31 auteurs au secours d’Edward Snowden, contre Barack Obama

vendredi 25 novembre 2016
popularité : 1%

Par Clément Solym

Ennemi public numéro 1, actuellement exilé en Russie depuis trois ans, Edward Snowden continue de pourrir la fin du mandat de Barack Obama. Récemment, le président des États-Unis avait réaffirmé son refus de gracier l’informaticien. Raison ? Il n’était pas passé devant les tribunaux. Mais entre temps...

Ils sont 31 auteurs américains, réunissant des plumes aussi célèbres que Michael Chabon, Ursula K. LeGuin, Neil Gaiman, ou encore Joyce Carol Oates, à avoir signé une lettre ouverte envoyée au POTUS. (le nom de code d’Obama sur Twitter) Les écrivains exhortent Obama à gracier Snowden, et l’autoriser à reprendre une vie normale. Pardon Snowden est explicite, et résulte d’une lettre publiée originellement le 22 novembre dernier dans The New York Times. Auteurs de fiction, de non-fiction, de poésie, de théâtre, de romans ou d’autres, inclassables, tous font s’élever une voix unanime. Et rappelant que leur droit à la liberté d’expression n’est pas une fin, mais un moyen pour porter des messages, ils réclament tous que le cas Snowden soit revu.

C’est qu’après avoir prêté serment devant la Constitution des USA, Snowden a fait fuiter des informations confidentielles, venant d’institutions réputées honorables sur le territoire américain. Un acte délibéré, conformément au principe édicté par le président Jefferson, selon lequel, « partout où les gens sont bien informés, ils peuvent se fier à leur gouvernement ». Or, c’est en risquant sa vie que Snowden a permis cette information du public – et c’est « exactement le type de circonstances pour lesquelles la présidence a été investie du privilège de gracier les personnes », indiquent les auteurs. Et de rappeler que tout au long de l’histoire américaine, en cas d’infraction aux règles du pays, la grâce présidentielle a pu s’appliquer. « En graciant Snowden et en lui permettant de revenir libre dans le pays qu’il aime, votre administration enverrait un message à l’avenir : l’Amérique reste attachée à sa responsabilité démocratique et les innovations de demain ne seront jamais autorisées à faire plier la Constitution. Au contraire, elles se conformeront à son mot, pour renforcer les Droits qu’elle confère. »

Edward Snowden a été accusé de vol de biens gouvernementaux et de violation sur la loi Espionage, depuis le mois de juin 2013. Quelques semaines plus tard, il a dû fuir à Hong Kong et s’est par la suite réfugié en Russie pour échapper à la justice américaine. L’ensemble des documents qu’il avait découverts, issus de la NSA, avait été confié à trois journalistes. La loi anti-piratage américaine, DMCA, violerait le Premier amendement.

Dans un récent entretien, le président Obama avait reconnu que Snowden, en agissant de la sorte, avait soulevé des préoccupations tout à fait compréhensibles. Cependant, la méthode employée pour attirer l’attention du public sur les dérives du système n’était clairement pas en accord avec les valeurs américaines – tout du moins, avec les solutions que l’administration Obama pouvait accepter.

Son histoire a fait l’objet d’une adaptation par Oliver Stone. Bande Annonce V.F.+ VOST

actualitte.com


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

OGM : 8 mois ferme requis contre José Bové à Bordeaux

mercredi 27 août 2008

BORDEAUX - Le procureur de la République de Bordeaux a requis ce mercredi
huit mois de prison ferme et quatre ans de privation des droits civiques à
l’encontre de José Bové
, poursuivi avec 11 autres militants devant le
tribunal correctionnel pour une action anti-OGM menée en 2006 en Gironde.

Le représentant du ministère public Jérôme Bourrier a aussi requis 10 mois
de prison avec sursis contre Marc Giblet
, l’exploitant agricole chez qui
avait été menée en novembre 2006 cette action, à Luganos (Gironde), et qui
avait tiré à cette occasion un coup de feu en présence des militants
écologistes.

Six mois avec sursis ont été requis contre deux militants anti-OGM et
quatre mois avec sursis pour les neuf autres opposants aux organismes
génétiquement modifiés
.

Les plaidoiries de la défense interviendront jeudi.

(©AFP / 27 août 2008 22h18)

L’ONU interdite d’entrer dans les territoires palestiniens occupés

jeudi 17 juillet 2008

La "plus grande démocratie du Moyen-0rient", vient d’interdire à une délégation de l’ONU de se rendre dans les territoires occupés pour y enquêter sur les droits de l’Homme. Ce n’est pas la presse française qui nous l’apprend. Il faut dire qu’elle a d’autres chats à fouetter, ne serait-ce que pour suivre Ingrid Betancourt dans toutes les églises où elle est allée prier. D’ailleurs, des membres de l’ONU virés comme des malpropres, quoi d’extraordinaire ?

« Les autorités israéliennes ne nous ont pas permis de visiter les territoires palestiniens et n’ont donné aucune raison pour expliquer leur refus », a déclaré mardi, lors d’une conférence de presse à Amman, Prasad Kariyawasam, responsable d’un comité spécial de l’ONU, chargé d’enquêter sur les pratiques israéliennes affectant les droits de l’homme des Palestiniens et des autres Arabes des territoires occupés par Israël.

On ne sait pas ce qu’en pensent leurs chefs. Ils ne sont pas très susceptibles apparemment. A moins qu’ils aient peur de passer pour antisémites...

europalestine.com

Rétention de sûreté : une peine infinie

dimanche 13 juillet 2008

A l’initiative de l’association pour une information alternative populaire éducative et citoyenne : A.I.A.P.E.C, le film "rétention de sûreté : une peine infinie" de Thomas LACOSTE sera projeté mercredi 16 Juillet à 2O H 3O. Cette soirée se déroulera au 44, rue dufour, au centre ville de MACON.
La peine de rétention de sûreté qui permet de laisser en prison des personnes ayant fini de purger leur peine, expliquée par huit intervenants : juristes, psychiatres, militants.
Une soirée d’actualité donc... Une année après la suppression de la "grâce présidentielle" qui permettait "d’alléger le nombre des détenus en prison " !

Daniel DERIOT