Enlève ton masque Zorcron, on t’a reconnu…

mercredi 14 février 2018
popularité : 1%

Par Paul C.

Coquin de Macron, va… Depuis ton élection, tu te la jouais pépère… Un bon coup d’épée à droite, et toc quelques milliards en plus pour les riches ; une petite pause ; un petit coup d’épée à gauche, et toc, l’État se dégage du bourbier cinquantenaire de NDDL. Comme cette dernière histoire cause beaucoup de peine à Mr Vinci, le lointain cousin de Léonard, je pense que ça va nous coûter un brin à nous autres contribuables ; attendons de voir…

Mais là, ça y est, depuis la fin de l’année le masque est définitivement tombé. Tu as quelques belles années devant toi, mais pas tant que ça non plus, et tu vas t’agiter comme un forcené pour mettre en œuvre les belles mesures sociales contenues dans ton programme révolutionnaire comme pas deux. Après avoir serré la ceinture d’un cran aux retraités, tu t’apprêtes à dégraisser non pas le « mammouth » cher à l’un de tes clowns de prédécesseurs, mais la fonction publique dans son ensemble. Autant voir grand ! Tu as raison ! Comme le réclament tes directeurs de conscience, il faut TOUT privatiser, sauf les forces de l’ordre et l’armée, seuls garants qui te permettront d’éviter que les allergiques à ta révolution ne foutent le bordel dans les rues comme cinquante ans auparavant. Comme tu es Zorro, et non le Grand Charles, tu fais tout dans la finesse, toi…. Quoique, pour le maintien de l’ordre… Les Rois de France et du voisinage, tes lointains cousins, faisaient souvent appel aux mercenaires dans leurs armées ; ils estimaient que ces soldats en CDD étaient plus fiables que les troufions fonctionnarisés. Tant qu’on les payait, ils tapaient. Certes le recours à des milices privées pour sécuriser nos villes et nos campagnes pourrait être plus coûteux puisqu’il faut bien que leurs employeurs officiels gagnent du pognon. Mais d’un autre côté, ça enlèverait un souci au gouvernement qui n’aurait plus qu’à gérer des appels d’offres. Mais bon il faut procéder par étape dans cette vieille France où le couvercle des avantages sociaux pèse sur les épaules des patrons comme un ciel bas et lourd. Il faut bousculer tous ces passéistes qui ne veulent pas que les Droits acquis au XXème siècle perdurent ; tous ces profiteurs qui ne savent pas reconnaître que l’avenir, le vrai, c’est le retour au XIXème siècle et même avant.

Je sais que la joyeuse bande de potes rassemblée dans ton équipe de justiciers ne manque pas d’imagination. Normalement, le rouleau compresseur des « vraies réformes en profondeur » ne devrait épargner personne dans la classe moyenne et chez les « sans dents ». Il ne se passe pratiquement pas un jour sans que ton équipe, solidement épaulée par un noyau dur de think tanks ultra-libéral, ne balance une claque dans la gueule du populo. Quant à tes supporters acharnés, à la télé comme dans les journaux, ils ne manquent pas de cynisme quand ils déplorent, à longueur d’éditoriaux et de messes patriotiques, la déglingue des services publics. Quelques exemples ? Il neige, et les services publics ne sont pas à la hauteur : mais que font les gars de l’équipement ? Les laboratoires, les géants de l’agroalimentaire et autres commercialisent des saloperies, mais que font les services concernés, genre la « Répression des fraudes » ? Les trains ne roulent pas à cause du gel ? Mais que font les agents d’entretien de la SNCF ? Les jeunes des banlieues n’apprennent rien au collège, se radicalisent et s’absentent de plus en plus souvent des établissements scolaires ? Mais que font les profs, à part préparer leurs vacances ? Eh bien mon gars, vois-tu, grâce à ton action et à celle de tes prédécesseurs, ils ne sont plus là : ils pointent au chômage, sont partis « volontairement » on se sait où, ont été virés comme des malpropres quand ils n’étaient pas titulaires… Bref tu les as virés ! La Fonction Publique c’est guère mieux que l’agriculture… En fait, tes larbins me font penser à ces vieux aristos décatis qui réclament l’aide de leur valet de chambre, de leur cuisinier ou de leurs porteurs de chaise, et omettent de se rappeler que ces « gueux » sont partis parce que la maison ne pouvait plus leur faire l’aumône d’un vague salaire. Voir tous ces « nantis » larmoyer sur la situation dans les EHPAD, ça me donne carrément la nausée. Quant à croire que la gestion de tous ces services sera meilleure si elle est assurée par le privé, c’est croire au Père Noël 365 jours par an. Imaginez par exemple que ce soit un labo dépendant de Lactalis qui soit chargé des analyses des produits fabriqués par cette marque !

Côté futur, ça devrait aller de mal en pis puisque – libéralisme effréné oblige – tu veux maintenant supprimer 120 000 postes dans cette maudite Fonction Publique. Faudra m’expliquer en quoi tu te démarques des Républicains sur ta droite… Eux c’est 130 000 c’est ça ? C’est ça ton idée révolutionnaire pour améliorer l’accueil et les conditions de travail dans les hôpitaux ? C’est la valse des promesses… tenues un temps. Ta politique ressemble de plus en plus à une partie de bonneteau. Elles sont cachées où nos créations de postes ? Sous le gobelet « maisons de retraite » ? Eh non, perdu, elles sont parties chez les gardiens de prison… Sous le gobelet « maisons d’arrêt » ? Eh non, perdu, elles sont parties… euh, je sais plus, sous le gobelet « police »… La partie a été simplifiée d’ailleurs et quelques gobelets sont carrément partis à la poubelle ; prenez les cheminots par exemple : ils n’ont vraiment plus la cote. Plus les trains sont lourds, et moins nombreux ils seront à les pousser. Eux, on ne leur promet rien, que le passage à la casserole. Il faut dire que dans une partie de bonneteau il ne faut pas qu’il y ait trop de cachettes sinon ce n’est pas rigolo. Ces raisonnements de cuisine me font penser aux brèves de comptoir du café des platanes : tous ces artisans, qui crachent sur les privilégiés, à la pause de midi, mais préfèrent quand même les avoir comme clients parce qu’avec tous ces gens instables qui vont de boulot en boulot, « on ne sait jamais quand on sera payé »….

J’apprends aussi que tu veux détourner partiellement l’argent de la CSG pour financer d’autres besoins de l’État que la Sécurité Sociale alors que cette énième taxe lui était destinée… J’espère que, pour ne pas fâcher le pacifiste que je suis, tu ne vas pas utiliser ce pognon pour alimenter le coffre aux trésors de 300 milliards d’euros que tu comptes filer à l’armée d’ici 2025… Si tu faisais ça, tu me créerais un sacré problème de conscience… Déjà que les sites internet complotistes m’apprennent que ce sont des avions, des chars et des canons français (entre autres) qui réduisent en bouillie la population du Yémen… En tout cas, tous ces hauts fonctionnaires et tous ces conseillers « spéciaux » que tu paies à prix d’or ne manquent pas d’imagination ; il ne faut pas trop supprimer de postes dans ce secteur. Sinon tu serais obligé d’appliquer directement le programme du patronat, sans le réécrire, et ce serait un peu trop visible.

Je ne ferai pas la liste de tout ce qui a augmenté depuis le début de l’année. Trop long, puis d’autres s’en sont chargés. Je ne voudrais pas, en plus, répandre de fausses nouvelles, et que l’on m’accuse de complot mondial contre les institutions. Avec le décret loi que nous mitonne ta ministre des Affaires culturelles, je pense que d’ici peu, tout ce qui sort de la « doxa » officielle sera considéré comme un « fake ». C’est tellement commode, et puis ça marche déjà en Russie, en Pologne, en Hongrie, et dans tant d’autres démocraties souriantes de la planète ; pourquoi ne pas rejoindre le club ?…

En rouge le royaume de France

Pour faire avaler la pilule, il ne te reste plus qu’à annoncer quelques réformettes attrayantes : autoriser le tir au silencieux à la chasse (c’est déjà fait grâce à toi), ça va animer un peu les séances de jogging ou de cueillette de pissenlits, légaliser le mariage pour les homosexuels (merde c’est déjà fait…), légaliser la culture du cannabis à des fins médicales (délicat, tu risques de crisper ton aile droite, mais d’un autre côté, avec les taxes nouvelles il y a du pognon à gratter !)… Je sais, les idées démagogiques qui ne coûtent rien ne sont pas légion, mais en cherchant bien… Je sais pas moi, du côté de la PMA, de l’euthanasie, du livret A ou des milices, il doit bien être possible d’occuper la une des médias non ? Il paraît que pour l’indépendance de la Corse, tu n’es pas chaud. Tu as raison parce que si les Basques, les Bretons, les Alsaciens, les Poitevins… suivent le mouvement, tu vas te retrouver avec un royaume de France plus petit que Louis XI ! Comme dans le fond tu n’es pas un mauvais gars, je voudrais attirer ton attention sur la route parsemée d’écueils qui t’attend : le problème, vois-tu (et il faut que tu en tiennes compte), c’est qu’on approche d’un anniversaire assez symbolique pour une fraction de la population. Il ne faudrait pas que cela donne de mauvaises idées à une minorité de casse-pieds plus ou moins insoumis. Enfin, si tu as des problèmes avec la rue, tu pourras bien trouver, dans ton entourage, un p’tit gars qui ait l’envergure d’un Erdogan, pour mettre un peu d’ordre.

Ton collègue turc c’est vraiment un pro. Pour conclure, je vais quand même te donner un conseil, mon gars, valable aussi pour quelques-uns de tes collègues caméléons genre ton homologue socialo-libéral allemand Schulz : faites gaffe, on ne couillonne pas éternellement la base avec des caramels mous ! Il se pourrait bien qu’un jour les jeux du cirque télévisuel ne suffisent plus à distraire le chaland désœuvré et je te rappelle que la Blonde, nostalgique de Doriot et Pétain, veille en embuscade. À bon entendeur, salut !

lafeuillecharbinoise.com


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Indignez-vous !

jeudi 16 juin 2011