Ananas split

vendredi 11 mai 2012
popularité : 3%

À force de nous dire que ça fait maigrir, on a fini par le croire : chaque français avale 1,3 kilo par an d’ananas. Les importations ont quasiment triplé en dix ans dans toute l’Europe, pour le plus grand bonheur des supermarchés.


C’est d’ailleurs pour faire plaisir à la grande distribution que la multinationale américaine Del Monte Foods, l’un des plus gros producteurs mondiaux de fruits, a mis au point le Sweet. Un ananas hybride au goût ultra-sucré, résistant aux chocs et au passage en chambre frigorifique. Exit le Cayenne, la variété cultivée en Afrique de l’Ouest. Le Sweet est nettement plus rentable. Comptez 70 tonnes par hectare, contre 35 pour son cousin africain. Désormais le royaume de l’ananas, c’est le Costa Rica, où Del Monte a installé ses plantations.

Mais le meilleur dans le Sweet, c’est l’éthéphon. Un dérivé synthétique de l’acétylène. Aspergé quelques jours avant la cueillette, l’acide chloro-2-éthylphosphonique pénètre dans la plante et migre dans les tissus, où il est progressivement décomposé en éthylène, qui accélère la coloration des fruits. En clair, il permet de cueillir les ananas plus tôt, pour qu’ils durent plus longtemps dans les rayons, tout en faisant croire aux consommateurs qu’ils sont mûrs à souhait.

Seul pépin : l’éthéphon se retrouve sous forme de résidu sur les ananas. « Que Choisir » d’avril 2012 a révélé après analyse que « 86 % des échantillons sont contaminés par des résidus de traitement ». Sur 21 ananas achetés en supermarché, en épicerie ou au marché, deux échantillons sont carrément dans le rouge, avec des dépôts d’étéphon qui explosent de deux à cinq fois la limite maximale, la fameuse LMR.

Heureusement pour les producteurs d’ananas, l’Union Européenne a relevé en 2009 le seuil de sécurité de l’éthéphon. Le consommateur européen a ainsi le droit d’avaler des ananas avec quatre fois plus d’éthéphon qu’avant… Questionnée, l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments, qui a validé après coup cette nouvelle LMR, ne voit pas où est le problème... Comme le relève « Que Choisir », avec l’ancienne norme, ce n’est pas 10 % des ananas analysés qui se seraient retrouvés hors des clous, mais un tiers !

Bien sûr, on n’imagine à aucun moment que le lobby des producteurs d’ananas ait pu influencer le changement de norme. Et puis on ne va pas en faire une salade (d’ananas)…

Le Canard Enchaîné N° 4776 du 9 mai 2012


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars 2018

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant