La cause du vivant

lundi 17 avril 2017
popularité : 1%

Par Gérard Charollois

La seule grande querelle qui m’importe est celle du vivant. Je déplore l’indigence des élucubrations de ceux qui ramènent tout débat à des questions subalternes d’individus. Je ne goûte guère le « césarisme démocratique » , les gourous, les guides inspirés, les duci qui m’ennuient lorsqu’ils ne m’amusent pas par leur narcissisme mégalomaniaque.

Voter n’est pas un concours d’élégance, ni le choix d’un ami ou d’un gendre. C’est opter pour une société. Pour pérenniser le pouvoir des forces d’argent, le Système diabolise, dénigre, caricature tout réfractaire. Vous êtes nationaliste et remettez en cause le libre échange : Vous êtes un émule de Mussolini, un nostalgique de la guerre d’Espagne. Vous êtes pour la justice sociale, pour la mutation écologiste, pour la fin de la dictature de la finance : Vous êtes un ami de Castro, Mao, voire un kmher rouge, un dangereux extrémiste. Et voilà comment un néo-totalitarisme mou intoxique les citoyens et les manipule comme un troupeau sous contrôle.

Nous n’avons pas de clones et dès lors devons nous réjouir lorsque, en accord avec autrui à 80 %, on s’enrichit de nos différences. Il se trouve que j’approuve à 80 % le programme de La France Insoumise et de son candidat, seul susceptible d’inquiéter la féodalité mercantile. Ainsi, face aux choix politiques, je ne me préoccupe que de la cause du vivant. Or, le vivant va mal. Point n’est besoin de développer, vous connaissez tout cela : la sixième disparition d’espèces, les milliards d’animaux suppliciés chaque année dans le monde pour alimenter la machine productiviste, les tensions sociales, les crispations communautaristes, l’absence de maîtrise de la maîtrise par une globosphère déboussolée, l’austérité pour le peuple et la prévarication pour les milliardaires, la destruction des services publics et l’anéantissement de tous les sites naturels.

Le choix est le suivant : Maintenir la course à l’abîme en élisant des tenants de la doctrine mercantile ou saboter le système en renversant la table. Rares sont les citoyens conscients de cet enjeu. Il faut dire que les commentateurs préfèrent s’en tenir aux anecdotes, aux petites turpitudes subalternes des uns ou des autres, aux petites phrases surmédiatisées et surexploitées. La propagande des forces d’argent occulte délibérément le choix fondamental entre la persistance de la dévastation de la planète par les « entrepreneurs » et une mutation mettant la protection de la nature et le respect des êtres vivants en objectif premier.

Un examen objectif de l’Histoire et des données matérielles conduit tout d’abord à saluer les éminents succès du système productiviste et mercantile. Ce succès est logique puisqu’il repose sur l’exploitation d’une tare de l’animal humain : la cupidité. Inviter chaque membre de la société à s’enrichir par son travail, son habileté, sa rouerie, ses mérites ou ses malhonnêtetés stimulent la bête humaine plus et mieux que n’importe quelle grande, noble et généreuse idée. Fondé sur l’injonction : « enrichissez-vous », le système mercantile a permis les innovations techniques, l’élévation global du niveau de vie, le recul de la grande misère. Ne nions pas les apports indéniables de ce système né en Occident et qui a conquis désormais l’humanité entière. Le problème est que le système a atteint ses limites et que désormais, après ses bienfaits, il sécrète les toxines qui vont anéantir le vivant.

Parvenu à un certain stade de développement, il ne répond plus aux besoins des peuples. Depuis une quinzaine d’années, la condition sociale ne s’améliore plus, sauf pour une infime minorité, une caste séparée qui domine la société et la contrôle. Les équilibres biologiques et mêmes physico-chimiques de la planète sont compromis. Les exploiteurs n’ont que faire de ces menaces. Pour eux, il suffit de se gaver très vite, sans grand souci de l’avenir. Il faut dépasser le mercantilisme et, sans renoncer à la maîtrise, la mettre au service du biocentrisme, de l’intérêt général, du bien public, en domestiquant la cupidité, socle du système économique globalisé. Les peuples en souffrance aspirent aux changements radicaux.

Aux USA, ils ont voté Trump contre la finance, l’argent, les milieux d’affaires que représentait Hillary Clinton. Illusion : ils ont élu un oligarque qui sert les oligarques et qui fit peuple en éructant quelques grossièretés, comme d’autres invoquent la « révolution » pour mieux endormir et perpétuer le pouvoir délétère de leurs mandants. Notre-Dame-des-Landes, les chasses présidentielles, la suppression des emplois publics, le mépris de la souffrance animale, sont bien davantage que des points de détails. Ils signent une inféodation aux forces de mort qui tuent, bétonnent, asphaltent, empoisonnent. Chaque année, en France, pour satisfaire la cupidité des milieux d’affaires, cinquante mille hectares sont soustraits à la nature et artificialisés.

Le Grenelle de l’Environnement, leurre promu par le Système, promettait de réduire la quantité de pesticides de 50 % en dix ans. Les pesticides ont augmenté de 20 % depuis ledit Grenelle. Les bonimenteurs créent des instances en faveur de la biodiversité mais sacrifient partout et toujours les intérêts écologiques à ceux des hommes du premier cercle, ceux qui financent les campagnes électorales des agents dociles du marché. Plus pernicieuse que la propagande des fascismes et soviétismes d’antan, celle des forces « économiques » pourraient abuser, longtemps encore, les peuples victimes du cirque médiatico-politique. Pour préserver les intérêts de la caste financière, le Système crée de fausses alternatives.

J’appelle au sursaut, à l’insoumission, à la résistance, mais l’honnêteté intellectuelle m’oblige à dire à mon ami lecteur que la manipulation et l’imposture anesthésient trop efficacement l’opinion et que les chances d’en sortir demeurent faibles. Dommage pour l’arbre, l’animal et l’homme. Face à ces périls, soyons lucides, mobilisés, unis et si possible efficaces pour la grande mutation nécessaire.

Gérard Charollois

ecologie-radicale.org


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Protégez les loups

samedi 22 juillet

Protégez les loups
en vous promenant