L’investiture de “Chéri” et “Bibi”, une “épopée romanesque

mercredi 17 mai 2017
popularité : 1%

Par Samuel Gontier

Quelle différence entre l’investiture d’Emmanuel Macron et un mariage princier ? Aucune, si ce n’est que Franck Ferrand remplace Stéphane Bern sur France 2. Récit d’un grand (et long) moment de néant télévisuel.

« On sent une atmosphère qui est en train de se figer », se fige Laurent Delahousse. Ce dimanche matin, les derniers invités sont en train d’arriver à l’Élysée pour la passation de pouvoir. « Brigitte Macron vient de quitter son domicile », informe un moto-reporter. « Vous voyez Thiphaine Auzière qui est la fille de Brigitte Macron », annonce Laurent Delahousse alors qu’un jeune couple arpente le tapis rouge. « Il y a un côté assez cool parce que le compagnon de Tiphaine n’a pas de cravate », analyse Nathalie Saint-Cricq, cheffe du service politique et habillement. « On franchit un stade supplémentaire dans la modernisation », estime l’éditorialiste. « Moi, ce que je retiens, intervient Marion Ruggieri, c’est l’équipe de Macron qui est arrivée menée par Sibeth Ndiaye en robe à fleurs, chaussures plates. » Zut, je ne me suis pas levé assez tôt, je l’ai ratée. « Y avait un côté : “On y va, on prend le pouvoir, on a tous 30 ans”, et je trouve qu’il y a chez eux quelque chose d’assez frondeur. » J’attends impatiemment de voir arriver Gérard Collomb en robe à fleurs et en tongs, ça doit lui donner un côté frondeur à croquer.

Une envoyée spéciale sur le trottoir de la rue Saint-Honoré, devant l’Élysée, rappelle que ce dimanche est aussi une journée de deuil. « Je suis avec Marina, qui est venue de Bergerac, non pas pour accueillir Emmanuel Macron, mais plutôt pour dire au revoir à François Hollande avec son drapeau “Merci pour ces années”. » J’écrase une larme. Un tweet d’Emmanuelle Cosse apparaît à l’écran : « Immense gratitude pour ce grand président. » Snif… À force de pleurer dans mon bol de céréales, mes Chokapic vont être salées. Brigitte Macron arrive sur le tapis rouge « en tailleur bleu ciel », alerte Laurent Delahousse, donnant « la parole à Marion Ruggieri pour décrypter cette image ». « Brigitte, c’est une star, décrypte l’experte. C’est Bibi. Emmanuel Macron la surnomme “Bibi” ; elle, elle l’appelle “Chéri”. » Ce décryptage ne suffit pas au présentateur, qui l’interrompt : « Maryse Burgot pour décrypter cette image en direct de la cour de l’Élysée. » « Madame Macron qui arrive avec un tailleur bleu clair, très souriante, accueillie par Brigitte Jouyet. » « Elle est habillée en Louis-Vuitton, s’interpose Marion Ruggieri. Et elle porte un sac Capucine qu’on rebaptiserait le sac Brigitte. » Ah bon ? Et pourquoi pas le sac Bibi ? « Une jupe assez courte par rapport au protocole… Et beaucoup la comparent à Claude Pompidou… » Pour son côté frondeur, je suppose. « …Pour le côté bourgeoisie, province, mariée à un ex-banquier d’affaires, amie des pipoles et des médias… » Des médias frondeurs, alors. « Et beaucoup souhaiteraient qu’elle ait un rôle à la Michelle Obama, c’est-à-dire investie dans des causes et, notamment, l’éducation puisque c’est une prof. » Confier l’Éducation nationale à des œuvres de charité, en voilà une idée frondeuse.

« Je vois des essuie-glaces s’agiter », s’agite Laurent Delahousse, mais Christophe Ono-Dit-Biot a une remarque fondamentale à faire : « Ce que dit Marion est fondamental. » Sur le sac Brigitte ? « Quand on a vu le rôle qu’ont joué les vêtements dans la présidentielle. » Il veut sans doute parler des guenilles de Philippe Poutou, indignes d’un représentant des ouvriers, qui lui ont fait perdre l’élection. « Qu’elle ait choisi Louis-Vuitton plutôt qu’une autre marque va être une des choses les plus commentées. » Non, pas possible ? « Absolument », appuie Marion Ruggieri. Elle révèle que Brigitte Macron est habillée par LVMH depuis que son mari, alors ministre de l’Économie, avait déjeuné avec Xavier Niel, patron de Free (un fabricant d’espadrilles), et Delphine Arnault, fille de Bernard Arnault, directrice adjointe de Louis-Vuitton. Encore une sacrée brochette de frondeurs. « Priorité à l’image », intervient Laurent Delahousse, lançant une séquence de moto-reportage derrière les policiers à moto qui suivent la voiture des officiers de sécurité qui suit la voiture d’Emmanuel Macron en route vers l’Élysée. Enfin, le futur nouveau président parcourt le tapis rouge, un replay est nécessaire pour mieux analyser sa prestation. « On va la re-commenter ensemble, c’est ce qu’on fera toute la journée…  » Chouette, je ne vais pas m’ennuyer. « Regardez l’incroyable lenteur de la démarche, on dirait qu’il gravit une côte. » « Hollande ne descend pas les marches », note quelqu’un. « Ils n’arrivent pas à échanger de regard », remarque un autre. « Ils se regardent droit dans les yeux », le contredit un expert de TF1. Je n’aurais pas dû zapper si vite, je risque de souffrir de dissonance cognitive.

« On se demande pourquoi ça dure si longtemps », s’impatiente Laurent Delahousse alors que l’entrevue des présidents s’éternise. Franck Ferrand explique : « C’est le moment où on glose sur la conversation de l’ancien et du nouveau. » J’avais remarqué. Allons voir sur BFMTV. « Il y a forcément une grande émotion entre les deux hommes en ce moment », certifie le présentateur, Jean-Baptiste Boursier. « On va beaucoup spéculer sur la durée de leur conversation, estime Christophe Barbier. Peut-être qu’ils sont en train de se refaire le film. » Et il le refait : « Emmanuel, pourquoi tu m’as trahi ? » Ça sent le règlement de comptes. Pas sûr que les deux ressortent vivants de leur entretien. Jean-Baptiste Boursier, lui, s’inquiète pour « les personnes âgées qui sont là à attendre debout depuis plus d’une heure ». Sur France 2, « petite indication : le moteur de la voiture de François Hollande avait démarré puis il s’est arrêté ». C’est louche. Je vérifie sur BFMTV : « Le moteur de la DS a été allumé, ça devait être une répétition parce qu’il s’est arrêté. » Même les moteurs font des répétitions ! Cet événement est vraiment très bien organisé. Fabrice d’Almeida met à profit son recul d’historien pour évoquer « les nominations du gouvernement. Ce qu’on sait, c’est qu’il y a énormément de jeunes gens très compétents, très doués autour de lui. » Comme une image montre des voisins de l’Élysée sur leur balcon avec une pancarte souhaitant la bienvenue à leurs nouveaux voisins, un expert relève : « Les gens sont sympas rue Saint-Honoré. » Ils en ont les moyens. Un envoyé spécial salue le premier miracle accompli par le nouvel élu : « C’est assez incroyable, il pleuvait et maintenant, c’est un grand soleil. » Alleluia.

Les deux présidents sortent vivants sur le perron, quelqu’un sur France 2 salue « un moment apaisé et émouvant pour les deux hommes » quand, soudain, Laurent Delahousse s’affole : « Où est passé Emmanuel Macron ? C’est le premier mystère de ce quinquennat. » Franck Ferrand met à profit son recul d’historien pour analyser la scène de sa disparition : « Il a monté les marches de l’escalier Murat quatre à quatre, à une vitesse incroyable. Ça rappelle un peu Jacques Chaban-Delmas. » Ça ne nous dit pas où est passé le futur nouveau président. « Que s’est-il passé ? Où est-il ? », m’inquiète Laurent Delahousse… Un internaute avisé coupe court à mon angoisse en m’adressant l’explication de Roselyne Bachelot : Bibi avait tout simplement envie de faire pipi. Une envie très pressante, si j’en crois la précision de Franck Ferrand : « L’ascenseur est très lent, il a 70 ans cette année. » Du coup, il vaut mieux prendre l’escalier plutôt que risquer de souiller l’ascenseur. « C‘est aussi ça la force de la jeunesse, se réjouit Laurent Delahousse… Revoilà Emmanuel Macron qui revient » (des toilettes, par l’escalier). Pour la première fois de la journée, Chéri et Bibi sont réunis à l’image. Anne Fulda ressert son immuable « cadrage Harlequin ». « Quelle histoire ! D’un point de vue romanesque, c’est absolument incroyable. » « Je trouve ça assez émouvant de voir Brigitte Macron, la relaie Marion Ruggieri. Parce que je l’imagine la première fois qu’elle a vu Emmanuel Macron, qu’il avait 14 ans, sa fille était en classe avec lui et lui disait : “Maman, y a un type qui sait tout sur tout en classe.” Comme le disait Anne Fulda, c’est un couple construit sur l’opprobre. Quand on a affronté ça, on en sort plus fort que n’importe qui et c’est leur cas. » Et voilà comment l’amoooûûûr de Chéri et Bibi a gagné la présidentielle.

« On entend votre message, cette émotion, forcément, s’émeut Laurent Delahousse, chez cette femme qui a vécu l’opprobre, les critiques que l’on entend déjà encore, malheureusement. » Des remarques sexistes, beurk, ça n’arriverait pas sur France 2. « C’est l’investiture la plus romanesque de la Vème République », intervient un expert. « Il faut voir ses yeux quand elle le regarde, ajoute une experte. Des yeux comme ça, ça vous rend président. » Et voilà comment Chéri a été élu président de la République à l’unanimité des yeux de Bibi. « On est véritablement dans le roman, et même, osons le mot, dans l’épopée », ose Christophe Ono-Dit-Biot. « Ce visage, ce masque d’Emmanuel Macron, cette gravité qui arrive », commente Laurent Delahousse alors que Chéri se pointe dans la salle des fêtes de l’Elysée pour la cérémonie d’investiture et sa première allocution de président. « Premier discours dans lequel on retiendra beaucoup de phrases, beaucoup de mots », réagit Laurent Delahousse. Pour les décrypter, Nathalie Saint-Cricq est rejointe par deux experts de choix, Caroline Fourest et Laurent Neumann, éditorialiste de BFMTV venu éditorialiser sur France 2 pour faire la promo de son dernier « quick book ». Se félicitant que les Français n’aient pas cédé aux tentations extrémistes, Caroline Fourest pose son diagnostic : « C’est vraiment l’élection de la résilience, celle d’Emmanuel Macron. » Laurent Neumann revient sur l’événement de la matinée : « Dans sa façon de monter quatre à quatre les marches, on voit que l’exercice du pouvoir sera différent. » C’est certain, puisque c’est exactement ce que les commentateurs disaient voilà cinq ans lorsque François Hollande grimpait à vives enjambées le même escalier après avoir lui aussi raccompagné son prédécesseur sur le perron de l’Élysée.

Franck Ferrand salue la « grande hauteur de vue » du discours du « libéral responsable que se veut Emmanuel Macron », selon son homologue de BFMTV, Fabrice d’Almeida, tandis que Ruth Elkrief, envoyée spéciale à l’Élysée, rappelle que le nouveau président « a salué François Hollande et son action contre le terrorisme de la France ». Christophe Barbier apprécie la musique de la Garde républicaine : « On a eu du Mozart, du french cancan, un registre extrêmement joyeux même si les défis sont énormes, les périls sont terribles. » Et les escaliers pleins de marches. Le président salue ses invités, Jean-Baptiste Boursier prévient que « tout le monde va disséquer ces images ». Ça ne tarde pas. « Il a eu une poignée de main très rapide pour Pierre Gattaz, il s’est attardé plus longtemps avec d’autres. » Preuve que son ennemi, c’est le Medef. « Nathalie Kosciusko-Morizet et Valérie Pécresse ont eu droit au même sourire », remarque Christophe Barbier. Mais si Valérie Pécresse est là en tant que présidente de la Région, la présence de Nathalie Kosciusko-Morizet est plus étonnante. Soit c’est parce que c’est son anniversaire aujourd’hui. Ou alors peut-être qu’on va avoir un élargissement vers les Républicains par la case “Femmes nées en 1973”. » Le 14 mai 1973, précisément. Sur France 2, Laurent Delahousse n’a pas pu grimper les escaliers pour aller faire pipi depuis plus de trois heures, il en perd ses moyens : « Il y a eu ces instants d’émotion avec sa famille, lorsqu’il a retrouvé ses conseillers politiques, sa famille et ses conseillers politiques. » Le présentateur s’en remet à son consultant, Éric Fottorino : « Il souhaite assumer cette verticalité ? » « Dès le Louvre, on l’a vu. Dans la pyramide, il y a une base et un sommet. »

Anne Fulda insiste sur le rôle primordial que va jouer la première dame. « Le pouvoir isole et Brigitte, c’est la seule à lui dire : “Tu ne me parles pas comme ça !” » Une vraie maman. « Et c’est la seule dont il ait l’oreille. » La seule qui ait son oreille, non ? Laurent Delahousse interroge : « Est-ce que les Français avait besoin d’être réassurés sur la présidentialisation d’Emmanuel Macron ? » Bien sûr que j’ai besoin d’être réassuré. Comme Caroline Fourest : « La défense du modèle laïque, c’est encore un peu flou chez Emmanuel Macron. » Comment, il n’a pas encore appelé à l’extermination préventive des musulmans ? « Il y aura des arbitrages à faire au-delà de sa posture régalienne, jupitérienne. » Et Brigitte, elle est vénusienne ? Franck Ferrand admire : « Quand on le voit prenant dans ses bras des femmes en larmes, c’est le protecteur de la nation. » De la veuve et de l’orphelin. « Emmanuel Macron, c’est un alliage, décrypte Éric Fottorino. Vous savez, les aciéries font des métaux spéciaux. Il est d’un autre métal. » Un expert analyse le retour de la pluie : « Tout jupitérien qu’il soit, il ne commande pas encore aux éléments. » Pourvu qu’il soit d’un métal inoxydable. Sur BFMTV, Fabrice d’Almeida me rassure, l’histoire ne bégaie pas : « Il est protégé de la pluie, il a appris de l’expérience de son prédécesseur. » « L’image de Gérard Collomb bouleversé, remarque Serge Moati, ça me fait penser à Mitterrand embrassant Mendès-France, c’était assez touchant. » Je me demande si la comparaison avec Mendès est flatteuse pour François Hollande. Pourquoi pas plutôt Guy Mollet ? Fabrice d’Almeida remémore les précédents historiques : « C’est une aventure humaine extraordinaire, ce qu’a vécu Emmanuel Macron, une aventure romanesque comme la politique sait en produire parfois. » Ou les médias.

La reporter de France 2 au pied de l’Arc de Triomphe où Emmanuel Macron vient ranimer la flamme décrit son arrivée : « Il est calme, détendu, il marche seul. » Accompagné d’une dizaine d’officiers de sécurité et d’un opérateur doté d’une steadycam. « Une page de notre histoire s’est tournée ce matin », résume Laurent Delahousse, pressé d’aller aux toilettes. Alors que le président salue les anciens combattants, Pierre Servent, consultant militaire, démarre un exposé. « Il ne faut pas oublier la dimension esthétique de l’armée et de la guerre. » Mon Dieu, que la guerre est jolie… Il explique « ce que les militaires appellent “avoir de la gueule” et “ne pas avoir de la gueule”. Pour eux, les deux précédents présidents n’avaient pas “de gueule”. » Conclusion de l’expert : « Sous un aspect d’incarnation esthétique, Emmanuel Macron a, pour utiliser un langage militaire, “de la gueule”. » Un collègue historien précise : « C’est l’imaginaire gaullien qui est ravivé. » Et jupitérien. Nathalie Saint-Cricq attribue une « espèce de sans faute » à la prestation du nouveau président et pointe « pas mal de gorges serrées », notamment celle du maire de Lyon. « Collomb, c’était la droite du PS, on l’accusait de mettre des caméras de surveillance à Lyon. Et maintenant, c’est la consécration. » De la vidéosurveillance. « Le style, c’est l’homme, reprend Pierre Servent. Et là, c’est un mariage entre tradition et modernité, dans un style très allant. C’est un amalgame très fort. C’est une belle promesse. » Voilà un président qui nous offrira de belles guerres. Nathalie Saint-Cricq tient à se dédouaner : « Je ne me serais pas autorisée en tant que femme à dire qu’il a le physique de l’emploi, c’est à vous Pierre Servent de le faire. »

Christophe Ono-Dit-Biot raconte que « François Hollande a résumé le roman de l’élection : “Il m’a suivi, il s’est émancipé, il a été élu.” C’est une sorte de variation veni vidi vici à la mode macronienne. » Tiens, voilà Jules César (sur son char). Ça change de Moïse, Jeanne d’Arc ou Napoléon. « Regardez comme des personnes en pleurs se sont réfugiées dans ses bras, comme si la fonction de protection était de retour, insiste Franck Ferrand. Autrefois, les rois touchaient les écrouelles le lendemain du sacre, il y a un peu de ça. » Et Saint Louis, maintenant. Il manquait, celui-là. « Il y a cinq ans, on parlait de la pluie, là on parle d’Emmanuel Macron, se réjouit un expert. Quelque chose a changé. » La manière de gravir les escaliers, notamment, comme le prouve Emmanuel Macron à son retour de la place de l’Étoile. « Aaah, double cadence ! », admire un spécialiste. Il retrouve Brigitte dans le hall : « Je vais me changer, je pense. » « Voilà, cette phrase présidentielle », admire Laurent Delahousse. « Tout change », se réjouit un expert. Sur BFMTV, Ruth Elkrief révèle que « Brigitte Jouyet a dit à Brigitte Macron : “Il faudra reprendre cette maison un peu comme Bernadette.” » Car, selon l’éditorialiste, l’Élysée a souffert des errements conjugaux des deux précédents quinquennats : « La maison n’était pas très bien tenue. » Désormais, Bibi sera là pour commander aux femmes de ménage. Laurent Delahousse a enfin pu aller faire pipi à la faveur du mini-journal de 13 heures. À son retour, un nouvel expert, Nicolas Beytout, de L’Opinion, a rejoint Caroline Fourest pour qui « il faut qu’on ait tous une idée de ce qu’on peut faire chacun collectivement ». « On fait un peu de psychologie de comptoir », propose Pierre Servent. « On se met dans la tête d’Emmanuel Macron, agrée Laurent Delahousse, ajoutant : Il faut se mettre aussi dans la tête de François Hollande. » Nathalie Saint-Cricq est toujours dans celle du maire de Lyon. « Gérard Collomb, c’est un monsieur non pas d’un certain âge, mais un petit peu. » Presque. « Député à 34 ans en 1941…, euh 1971 », précise le présentateur.

« J’ai été très émue de voir Gérard Collomb pleurer », renchérit Laurence Haïm, porte-parole du candidat, avant de prévenir : « Cette réforme du Droit du travail, il ne faut pas la présenter de manière radicale. » Ce serait malhonnête. « Le tailleur bleu est à la mode, admet Laurent Delahousse. Nathalie Saint-Cricq, on attend que vous vous y mettiez. » Le présentateur s’inquiète de ceux qui ne sont ni Charlie, ni Chéri, ni Bibi : « Certains ne regardent pas cette cérémonie parce qu’ils se disent que de toute façon, rien ne changera. » Surtout pas Laurent Delahousse. Bien que la presse soit exclue de la visite d’Emmanuel Macron à l’hôpital Percy, France 2 y a tout de même envoyé deux équipes pour meubler le direct en duplex. En plateau, Laurent Delahousse envisage déjà le quinquennat suivant. « Après Barack Obama, il y a eu Donald Trump. Après Emmanuel Macron, la menace est là. » La menace Donald Trump ? Caroline Fourest soutient que « son élection brise un cycle de malédictions, l’élection de Trump, le Brexit ». C’est un grand magicien aux pouvoirs très puissants. Mais il ne faudrait pas qu’il soit aussi libéral que Barack Obama et laisse comme lui se créer des « poches de confessionnalisation », des califats de Daesh dans nos banlieues. Un reporter de France 2 attend maintenant l’arrivée du président à l’Hôtel de ville de Paris. « Ce qui va être très intéressant, c’est d’analyser la poignée de mains ou l’étreinte entre Emmanuel Macron et Anne Hidalgo. » Je suis impatient… Ça y est ! « Le huitième président de la Vème République qui fait la bise à Anne Hidalgo, c’est une information. » Capitale. « Il va fendre la foule qui est parquée derrière des barrières. » Il va fendre des barrières, alors. Franck Ferrand intervient pour un point historique : « Je pense à ceux qui nous regardent en dehors de Paris… » « Et à l’étranger sur TV5Monde », ajoute Laurent Delahousse. Aujourd’hui, le monde entier bénéficie du rayonnement de la France et de France 2.

Un petit tour par TF1 me confirme que Gilles Bouleau rayonne aussi. « Il y a eu un changement dans l’attitude des Français à l’égard du chef de l’État. On imagine mal les Français il y a cinquante ans disant : “Vas-y, Charles !” » Tu parles, Charles... à la rigueur. « En même temps, nuance Christophe Jakubyszyn, dans les bains de foule du Général, il y avait la même chaleur humaine, la volonté de toucher le président. » Pour soigner ses écrouelles. Sur BFMTV, Bruno Jeudy observe comment Bibi fend les barrières pour saluer le peuple en délire. « On voit que Brigitte Macron trouve une place. Elle est déjà très populaire. » Ben oui, c’est une star, Bibi. « On verra comment elle aborde son rôle de première dame, avec peut-être un petit côté Bernadette Chirac. » Euh… On avait dit Claude Pompidou, Michelle Obama, Super Nanny… Il est 18 heures passées, Laurent Delahousse est bien parti pour battre le record du plus long direct de l’histoire de la télévision détenu par Cyril Hanouna. Pour ce faire, il n’hésite pas à radoter. « Christophe Ono-Dit-Biot, est-ce que vous voyez un personnage romanesque en Emmanuel Macron ? » « On vient de vivre un roman. La vertu des grands chefs, c’est de savoir saisir leur chance. » Alea jacta est. « On lui a demandé à quel héros il s’identifiait, confie Laurence Haïm. Il a répondu Julien Sorel. » Et Bibi, c’est Madame de Rênal ? Nathalie Saint-Cricq juge que le discours de Macron à l’Hôtel de ville « n’était pas le plus inspiré de la journée ». « Y a eu un beau passage quand il s’est adressé au cœur meurtri de Paris, la reprend Caroline Fourest. Paris est la ville la plus touchée par le terrorisme islamiste (bien plus que Bagdad ou Kaboul, ndlr). Il a prononcé tous les mots, ça compte. C’était ce qu’on attendait. » Ce que Caroline Fourest attendait.

« Merci à vous tous », déclare Laurent Delahousse. Le visage de plus en plus livide et la mèche de moins en moins belle rebelle, il renonce à battre le record de Cyril hanouana, sans doute en raison d’un défaut de ravitaillement. « On va se quitter, on a pris l’antenne à 8h45. Aujourd’hui, c’était pas l’heure du débat, c’était l’investiture. » J’avais remarqué. « Le débat politique, rassurez-vous, il va reprendre sur France 2. » Je suis rassuré. Voyons s’il reprend sur BFMTV. « Ce matin, il a séduit les militaires, reconnaît Eric Brunet. Mais on nous dit qu’il est disruptif, or il nous offre un clacissisme échevelé. » « On était dans une journée de liturgie républicaine », rappelle Laurent Neumann à l’attention des téléspectateurs de France 2 qui attendent toujours la retransmission de la messe. « Il a réussi sa première journée », conclut un éditorialiste du Figaro, approuvé par une éditorialiste de Paris-Match : « C’était une belle journée. » Très œcuménique — bien que résolument jupitérienne.

television.telerama.fr


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

L’Europe renonce à réguler les blogs

vendredi 26 septembre 2008

Rédaction en ligne
vendredi 26 septembre 2008

Le Parlement européen a rejeté l’idée de mettre de l’ordre dans le statut juridique des blogs, qui avait suscité un certain émoi chez les internautes.