Les réfugiés vont réussir ce que les Européens n’ont pas su faire : anéantir l’UE

mardi 26 janvier 2016
popularité : 1%

Par Pierrick Tillet

Panique à Bruxelles, panique au FMI, panique dans les capitales européennes. Les rigueurs de hiver n’auront donc pas réussi à freiner l’ardeur des réfugiés qui affrontent les eaux glacées de la mer Égée et continuent de déferler sur les côtes turques ou grecques, passent par la Russie pour s’engouffrer au Danemark, en Finlande ou en Suède…

Les réactions des autorités et des populations autochtones sont à la mesure de leur panique : franchement dégueulasses, sinistres jusqu’à l’écœurement.
En Finlande, des milliers de demandeurs d’emplois sont priés de quitter illico le pays malgré un froid polaire qui atteint les -30° Celsius. Allez zou, direction la Russie de Poutine, ça leur fera les pieds !
Au Danemark, en Suisse, on saisit leurs maigres biens pour, prétexte-t-on, financer leurs séjours.
L’Union européenne soudoie la Turquie pour qu’elle bloque les rafiots des importuns, sans souci du sort fatal réservé à leurs occupants.
L’Autriche demande « l’exclusion provisoire » de la Grèce hors de l’espace Schengen pour n’avoir pas su refouler les siens.
À Calais, les autorités françaises n’en finissent pas de se couvrir de honte.

2016 pire que 2015 ?

Le pire est que tout cela ne servira à rien. Leurs conduites abjectes ne protégeront pas les riches Occidentaux en leur vieux continent assailli. La vieille Europe cède à l’affolement. Regardez-la multiplier les réunions cul-de-sac qui n’en finissent pas de repousser à Mathusalem l’ébauche d’un semblant de solutions cohérentes. Voyez-la s’épouvanter devant les inévitables débordements commis par des bandes de miséreux livrés à eux-mêmes, comme à Cologne pendant les fêtes de fin d’année.

Nous n’osons même plus nous avouer ce qui nous tombe dessus. Il faut parfois aller dans la presse étrangère pour découvrir ce qui se passe à nos portes. Vous le saviez, vous, que ce 21 janvier à Calais, de violents affrontements opposèrent les forces de l’ordre à des réfugiés ivres de colère ? Les prévisions les plus alarmistes indiquent que la situation risque fort d’être bien pire en 2016 qu’en 2015, qui fut elle-même bien pire qu’en 2014. Les saloperies commis à l’encontre des “barbares” sont en train de nous revenir sur la gueule en boomerang. Et du milliardaire George Soros à Jean-Claude Juncker en passant par Christine Lagarde, les cris d’effroi sont à l’unisson : « L’UE est au bord de l’effondrement. » Bah, après tout, à toute chose malheur est bon. Les réfugiés sont en passe de réussir là où les opposants au Traité de Lisbonne ont échoué : pulvériser l’Union européenne.

Complément d’info

Mon pote le Partageux m’envoie le message suivant : « Si tu lisais le blog Passeurs d’hospitalité, tu saurais qu’il y a des affrontements toutes les nuits ou presque depuis le début cette année. Tu saurais que les keufs aspergent de gaz la jungle en mesure de représailles. Les gens qui dorment dans les tentes souffrent de maladies respiratoires en raison de ces gazages à répétition. Tu saurais aussi un détail qui montre l’avancement de notre civilisation : pour fêter le nouvel an les flics ont aspergé toute la jungle de gaz ! Mais bon, tu es bien pardonnable : Philippe, son auteur, publie un texte chaque jour et parfois deux.

Hier une belle manifestation pacifique s’est terminée par la prise d’assaut du port par des gars souhaitant mettre en pratique immédiate leurs revendications. Et une cinquantaine a réussi à monter sur un ferry. Keufs bien emmerdés ne sachant trop comment les en déloger et contraints de parlementer ! »

yetiblog.org


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Corrida pouah !

mercredi 14 janvier 2015

La liberté selon Israël

jeudi 16 octobre 2008

Mahmud Hams, photographe palestinien de l’AFP, auteur d’un extraordinaire cliché montrant un missile tiré sur un groupe de maisons dans la bande de Gaza, n’a pu inaugurer l’exposition consacrée à son travail.

Malgré le visa délivré par l’ambassade de France en Israël et les certificats attestant que son voyage était pris en charge par l’AFP et la ville de Bayeux, il n’a pas été autorisé par les autorités israéliennes à quitter la bande de Gaza où il réside.

R.B. for NouvelObs