Un beau vieillard

Où l’on voit que ça réjouit les yeux
jeudi 14 juillet 2016
popularité : 1%

Par Delfeil De Ton

Le procureur devant le Tribunal correctionnel de Paris, ne voyait pas comment le prévenu, Serge Dassault, sénateur de la République, pouvait continuer à siéger dans une assemblée dont il est membre de la Commission des Finances et où il donne ses avis sur la lutte contre le blanchiment.

Le sénateur n’en est pas gêné mais le procureur se chargeait de le ramener à la décence. Des dizaines de millions cachés au Liechtenstein, au Luxembourg et dans les îles Vierges britanniques, pendant au moins quinze années. Ceci dans le but de dissimuler ses fraudes fiscales, pratique soigneusement organisée par des spécialistes que Mr Dassault préfère rémunérer à grands frais plutôt que de participer aux dépenses de la Nation. Le procureur en conséquence requérait cinq ans d’inéligibilité, à quoi il ajouta deux ans de prison avec sursis, tout ce dont le sénateur pouvait d’ailleurs se moquer, cela ne l’empêcherait pas de se faire réélire en 2017 puis, à déjà 91 ans, sursis ou pas on n’irait pas le mettre en cellule, et en attendant il y aurait appel, contre-appel, cassation, re-cassation, arguties et procédures vous amènent aisément jusqu’à centenaire. Le procureur serait peut-être en retraite à ce moment-là. Sa satisfaction, s’il l’obtenait, aurait un goût de refroidi. Ah ! Il s’amuse, le sénateur. Pour l’heure, il ne s’était pas déplacé pour entendre dégoiser le tribunal, il avait mieux à faire, un petit raout dans le Midi, entre aviateurs de bonne compagnie.

S’il est déclaré non éligible, ce ne sera pas la première fois que la chose lui arriverait mais voilà qui n’empêche pas de se représenter à l’élection sitôt passé le temps de la condamnation et d’être aussitôt réélu (du moins quand on s’appelle Dassault et qu’on a les moyens de la chose), ceci autant de fois qu’on aura été condamné. À cent ans passés, l’ami Serge pourrait se faire réélire encore, il serait même certainement doyen du Sénat, à la clé un discours à prononcer sur la vertu républicaine, la voix chevrotante mais le cœur y serait. Ne nous égarons pas dans la fiction prospective. Tenons-nous en à l’ici et au maintenant. En 2006, c’est le minimum qui n’a pu échapper aux investigations, 31 millions frauduleux étaient planqués dans ce qu’on appelle des paradis fiscaux. En 2014, il n’y en avait plus que 12. Le président Géron, rapporte l’AFP, a eu cette remarque : « On ne sait pas ce qu’est devenu ce petit delta de 19 millions d’euros. » Mr Dassault, tout à ses obligations mondaines, n’était pas là pour lui répondre.

Le procureur, de son côté, n’allait pas s’en tenir à la prison qu’on ne ferait pas, à la non réélection du réélu à perpétuité, il tapa où ça pouvait faire mal : au portefeuille, réclama une amende de 9 millions d’euros. Justement, le même jour qu’il réclamait, le magazine Challenges publiait son célèbre tableau annuel des fortunes françaises. Mr Dassault y figure à la cinquième place. Grand bien lui fasse, et lui ou un autre on s’en fiche, mais lui c’est un peu particulier. Non pas parce qu’il fraude, c’est banal chez les milliardaires et on se rappelle que Liliane Bettencourt, première cette année avec sa famille au palmarès de Challenges, ne se privait pas de frauder. Chez Dassault, disions-nous, c’est un peu particulier, parce qu’il vit de la commande publique, commande que tout un chacun de nous règle avec ces impôts dont lui-même se dispense, mais cela n’est rien : ce sont des commandes d’armement et, pour que Dassault puisse vendre cet armement à l’étranger aussi, nous nous lançons dans des guerres destinées à en faire valoir l’efficacité. Des petits soldats français se font tuer pour un plus grand profit de notre petit sénateur.

Ne cherchons pas à faire pleurer le lecteur. Faisons-le sourire. 9 millions d’euros, disions-nous, telle est l’amende requise par le procureur. Vous savez, selon Challenges, à combien se monte la fortune de Dassault ? 20 milliards, soit 20 000 millions. Une amende de 9 millions d’euros, pour un gars qui en possède 20 000, autant dire des clopinettes, c’est pas encore ça qui lui donnera le goût de devenir un bon citoyen !

L’OBS N°2697 du 13 juillet 2016


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Création d’un site d’intérêt général...

mardi 11 mars 2008

combat-monsanto.org

Pour que le monde de Monsanto ne devienne jamais le nôtre !

Ce site a pour vocation de relayer et de diffuser les informations
révélées par l’enquête de Marie-Monique Robin. Il comporte trois
entrées principales.
- "les résistances" : un ensemble d’actions passées, présentes ou à
venir, pour éviter que le monde de Monsanto ne devienne le notre.
Cette rubrique vous permettra de connaitre les actions auxquelles vous
pouvez vous joindre.
- "le système Monsanto" : les méthodes utilisées par Monsanto pour
imposer ses produits.
- "les produits" : Chaque fiche résume l’histoire d’un produit phare de
Monsanto.

Le Collectif des Faucheurs Volontaires Rhône-Loire

Dépêche Agence Romaine de Presse...

mercredi 31 octobre 2007

URGENT

Selon une dépêche de l’ARP (*), un bébé, prénommé Jésus, qui tentait d’entrer en Egypte en compagnie d’une femme et d’un homme, Marie et Joseph, qui disaient être ses parents, a été refoulé par les services d’immigration, un test ADN ayant révélé que Joseph, l’homme qui prétendait être le père du petit Jésus, n’était pas son père biologique.

(*) Agence Romaine de Presse, an 753 A.U.C.