Disparition massive des abeilles : un virus ?...

jeudi 13 septembre 2007
popularité : 1%

La disparition massive des abeilles d’élevage aux Etats-Unis est apparemment liée à un virus identifié en 2004 en Israël, selon des scientifiques dont la découverte annoncée jeudi devrait permettre d’expliquer ce phénomène mystérieux et préoccupant, qui frappe aussi ailleurs dans le monde.

Ces chercheurs ont recouru à des techniques de séquençage génétique des micro-organismes peuplant les intestins d’abeilles qui vivent dans des ruches saines et de celles frappées de ce fléau. Les échantillons ont été prélevés dans l’ensemble des Etats-Unis au cours d’une période de trois ans.

Ils ont pu établir qu’une variante du virus baptisé IAPV (Israeli Acute Paralysis Virus) qui paralyse les abeilles "pourrait être la cause potentielle" de cette hécatombe, a expliqué, lors d’une conférence de presse, Ian Lipkin, directeur du centre pour l’infection et l’immunologie de l’Université Columbia (New York, est).

L’IAPV était le seul micro-organisme présent dans quasiment tous les échantillons provenant des ruches affectées, soulignent les auteurs de cette étude publiée par la revue Science du 7 septembre.

"Notre prochaine étape est de déterminer si ce virus est la seule cause de ce phénomène de dépopulation massive des ruches, appelée en anglais CCD (Colony Collapse Disorder)" ou s’il agit parmi d’autres facteurs tels des microbes, des toxines, des insecticides ou une nutrition appauvrie par la sécheresse, a-t-il poursuivi.

Selon Jeffery Pettis, entomologiste du ministère américain de l’Agriculture et co-auteur de l’étude, "cette recherche ouvre une très bonne piste mais il est peu probable que l’IAPV soit l’unique cause du CCD".

Les analyses génomiques d’abeilles d’élevage importées d’Australie depuis 2004 ont en effet montré qu’elles étaient infectées par ce virus mais que leurs ruches ne développaient pas le CCD.

Cette différence semble s’expliquer par le fait que les abeilles en Australie ne sont pas infectées par la mite varroa, un parasite commun dans les ruches américaines qui affaiblit leur système immunitaire.

Ces scientifiques ont aussi écarté comme étant "très peu probables" plusieurs hypothèses avancées ces derniers mois pour tenter d’expliquer cette mystérieuse disparition de milliards d’abeilles.

Parmi ces théories figurent les radiations émises par les téléphones cellulaires qui désorienteraient les abeilles et les cultures génétiquement modifiées (OGM).

En revanche, a souligné Diana Cox-Foster, entomologiste à l’Université de Pennsylvanie (est) et principale auteur de l’étude, "certains insecticides chimiques paraissent affaiblir les abeilles, les rendant plus vulnérables à des virus".

Le CCD est un phénomène surtout observé aux Etats-Unis avec une telle ampleur : les abeilles adultes disparaissent de la ruche, laissant le miel et le pollen récolté ainsi que les jeunes et la reine. Le plus souvent, aucun corps d’abeille n’est retrouvé.

On estime que de 50% à 90% des ruches commerciales ont été affectées par le CCD depuis trois ans aux Etats-Unis. Depuis, des cas ont été signalés notamment en Allemagne, en Espagne et en Grèce.

Cette situation sans précédent inquiète les apiculteurs, les producteurs de fruits et légumes ainsi que les pouvoirs publics américains.

Les abeilles domestiques assurent la pollinisation de plus de 90 variétés de fruits et légumes dont les récoltes représentent 15 milliards de dollars par an aux Etats-Unis.

http://terresacree.org


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Protégez les loups

samedi 22 juillet

Protégez les loups
en vous promenant