L’avertissement prophétique de Pierre Mendès France

samedi 25 juin 2016
popularité : 1%

Par Edwy Plenel

En 1957, lors du débat sur le Traité de Rome, Pierre Mendès France mettait en garde contre un projet inspiré par « un libéralisme du XIXème siècle ». Cette mise en garde oubliée résonne dans notre présent où éclate la crise d’une Europe qui a perdu la confiance majoritaire des peuples.

Le 18 janvier 1957, Pierre Mendès France (1907-1982) intervient à l’Assemblée nationale dans le débat sur le projet du Traité de Rome qui, signé deux mois plus tard, le 25 mars, instituera la première communauté économique européenne, composée de l’Allemagne, de la France, de l’Italie et des trois pays du Benelux, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas. Alors figure du Parti radical, il avait quitté la présidence du Conseil deux ans auparavant, après sept mois et dix-huit jours de gouvernement dont la brièveté n’empêchera pas le souvenir durable, celui d’un homme d’État vertueux, averti en matière économique, soucieux des comptes publics, respectueux du débat démocratique et, de plus, en quête d’une issue à la crise coloniale.

À bientôt soixante ans de distance, ce discours oublié semble une mise en garde prophétique, tant Mendès France y met en évidence les vices originels d’un marché économique commun qui, politiquement, ne pouvait que produire un éloignement progressif des peuples de l’idéal européen. Mendès France, qui sera parmi les 207 voix contre la poursuite des négociations sur l’élaboration du Traité (322 pour, 30 abstentions), n’hésite pas en effet à affirmer que ce projet « est basé sur le libéralisme classique du XIXème siècle » et à y voir, si la politique économique de la France devait lui être soumise, « l’abdication d’une démocratie ». Autrement dit, pour Mendès France qui, pourtant, prenait l’économie au sérieux, celle-ci ne pouvait être l’absolu d’une politique. Ou, plutôt, la politique, comme bien commun, délibération permanente et confiance partagée, ne pouvait s’y dissoudre, sauf à perdre en route la démocratie elle-même, son idéal et sa vitalité. Écoutons donc ce Cassandre, fort lucide et toujours jeune, qui, déjà, plaide au nom d’une forte exigence sociale et, surtout, prédit l’engrenage fatal d’une pédagogie anti-démocratique de la future Union européenne.

« L’harmonisation doit se faire dans le sens du progrès social, affirme le député Mendès France, dans le sens du relèvement parallèle des avantages sociaux et non pas, comme les gouvernements français le redoutent depuis si longtemps, au profit des pays les plus conservateurs et au détriment des pays socialement les plus avancés. » « Mes chers collègues, poursuit Mendès France, il m’est arrivé souvent de recommander plus de rigueur dans notre gestion économique. Mais je ne suis pas résigné, je vous l’avoue, à en faire juge un aréopage européen dans lequel règne un esprit qui est loin d’être le nôtre. Sur ce point, je mets le gouvernement en garde : nous ne pouvons pas nous laisser dépouiller de notre liberté de décision dans des matières qui touchent d’aussi près notre conception même du progrès et de la justice sociale ; les suites peuvent en être trop graves du point de vue social comme du point de vue politique. » « Prenons-y bien garde aussi : le mécanisme une fois mis en marche, nous ne pourrons plus l’arrêter. (…) Nous ne pourrons plus nous dégager. Nous serons entièrement assujettis aux décisions de l’autorité supranationale devant laquelle, si notre situation est trop mauvaise, nous serons condamnés à venir quémander des dérogations et des exemptions, qu’elle ne nous accordera pas, soyez-en assurés, sans contreparties et sans conditions. »

À la lecture de ces anciennes paroles, Mendès France prend soudain stature de devin tragique, anticipant ce que ses contemporains ne voient pas, parce qu’ils sont aveugles ou parce qu’ils s’aveuglent. Car c’est peu dire que la suite, notamment celle vécue ces trente dernières années par des gouvernements de gauche, élus sur des promesses sociales alternatives, aura donné raison à cette prophétie. À la fin de son discours, Mendès France souligne le cœur du désaccord : ce projet de marché commun, résume-t-il, « est basé sur le libéralisme classique du XIXème siècle, selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes ». Autrement dit, un libéralisme économique qui ruine tout libéralisme politique, imposant la loi d’airain de la concurrence à la vie sociale, au détriment des solidarités collectives et des libertés individuelles. « L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, conclut Mendès France, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement “une politique”, au sens le plus large du mot, nationale et internationale. »

« Dire cela, ajoutait Pierre Mendès France, ce n’est pas être hostile à l’édification de l’Europe, mais c’est ne pas vouloir que l’entreprise se traduise, demain, par une déception terrible pour notre pays, après un grand et bel espoir, par le sentiment qu’il en serait la victime et, tout d’abord, ses éléments déjà les plus défavorisés. » Faute de l’avoir écouté, nous vivons aujourd’hui ces temps de « déception terrible » prédits par Mendès France.

(Illustration : Pierre Mendès France)

mediapart.fr


Commentaires

Logo de goucho
L’avertissement prophétique de Pierre Mendès France
samedi 25 juin 2016 à 21h00 - par  goucho

Bien vu !
Quand on entend les commentaires sur l’UE, partout on nous dit que c’est le rempart contre l’enfermement, contre les nationalismes, une vaine lutte contre le mondialisme qui nous aide tant.
Multiples mensonges bien-sûr, qui empêchent de débattre sur le fond, c’est à dire sur la qualité de vie, sur les rapports sociaux, sur le pouvoir, ses détenteurs, leurs choix.
L’efficacité de ces arguments est considérable il ne se passe rien sinon que la précarité s’installe et s’étend .. il faut le Brexit pour que, peut-être le discours de nos élites s’oriente. Ne préjugeons en rien de ce qu’ils tenteront de faire ni de ce qui se fera. Nous avons trop perdu de temps et d’espoirs pour prendre le moindre risque intellectuel ou émotif.

Il n’y a pas de discours ou débat pro-UE sans que l’on entende que les anti-UE sont des anti-européens débiles - le mot débile ne vient pas mais on l’entend fort bien. Il y a toujours amalgame entre UE et Europe. Comme si l’UE, qu’il faut reformer et qui ne se reforme pas, - enfin à peine - était le seul compromis possible. Comme si, faute de mieux, il fallait soutenir ce système qui ne remplit aucune de ses promesses.
Sauf une, fallacieuse, la non-guerre. Comme si on avait déjà vu une démocratie (ou approchant) faire la guerre à une autre démocratie ?
De l’enfumage comme d’hab.

L’UE favorise les paradis fiscaux tout en nous faisant croire qu’ils ont disparus (liste noire vide avant panama papers ...)
l’UE favorise le rendement des multinationales,
l’UE favorise l’évasion fiscale
l’UE favorise l’évasion des capitaux vers le plus de rendement, comme le vent va vers les basses pressions, ça change tout le temps ... faite une société vivable avec cela !
l’UE favorise le chômage de masse,
l’UE favorise la précarité" - même l’Allemagne , notre modèle de réussite, a ses millions de précaires, des contrats de misère.
l’UE favorise la spéculation.

Alors ces bons et beaux esprits nous disent que les anti-UE sont des crétins. Non ils sont précarisés, hors prospérité,
salauds de pauvres !

Au lieu de dire, l’UE est à peine commencée, il faut lui adjoindre rapidement de nouvelles attributions pour éviter les précarités, éviter les injustices, éviter la domination de classe, on entend, que les anti-UE sont fascistes, une fois de plus le mot n’est pas lâché, mais c’est le sens de nombreux propos.

Disons les choses : l’UE favorise la domination des capitalistes au détriment des ’sans_capitaux’.
L’UE, comme l’a parfaitement vu Mendès favorise le libre capitalisme contre tous es autres (et la planète).

IL FAUT LE DIRE ET RÉPÉTER
C’EST UNE LUTTE DE CLASSES, PERDUE PAR LES NON-CAPITALISTES, les ouvriers employés précaires chômeurs retraités réfugiés ...

pas la peine d’ergoter sur les mots et chercher des explications compliquées.

seule solution la révolution, mettre à bas ce système dévastateur.

Site web : aire

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois