnement » du pôle de chirurgie cardiaque en ne respectant pas les consignes d’économie imposées par la direction du CHU qui applique à la virgule près la politique de casse du Service Public Hospitalier de Mme Buzyn, ministre de la Santé de Macron. Le chirurgien a dénoncé les reports d’interventions. En 2017, 320 opérations de chirurgie cardiaque ont été renvoyées en 2018. Il s’est aussi opposé à la sortie - pour libérer des lits - de patients dont l’opération avait été reportée, ce qui risquait de mettre leur vie en danger.

Ce qui est reproché à ce chirurgien c’est d’être intervenu pour le bien des patients, pour que l’hôpital public joue le rôle qui doit être le sien : répondre aux nécessités de soins pour les usagers qui lui sont adressés. Le syndicat CGT du CHU demande sa réintégration immédiate et engage des actions pour y parvenir. Les déprogrammations sont la conséquence du manque de lits en réanimation et dans les différents services. Pour faire des économies la direction les supprime et réduit les effectifs. En 2016, sous l’injonction Marisol Touraine, ministre de la Santé du gouvernement PS d’Hollande, la direction du CHU a fermé 350 lits. Chaque année, c’est 1 000 à 1 200 lits de chirurgie qui ont été supprimés en France. Ce n’est pas assez, la ministre de la Santé de Macron en veut plus !

Le manque de moyens, le manque de personnel, le manque de lits, le manque d’instruments chirurgicaux, des salles de blocs opératoires « gelées » faute d’anesthésistes, les réductions des plages opératoires, les examens radiologiques faits à minima pour respecter les plans d’économies drastiques, c’est le quotidien de nombreux hôpitaux. Les conséquences pour les patients sont dramatiques. L’allongement des délais de prise en charge « entraine une augmentation de la mortalité de 9 % pour tous les patients et de 30 % pour les patients les plus graves » (François Braun, Président du syndicat des urgentistes Samu-Urgences de France). La Ministre de la Santé Agnès Buzyn prépare la Réforme de l’hôpital public dont l’objectif avec, la réduction drastique des dépenses, l’austérité renforcée, les suppressions de services, les fermetures d’hôpitaux dont la fusion par territoire est accélérée, l’introduction du privé dans l’hôpital public, est la casse de l’hôpital public et sa privatisation, avec le recul de plus en plus grave de conséquences de la possibilité de l’accès aux soins pour tous, des conditions de travail insupportables pour les personnels hospitaliers.

Contre cette politique et pour le développement d’hôpitaux publics au service de tous, des luttes se développent, des mouvements de grève à répétition ont lieu dans plusieurs hôpitaux, des contestations du personnel hospitalier sont de plus en plus nombreuses.

Source : presseocean.fr

bernard-gensane.over-blog.com


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Indignez-vous !

jeudi 16 juin 2011