T’as de beaux yeux, tu sais !

jeudi 11 janvier 2018
popularité : 1%

C’est une coquille dans le Brexit. On ne le sait pas, mais un tiers des coquilles Saint-Jacques françaises sont pêchées dans les eaux britanniques. Or nos voisins d’Outre-Manche comptent profiter de leur sortie de l’Union Européenne pour interdire à nos pêcheurs l’accès à leur gisement. Mauvaise nouvelle pour les nombreux amateurs de Pecten maximus que compte notre pays.

Avec 150 000 tonnes englouties chaque année, la France est le plus gros consommateur de coquilles de la planète derrière les États-Unis. Pour satisfaire les estomacs, on doit donc en importer six fois plus qu’on n’en pêche. Et voilà que la perfide Albion pourrait nous empêcher de « draguer » la coquille au large de ses côtes, pile-poil alors que la récolte s’annonce « exceptionnelle » : jamais les cales de nos 200 coquilliers n’ont été aussi pleines.

La coquille Saint-Jacques c’est l’or blanc de la pêche tricolore, avec des prix qui peuvent, certaines années, atteindre 5 euros le kilo. D’où la contrebande et la fameuse pratique du trempage, qui consiste à tremper les noix dans un bain d’eau assaisonnée de poly-phosphates, histoire de les gorger de flotte pour qu’elles pèsent plus lourd. Sauf qu’une découverte faite par des chercheurs israéliens risque de nous couper définitivement l’appétit : les coquilles Saint-Jacques nous voient !

Autrement dit, quand vous décoquillez l’animal, il suit en direct sa mise à mort… L’étude, sortie pendant les fêtes, est passée relativement inaperçue. Elle révèle pourtant que Pecten maximus est doté en bordure de coquille de 200 yeux millimétriques. Ce qui confère à ce mollusque bivalve un champ visuel d’environ 250 degrés. Pratique pour repérer son principal prédateur, l’étoile de mer, et prendre la tangente en claquant des valves. Car, contrairement à la plupart des coquillages, qui restent bêtement accrochés à leur rocher, la Saint-Jacques voyage.

Par hydro-propulsion, elle peut même faire des bonds de 1 mètre. En fait, la bestiole possède un système visuel ultrasophistiqué, composé d’une série de miroirs concaves à trois dimensions. À tel point que les ingénieurs voudraient s’en inspirer pour améliorer les performances des télescopes. La prochaine fois que l’on décortiquera une coquille Saint-Jacques, pas sûr qu’on la regarde les yeux dans les yeux…

(Illustration par Havang - nl)

Le Canard Enchaîné N° 5072 du 10 janvier 2018


Commentaires