Déclaration de Philippe Poutou sur le mouvement des policiers

mardi 25 octobre 2016
popularité : 1%

Par Philippe Poutou

Insolites, les manifestations policières de ces derniers jours. Des manifestations interdites, sous des capuches et à visages cachés, c’est osé, car c’est exactement ce qui avaient reproché à des jeunes dans les manifestations contre la loi Travail il y a quelques semaines... Insolite aussi la compréhension de ces médias qui nous parlent de la « colère » des policiers, de leur mal-être, de leur peur, alors qu’au printemps dernier, il était plus difficile d’y faire entendre la colère des cheminots ou des éboueurs... contre les violences policières ! Il semble donc difficile d’avoir de la compassion pour une corporation qui, il y a peu, frappait et gazait des dizaines de milliers de manifestants, allant parfois jusqu’à blesser ou défigurer certains d’entre nous.


Mais il faut comprendre ce qui est train de se jouer sous nos yeux. Ces derniers temps, plusieurs policiers ont été agressés ou blessés, dont un de Viry-Châtillon est dans un état très grave, à l’évidence victimes d’attaques de personnes liées à la grande délinquance ou même au banditisme. Le malaise et le ras-le-bol sont donc réels, et nous ne sommes pas indifférents à ce qui se passe. Nous vivons dans une société de plus en plus violente : quartiers sinistrés, populations exclues par le chômage de masse, personnes qui sombrent dans la pauvreté. Et en partie liée à cette situation, une délinquance qui se développe avec son cortège de trafics, de violences, etc. Pour y faire face, les policiers demandent aujourd’hui des moyens supplémentaires : plus d’effectifs et plus d’armes, pour se protéger et pour mieux réprimer... Mais ils ne semblent pas comprendre - ou ne le veulent pas - que plus de moyens pour réprimer est totalement inutile, et même contre-productif. Car la violence de cette répression se retourne souvent contre eux et contribue à une escalade violente, voire meurtrière. L’intérêt des policiers, en tant qu’individus, devrait être de manifester pour plus d’éducateurs, plus d’enseignants, plus de services publics, contre les licenciements et le chômage, contre l’État d’urgence, pour plus de social et moins de pénal.

S’ils étaient moins aveuglés par des syndicats de droite ou d’extrême droite, leurs revendications, plus constructives, les couperaient moins de l’ensemble de la population. À l’inverse, dans cette mobilisation, ils s’enfoncent dans leurs difficultés par une fuite en avant réactionnaire. L’urgence est bien d’en sortir en imposant des mesures sociales.

Philippe Poutou
Bordeaux, le 21 octobre 2016

(Crédit Photo : Photothèque Rouge/JMB)

npa2009.org


Commentaires

Logo de goucho
Déclaration de Philippe Poutou sur le mouvement des policiers
mardi 1er novembre 2016 à 16h29 - par  goucho

Allons allons un peu de décence ces policiers sont le dernier rempart d’une classe dirigeante aux abois.
L’économie ne remplit plus son rôle de redistribution des richesses préemptées par une poignées de personnes,
le politique semble incapable d’y remédier et plutôt de collaborer souvent (un exemple parmi des centaines d’autres : refus explicite gouvernemental d’empêcher les banques de jouer au casino avec NOS économies, c’est à dire de séparer les dépôts des spéculations, car cela mettrait immédiatement fin à leurs jeux irresponsables mais lucratifs - quoi de plus évident d’une collaboration de classe CONTRE la population ?).
Il reste pour survivre sans s’abaisser aux miettes et autres mendicités que sont RSA etc qu’il faut se débrouiller.
Le plus simple c’est le noir, les trafics ... Ou faut-il tout casser tout de suite pour survivre ?

Et qu’on ne me dise pas qu’il y a autant de travail que l’on veut !
il y a bcp d’esclavage, de boulots de M... ce n’est pas humain, je veux dire honnête dans la mesure où la pénibilité est punie par des salaires de misère.
Faire société c’est VOULOIR vivre ensemble, donc respecter les gens, donc les considérer pour leurs apports leurs efforts.
On ne peut pas croire que nos gouvernants en ait la moindre volonté devant l’évidence.

Si tout craque bientôt, la police aura bcp à faire ..
On sait ce que les forces de l’ordre sont capables de faire, aujourd’hui et hier, dans le pire et le meilleur.
Les laissés pour compte n’ont RIEN À PERDRE ...

La violence est inversement proportionnelle à la volonté politique de partager les richesses.

Ceci dit, il existe des débiles des salauds des escrocs partout.
Et la police est indispensable.
Savoir laquelle ?

On a vu des forces de l’ordre détruire saccager des appartements
Ce n’est pas un acte légal, c’est faire la guerre.
Quand on fait la guerre, on en subit les conséquences.

Et c’est pour ça que les policiers devraient se rebeller !
Faire la guerre contre des gens, se mettre hors la loi est inadmissible.

Nos dirigeants, une fois de plus sont irresponsables et ... pire - pas seulement moi qui le dit, nombre de policiers aussi.
je reste poli et mesuré n’ayant pas liberté d’expression ; on est FRANCE... ne pas oublier nos lois et la manière de les appliquées ...

Logo de Gromit
Déclaration de Philippe Poutou sur le mouvement des policiers
dimanche 30 octobre 2016 à 10h37 - par  Gromit

La police aux ordres du FN ?
Exact, pas directement aux ordres : en fait seulement 51,5% des flics sont sensibles aux discours du Front National. Une paille !
Les 48,5% restant ne se prononcent pas tous.

Logo de Jepelia
Déclaration de Philippe Poutou sur le mouvement des policiers
mardi 25 octobre 2016 à 13h57 - par  Jepelia

La police aux ordres du FN ?
Encore de la calomnie. Ce n’est pas parce qu’ils manifestent devant Jeanne d’Arc qu’ils sont au FN ; simple coïncidence, c’est tout !
L’État (PS) étant faible et discrédité, le bruit des bottes se fait entendre. Il leur manque juste un chef !!!

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Je suis (Charlie) sur écoute

dimanche 18 janvier 2015