Le camp Hamon dénonce la "stratégie d’enfermement" de Mélenchon

mercredi 5 avril 2017
popularité : 1%

Par Arthur Nazaret

Face à la percée de Mélenchon, les proches du candidat PS veulent croire que ce dernier reste "central".

La dynamique de la primaire, l’accord avec les écologistes, les mauvaises relations de Jean-Luc Mélenchon avec la direction du PCF… Il y a deux mois, la piste semblait dégagée pour l’envol de la candidature Hamon. Son équipe ambitionnait de grappiller des points au candidat de La France insoumise et à Macron pour passer devant Fillon. Finalement, c’est Hamon qui dévisse quand Mélenchon perce. "Nous sommes pris entre le marteau et l’enclume, entre le vote utile pour Macron et le vote plaisir pour Mélenchon. Les électeurs font aussi payer au candidat estampillé PS les années que l’on vient de vivre", analyse Régis Juanico, un proche de Hamon, qui estime cependant que la dynamique peut encore s’inverser.

"Mélenchon est dans une logique populiste et isolationniste"

En milieu de semaine, Hamon a une fois encore proposé un rassemblement. L’initiative a étonné : les précédents pourparlers avaient déjà agacé au PS, même si, d’après notre sondage, 75 % des sympathisants socialistes souhaitent une alliance. Mais la dynamique étant désormais du côté de Mélenchon, la logique serait que le rassemblement se fasse derrière ce dernier. Hamon reste cependant sûr que son positionnement à gauche reste central. L’objectif était aussi de faire passer Mélenchon pour le diviseur. Avec le soutien de Valls à Macron, "la clarification est faite, mais le rassemblement, c’est non à nouveau", a ainsi déploré Benoît Hamon, en meeting jeudi à Montpellier. La veille, Mélenchon lui avait répondu qu’il ne voulait aucune "tambouille".

Après avoir constaté que ni l’un ni l’autre ne se retirerait de la course, les deux hommes avaient passé fin février un pacte de non-agression. Tiendra-t-il ? "On n’a pas d’ennemi à gauche, mais on ne va pas s’empêcher de dire que Jean-Luc Mélenchon est dans une impasse avec sa stratégie d’enfermement. Il ne veut pas travailler avec les autres, il dit non à tout accord programmatique. Il est pour un rassemblement qui va de Mélenchon à Mélenchon", accuse le directeur de campagne de Hamon, Mathieu Hanotin. Soutien de Hamon, José Bové est celui qui tape le plus fort. "Mélenchon ne croit pas à l’Europe. Il veut une France qui retourne dans ses frontières", a-t-il lancé à Montpellier.

Et de développer, hors tribune : "Mélenchon est dans une logique populiste et isolationniste. Il a un discours de plus en plus nationaliste. La planification écologique dans un seul pays, c’est aberrant."

Arthur Nazaret

(Illustration : Benoît Hamon à La Réunion samedi écoulé - Reuters)

lejdd.fr


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Indignez-vous !

jeudi 16 juin 2011