Val l’halluciné du Canard

lundi 20 avril 2015
popularité : 1%

Philippe Val revient ! Celui qui fut le patron de France Inter, après avoir été celui de Charlie Hebdo, est en tournée promotionnelle. L’ex-chansonnier publie un livre choc, « Malaise dans l’inculture » chez Grasset, dans lequel il nous explique comment la France a perdu toutes ses valeurs, et à qui la faute ! L’occasion de passer au Karcher nombre de ses contemporains, en gros tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui ou ont eu le malheur de le critiquer. Notamment Le Canard et Mediapart.

Dans un chapitre intitulé « Le journalisme malade de la sociologie », Val livre sa vision du métier. C’est simple comme le bon et le mauvais cholestérol. D’un côté il y a le bon journalisme : celui qui « donne à savoir », qui se consacre « à la récolte, à la vérification » et à la diffusion des choses « dignes d’être sues ». De l’autre, le mauvais : celui qui « se donne pour mission de révéler les choses cachées » et n’est mu que par le ressentiment contre les « dominants ». Ce journalisme-là « fait peser un soupçon sur le réel ». Comme on l’aura deviné, c’est ce que fait l’odieux Canard, que Val accuse, quelques pages plus loin, d’un abject méfait.

Il raconte qu’en 2013, époque à laquelle il dirige France Inter, un conflit l’oppose au Syndicat des journalistes, qui l’aurait alors accusé dans un tract de s’être offert une escapade avec son adjointe à Rome. Et, « le lendemain, un article du "Canard Enchaîné" reprend sans vérifier les termes du tract, lesquels, évidemment, sont des inventions. Mais une fois de plus, la réalité n’a pas d’importance, puisque c’est pour la bonne cause, laquelle consiste à accabler le camp du mal, c’est-à-dire la direction. "Le Canard" est informé de son erreur, aisément vérifiable. Et, la semaine suivante, que croyez-vous qu’il arriva ? Que "Le Canard fit" un démenti en lieu et place de sa diffamation ? Ce temps est révolu. Aucun démenti. Jamais. »

Honte à nous ! Illico, nous sommes partis en quête de l’article diffamatoire. Avons cherché, cherché encore. Rien, rien de rien ! L’écho n’a jamais existé ailleurs que dans l’imagination de Philippe Val. Nous l’avons contacté. Pas de réaction. Nous avons insisté. Et, là, « que croyez-vous qu’il arriva ? » Ce mail très mielleux du déontologue Philippe Val : « Cher Canard, cette fois-ci, c’est pan ! Mais sur mon bec. Dans mon livre "Malaise dans l’inculture", je t’accuse de m’avoir rendu coupable d’un voyage à Rome aux frais de "Radio France", ce qui n’a jamais eu lieu. Habitué de ta colonne "Canard Plus", je t’ai confondu avec un petit canard plus vilain, qui a répandu ce cancan. Je te prie de m’en excuser et j’en suis d’autant plus désolé que, chaque semaine, quand tu arrives dans les kiosques, j’ai la confirmation que je vis dans un pays de liberté. Pour moi qui suis un militant de la cause animale, imagine combien ta vie m’est précieuse et combien je me repends (sic !) de t’avoir gavé avec mon histoire. Correction sera apportée au prochain tirage. »

Assez de fleurs, c’est nous qui allons faire un malaise !

Le Canard Enchaîné N° 4929 du 15 avril 2015b


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Je suis (Charlie) sur écoute

dimanche 18 janvier 2015