Changer en or le plomb des mauvaises nouvelles

mardi 9 janvier 2018
popularité : 1%

Par F. D. de l’Ugict-Cgt

Ce gouvernement qui prétend traquer les « fake news » par une loi qu’il envisage de faire passer en 2018, n’est quand même pas avare d’histoires auxquelles on n’est absolument pas obligés de croire.

C’est ainsi que Muriel Pénicaud, la ministre du Travail qui va bénéficier de la suppression de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), a affirmé jeudi dernier sur France Inter qu’elle allait investir l’argent qu’elle économisera « dans un fonds qui soutient l’économie sociale et solidaire ». En effet, on n’est pas du tout obligé de croire à de telles arguties. Car c’est encore une manière bien élégante pour ce gouvernement des riches et du Cac 40 de recycler en bénédiction pour tous, la sordide nouvelle de l’enrichissement d’une ministre d’État grâce à une loi de Finances opportune. En effet depuis cette annonce, la ministre du Travail est citée en exemple de ce que devrait être le ruissellement. La bonne fortune des riches, finissant en profit pour tous. On nous prendrait pour des simples d’esprit qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

En bons alchimistes de l’information, les ministres du gouvernement sont passés maîtres dans l’art de transformer en or le plomb des mauvaises nouvelles. Ainsi, l’ancienne directrice des ressources humaines chez Danone de 2012 à 2014, devenue ministre du Travail, qui forcément s’y connaît en relations sociales est venue nous expliquer dimanche que les ruptures conventionnelles collectives, introduites par les ordonnances réformant le Code du Travail et immédiatement envisagées chez PSA, Pimkie ou aux Inrocks allaient permettre d’« éviter le traumatisme du licenciement ». La ministre a évoqué « certains cas de restructuration, de réorganisation, où ni l’entreprise ni les salariés ne veulent vivre le traumatisme du licenciement mais sont d’accord (...) pour avoir une forme négociée ». ( ?!)

Cette rupture collective va surtout permettre de réaliser des départs volontaires selon une procédure moins risquée pour l’entreprise est surtout plus rapide, moins contraignante, moins coûteuse que celle d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Si le salarié qui se porte volontaire dans le cadre d’une rupture conventionnelle collective est indemnisable par l’assurance chômage, il n’a en revanche pas le niveau de Droits des licenciés économiques (accompagnement en contrat de sécurisation professionnelle, priorité de réembauche). Rescapé du traumatisme d’un plan social, le salarié privé d’emploi pourra se livrer corps et âme à sa recherche d’emploi. Car à défaut de bénéficier d’un suivi personnalisé et d’abondantes offres de postes par Pôle Emploi, il devra se plier aux injonctions tatillonnes, au flicage pour échapper au traumatisme de la radiation.

Car Muriel Pénicaud et Emmanuel Macron préparent un arsenal pour faire la guerre aux chômeurs. Ils se défendent de prendre tous les chômeurs pour des profiteurs, nous expliquent qu’ils ne seraient qu’une minorité, mais c’est bien sur l’ensemble des chômeurs à qui ils n’ont que précarité, contrats courts, déqualification et stages parking à proposer qu’ils entendent faire peser la menace de la radiation. Malheur aux perdants...

blogs.mediapart.fr


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Indignez-vous !

jeudi 16 juin 2011