François Asselineau : le pour, le contre et les questions

mercredi 15 mars 2017
popularité : 1%

Par Pierrick Tillet

Il est l’imprévu du carré des sept finalistes. Et il faut bien dire que ses premières apparitions médiatiques ne passent pas inaperçues. Qui est donc ce diable de François Asselineau sorti du chapeau des 500 parrainages ? Âgé de 59 ans, il est le fondateur de l’UPR (Union Pour la République), revendique 16.000 adhérents. L’homme n’est manifestement pas de gauche. Il se revendique de Charles de Gaulle, de Philippe Seguin et du Conseil National de la Résistance. Est passé par les cabinets de Charles Pasqua et d’Alain Juppé.

Sur les médias, François Asselineau tient assez facilement en respect les chausse-trappes grossiers que lui tendent les éditocrates qui l’interrogent, impose un discours très préparé et des arguments méticuleusement choisis, au point de revenir en boucle au fil des interviews : l’exemple de la Suisse, de la Norvège et de l’Islande s’épanouissant en toute indépendance face à l’UE, l’agonie de la Grèce et de l’Italie sous les diktats de Bruxelles et de la BCE, les 1 000 personnes tombant quotidiennement sous le seuil de pauvreté en France, le suicide d’un agriculteur français en moyenne par jour, l’ubérisation galopante de la société néolibérale globalisée… Aux insinuations sur son complotisme supposé, Asselineau répond en citant ses sources… toutes puisées dans les médias du microcosme de ceux qui l’accusent. À leur défense stupide d’une globalisation de plus en plus contestée, il réplique indépendance nationale et démocratie, plutôt que souverainisme, mot qu’il juge étriqué.

Programme (de l’UPR) contre programme (Insoumis)

Si l’on doit juger un candidat à son programme, force est de reconnaître que les premières mesures annoncées par François Asselineau sont plutôt attirantes, même si bien des zones d’ombre et des questions demeurent.

Le pour :

- La sortie de l’UE et de l’euro : cette première mesure tombe sous le sens (le nôtre en tout cas), ainsi que les deux qui suivent.
- La sortie de l’Otan.
- La nationalisation des services publics de base : EDF, GDF, SNCF, La Poste, France Télécom, la Sécurité sociale, les sociétés d’autoroutes…
- Médias : Application de la Charte de Munich 1971 sur l’éthique et la déontologie du journalisme

Le contre :

- Le maintien de la Vème République et d’une prédominance présidentielle que François Asselineau entend d’évidence incarner.

Les questions :

- La politique sociale : À part la nationalisation des Services publics de base (ce qui est déjà quelque chose !), rien sur les mesures qu’entend proposer le candidat de l’UPR en matière de loi du Travail, de minima sociaux, de revenus, de répartition des richesses, de fiscalité…
- La politique financière : Quid de l’attitude face aux dérives de la finance mafieuse ?
- Les autres zones d’ombre : Pratiquement aucun élément sur le thème de l’Éducation nationale, de la Santé, de la Justice, de l’égalité homme-femme…

Aux risques de faire hurler les militants insoumis et les aficionados de l’UPR, je dirai que François Asselineau me paraît venir tout droit en complément de Jean-Luc Mélenchon, dont il compense les points faibles et les insuffisances : sur l’UE, par un discours accessible qui ne s’embarrasse pas d’envolées lyriques clivantes, par une meilleure maîtrise du cadre médiatique et de ses pièges.

En revanche, son programme, fort incomplet quand on le compare à l’Avenir en commun, ses zones d’ombre encore trop prononcées, laissent l’avantage au candidat de la France Insoumise. N’empêche que dans la période de bouleversement dégagiste que nous traversons, François Asselineau ne saurait être tenu pour candidat négligeable.

yetiblog.org


Commentaires

Logo de Ruoma
Rétablissement de l’indépendance nationale et de la démocratie
mercredi 15 mars 2017 à 14h13 - par  Ruoma

Merci pour votre article. Voici quelques précisions :
Il s’agit de "l’Union populaire républicaine", UPR qui a dépassé hier les 18.000 adhérents.
L’UPR explique aux Français "Que nous avons le droit de sortir de l’union européenne et de l’euro".
L’UPR propose la sortie LÉGALE de l’UE et de l’euro, en appliquant l’article 50 comme le prévoit le traité et à l’identique du #Brexit.
Il en est de même de la sortie de l’OTAN qui sera déclenchée en appliquant l’article 13 du TAN.
C’est pourquoi François Asselineau se revendique le candidat du #Frexit.
Le programme existant était celui de l’élection de 2012, inspiré en grande partie de celui du CNR de 1950.
Le maintien dans le cadre de la Vème république semble, en effet, contraignant et dépassé, mais il précise qu’il est nécessaire de garder ce cadre jusqu’à la sortie effective de la France de l’UE, de l’euro et de l’OTAN et au rétablissement de la démocratie.
Lorsque la démocratie aura retrouvé ses prérogatives, les Français auront tout loisir de proposer de nouvelles lois, une modification de la constitution ou la création d’une nouvelle.
Le programme prévoit d’ailleurs que l’UPR s’auto-dissoudra à ce moment-là, sans doute à la fin du quinquennat.
Il a présenté le programme présidentiel de 2017 issu de celui de 2012, augmenté et mis à jour, hier soir en avant première à son meeting à la Plaine Saint Denis.

Logo de Hestia
François Asselineau : le pour, le contre et les questions
mercredi 15 mars 2017 à 12h42 - par  Hestia

Pour reprendre le commentaire de l’un des internautes, tous les points que vous dites manquants figurent dans le programme (partie : élection législative) présenté par M. Asselineau le 14 mars 2017. Par ailleurs, il va en mon sens plus loin que celui de Mélenchon (pour l’avoir comparé avec, je pense, le plus d’objectivité possible pour prendre ma décision de m’abstenir ou de voter au prochaines élections : présidentielle et législative)

Logo de Hestia
François Asselineau : le pour, le contre et les questions
mercredi 15 mars 2017 à 12h39 - par  Hestia

Pour reprendre le commentaire de l’un des internautes, tous les points que vous dites manquants figurent dans le programme (partie : élection législative) présenté par M. Asselineau le 14 mars 2017. Par ailleurs, il va en mon sens plus loin que celui de Mélenchon (pour l’avoir comparé avec, je pense, le plus d’objectivité possible pour prendre ma décision de m’abstenir ou de voter au prochaines élections : présidentielle et législative)

Logo de zed
François Asselineau : le pour, le contre et les questions
mercredi 15 mars 2017 à 10h11 - par  zed

Un monsieur qui a été conseiller de G.Longuet,au bureau national de De Villiers et tête de liste de Tibéri(entre autre)se revendiquant du comité national de résistance,c’est tout de suite crédible !Orwell reviens !

vendredi 17 mars 2017 à 10h07

Ça y est, l’anathème est lancé, il n’y a rien à espérer de ce type-là, vous voilà soulagé...
Voilà une "opinion" rondement forgée, ça, c’est du sens critique !
Vous préférez sans doute un banquier ou un ancien ministre mis en examen, ou encore peut-être un tribun, haranguant la foule à grands coups de 6ème république, de renégociations (improbables) des traités, de plan A, de plan B, de sortie des traités sans sortie de l’UE, à moins que vous ne lui préfériez une Française, patriote de la France aux Français, qui vilipende les immigrés, arabes de préférence et musulmans en particulier, et, accessoirement, fustige "l’union" €uropéenne et l’euro et propose tout et son contraire, tout en excluant définitivement d’en sortir ?
Ah, j’oubliais, le "monsieur" a un casier judiciaire vierge, propose de l’imposer pour tous les candidats aux élections, propose le référendum d’initiative populaire, de stopper les délocalisations, de restaurer les services publics, etc.
Ce que ses contradicteurs abondamment médiatisés prévoient probablement dans leurs programmes, mais, pas de chance, ce sont des mesures interdites dans le cadre de l’UE dont ils ne veulent pas sortir... Autrement dit, ils mentent.

Logo de DURAND.U
François Asselineau : le pour, le contre et les questions
mercredi 15 mars 2017 à 08h51 - par  DURAND.U

François Asselineau veut sortir de l’UE qui nous dicte nos lois, pour redonner le pouvoir aux Français :

Viviane Reding, commissaire européen : "Il n’y a plus de politiques intérieures nationales" ; "Les lois appliquées dans les 28 États membres sont, en très grande partie, décidées par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne...."
https://www.youtube.com/watch?v=EQZY05KA-bE

François Asselineau : La France n’est plus dirigée par les gens que les Français élisent.
https://www.youtube.com/watch?v=2Z77AAmczjU

Une fois sortis de l’UE, les Français pourront déterminer quels sont leurs choix de société :

Pourquoi l’UPR ne prend-elle position ni sur les sujets sociétaux ni sur les « théories du complot » ?
https://www.upr.fr/vos-questions-nos-reponses/le_positionnement_politique_de_l_upr/pourquoi-lupr-ne-prend-elle-position-ni-sur-les-sujets-societaux-ni-sur-les-theories-du-complot

Voir la conférence de presse de François Asselineau :
https://www.youtube.com/watch?v=7Sor-BAf2bE&feature=youtu.be

Logo de Sarlens M
François Asselineau : le pour, le contre et les questions
mercredi 15 mars 2017 à 08h03 - par  Sarlens M

Bonjour, avez vous suivi attentivement la présentation de son programme d’hier soir ? Car toutes les réponses à vos questions s’y trouvent

Agenda

<<

2017

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Indignez-vous !

jeudi 16 juin 2011