20 000 euros par mois : salaires, pensions et indemnités diverses, les revenus plaqués or de Gérard Collomb

dimanche 15 janvier 2017
popularité : 1%

Les revenus des élus sont complexes et autorisent beaucoup de cumuls souvent peu connus. Un système dont a su profiter l’omnipotent maire de Lyon. Une petite enquête qui donne le tournis.

Gérard Collomb voulait faire pleurer dans les chaumières en se plaignant des sanctions prises à son égard pour ses absences répétées au Sénat : « Mes revenus sont plafonnés, je ne touche donc rien en tant que maire de Lyon et président de la métropole, je suis donc tombé à 4 000 euros par mois. » C’est bien, bien raté. La presse s’est largement fait l’écho de ces propos délirants, même si elle a oublié au départ les multiples compléments que le maire de Lyon perçoit. Une omission compréhensible puisque les déclarations d’impôts des élus ne sont pas publiques. Ce mercredi matin, Le Progrès rétablit un premier bout de la vérité : « Non, Gérard Collomb n’est pas tombé à 4 000 € par mois ». Mais le journal n’a pas tout décortiqué : il touche un minimum de 20 000 euros par mois grâce à un système de cumul systématique et d’avantages sans fin dont bénéficient certains élus.

Le quotidien régional rappelle d’abord que Collomb ment en disant qu’il « ne touche rien en tant que maire et président de la métropole ». Dans les faits, la ville complète son salaire à hauteur de 2 757 euros pour atteindre 8 272 euros, le maximum autorisé au titre du cumul des mandats. Faut dire que pour Gégé, c’est une somme négligeable, lui qui déclarait en 2012 que toucher 3 000 euros de salaire, « c’est une situation extrêmement difficile ». Ce ne sont pas les seuls milliers d’euros mensuels que Collomb a oublié quand il a déclaré « être tombé à 4 000 euros ». Outre l’Indemnité de frais de mandat (IRFM) de 6 037 euros en tant que sénateur, il touche comme parlementaire une indemnité de résidence de 166 euros et une autre de fonction de 1 420 euros Comme l’IRFM, ces deux dernières sommes ne sont pas comprises dans le plafonnement à 8 272 euros. On est donc déjà à 15 895 euros.

Cumul de mandats, collection de retraites

Le Progrès rappelle par ailleurs que Collomb perçoit également sa retraite de l’Éducation nationale : « Le maire touche une pension de professeur agrégé du secondaire qu’on peut estimer à environ 3 500 euros par mois. » Une retraite à taux plein qu’il faut a priori entendre net. Et ce même si Collomb n’a été prof qu’une quinzaine d’années : il a pu continuer à cotiser même en étant détaché pour ses mandats de parlementaire à partir de 1981.

Un joli rappel. Mais Le Progrès a oublié quelques autres revenus. Une retraite complémentaire déjà, au titre de son ancien mandat de Conseiller régional. Le calcul se fait en fonction du nombre d’années de mandat, 7 pour Collomb, soit 1 246 euros. Une liquidation de pension possible puisqu’il n’exerce plus de mandat au niveau régional, une « catégorie bien distincte » de la métropole ou de la ville pour l’Ircantec, la retraite complémentaire publique. Sur le site du Courrier des maires, un avocat précise : Une même personne pourra percevoir à la fois des indemnités de fonction comme maire en exercice et une pension de retraite en qualité d’ancien Conseiller général ou Conseiller régional. On arrive à la bagatelle de 20 641 euros.

Ensuite, Gérard peut aussi prétendre à une autre pension en tant qu’ancien membre du Conseil économique et social. Pour un seul mandat de 5 ans, de 1994 à 1999, elle s’élève jusqu’à présent à 700 euros par mois, sans compter une majoration pour ses enfants. Il est possible que cette retraite ne soit pas cumulable avec un mandat de sénateur, mais difficile d’en trouver confirmation tant le fonctionnement de ces caisses de retraite est opaque. Par ailleurs, quelques petits cadeaux du Sénat feraient envie à beaucoup de salariés ou de précaires. Collomb a droit à une « dotation micro-informatique » de 5 000 euros sur 3 ans, soit 100 euros par mois. Plus complexe à estimer, le « forfait global de communications » dont le montant n’est pas public. Dans un livre paru l’année dernière sur le Sénat, un journaliste d’investigation le chiffre à 7 300 euros. Annuelle, pour 3 ans. La durée de renouvellement de cette dotation n’est précisée nulle part. Au minimum, si elle couvre l’ensemble du mandat, cela représente tout de même 100 euros par mois.

Comme il est encore parlementaire, il ne peut pas encore faire valoir ses droits à sa retraite pour ses années comme député. À terme, cette pension devrait lui rapporter plus de 6 000 euros par mois. Gérard Collomb ne perçoit rien non plus pour ses mandats dans les innombrables structures qu’il préside, ou dans lesquelles il participe au conseil d’administration (les HCL, le Sytral, Euronews, Aéroports de Lyon, etc.). A priori. Pour les élus d’autres villes, comme à Marseille ou à Paris, des indemnités supplémentaires peuvent atteindre 15 000 euros par an. En 2013, des parlementaires avaient souhaité mettre un terme à ce système douteux. Le projet de loi a été enterré après une intervention de Manuel Valls.

Avec au minimum 20 000 euros mensuels, Gérard devrait en effet pouvoir survivre sans les « jetons de présence » et autres « indemnités de représentation » allouées dans certaines collectivités locales. Une fois réellement à la retraite, il devrait toujours toucher près de 15 000 euros grâce à sa collection de pensions. Un luxe qui permet de mieux comprendre sa volonté de transformer Lyon en destination de choix pour millionnaires. Et son attachement au banquier Macron.

rebellyon.info


Commentaires

Logo de Roland M__
20 000 euros par mois : salaires, pensions et indemnités diverses, les revenus plaqués or de Gérard Collomb
dimanche 15 janvier 2017 à 09h53 - par  Roland M__

Il ne faudrait pas continuer à se tromper. On ne rectifiera pas assez : un mandat électif n’étant pas une profession**, il ne peut s’agir de « salaire » mais d’« indemnité » (instaurée, si mes souvenirs sont bon, en 1830 ou 1870, corrigez-moi si je me trompe) pour manque au cas où cela - justement - empêche d’avoir un revenu du travail et/ou entraîne un manque.

** notion qui est parvenue à se répandre dans le public par les politicards de tout poil. Assemblée Nationale, combien de prolétaires ?

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Indignez-vous !

jeudi 16 juin 2011