Comment rester...

samedi 29 septembre 2007
popularité : 3%

... Comment rester cette nuit, insensible et puissant…, sensible et impuissant…, quand le peuple birman compte sur nous ?

On ne peut qu’espérer sans y croire qu’une part de l’armée birmane vienne à rallier le camp des manifestants, dérobant sous lui le socle de la statue du Commandeur tyrannique.

A mes élèves qui ne croyaient pas qu’une partie au moins de l’appareil répressif puisse basculer décisivement du côté d’une rébellion, j’ai cité au hasard des exemples historiques (sans jugement de valeur) : la Révolution des oeillets au Portugal en 1974, les révolutions de velours en Europe orientale pendant et après la chute du mur de Berlin, et même (il fallait oser !) la défection surprise de l’armée royale venue arrêter Napoléon quand il avait débarqué presque seul en Provence au début des Cent jours.

Maintenant, il ne nous reste qu’à lire un message personnel (indicible) :

Communiqué que vous ne lirez jamais.

Le samedi 29 septembre 2007,
Leurs excellences les généraux du
« Conseil d’Etat pour la Paix et le Développement »,
c’est à dire la junte militaire birmane,

tiennent à remercier chaleureusement les partis de gauche, syndicats et groupes militants de France,

pour avoir mis toute leur force d’inertie au service de l’esclavagisme corrompu et narcotrafiquant de Birmanie,

en prenant soin de ne pas convier les Français à se rassembler pour la Birmanie dans les villes et villages de France,

de ne pas proposer aux citoyens français de protester massivement auprès de l’ambassade birmane, de l’ONU et du gouvernement français,

de censurer le recours aux sanctions bancaires et au tribunal permanent réprimant les crimes contre l’Humanité ;

et ils saluent particulièrement tous les gouvernements européens pour avoir invité aimablement les autorités birmanes à de la « retenue » en ces jours critiques, une « retenue » en langage diplomatique qui était d’abord à usage interne, afin de retenir toute solidarité antifasciste et internationaliste occidentale envers le peuple birman.

Merci la France, merci Total !

Luc Douillard


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Sans papiers

mardi 3 juillet 2007

Selon le quotidien O Globo, les autorités brésiliennes ont infligé une amende à la compagnie Alitalia pour avoir transporté deux voyageurs sans papiers, arrivés à Sao Paolo le 9 mai dernier.

Le premier, connu sous le nom de Benoît XVI, s’appelle Joseph Ratzinger.
Le second, Tarcisio Bertone, est secrétaire d’Etat du Vatican.
Ni l’un ni l’autre n’avait songé à emporter son passeport.
O Globo ne précise pas si les deux clients d’Alitalia avaient subi le contrôle de sécurité au départ de Rome.

Les photos montrent pourtant, très distinctement, un objet métallique assez volumineux, en forme de croix, sur la poitrine de l’un et de l’autre.
Il serait étonnant qu’à leur passage le portique n’ait pas sonné.
A-t-on procédé alors à une fouille manuelle ?
Les longues robes des deux voyageurs - blanche pour le premier, noire avec une ceinture rouge pour le deuxième - devaient bien cacher quelque livre subversif.

Peut-être même le plus subversif de tous : celui qui invite à aimer ses ennemis, tendre l’autre joue et accueillir l’étranger, même sans papiers.

Transmis par Linsay

rougemidi.org

Martin Hirsch a des absences...

mercredi 27 juin 2007

Reçu de Daniel Deriot

Mercredi après midi, près d’une centaine de familles de mal logés de PARIS ont envahi un amphithéatre du Conservatoire National des Arts et Métiers,ou se déroulait un colloque intitulé "travailleurs pauvres et action sociale : nouvelle question sociale ? de l’impensé vers l’action..."Le Haut Commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, M.Martin HIRSCH aurait dû conclure cette rencontre, mais il ne s’est pas déplacé.

Alors que se terminait le quatrième mini forum de ce colloque organisé par l’École Supérieure de travail Social de PARIS, près d’une centaine de familles ont envahi un amphithéatre du C.N.AM (Paris 3éme) et ont déployé une banderole sur laquelle l’on pouvait lire "Mal logés en colère, non aux expulsions ". Les manifestants souhaitaient attirer l’attention de M.HIRSCH qui n’est autre que l’ancien président d’EMMAUS FRANCE sur les conditions de logement que rencontrent un nombre croissant d’habitants de l’Ile de France.

Le tout nouveau haut Commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté ne s’est pas déplacé, il devait conclure ce colloque de deux jours qui a regroupé des étudiants, des chercheurs et acteurs de l’action sociale autour des thèmes de la nouvelle pauvreté, de la valeur travail et de la construction du lien social... Les participants ont néanmoins mis à profit la fin de ces deux jours pour nouer des liens avec les familles en difficultés qui entendaient faire droit à leurs revendications avec une certaine détermination.