Les adieux à l’arène

samedi 5 mai 2012
popularité : 1%

Par François Raynaert

L’égoïsme des gens. Le dimanche 6 mai, s’époumonent les commentateurs, se jouera l’avenir de notre pays. Et l’avenir de celui qui va peut-être se faire bananer, qui y pense ? Tout n’est pas joué, c’est évident, un miracle en sa faveur est encore possible : un tremblement de terre qui engloutirait la rue de Solférino ; l’avancée inopinée de la fin du monde annoncée par le calendrier Maya ; une déclaration de guerre à un pays pris au hasard juste pour montrer qui-que-c’est-qui-l’est le champion de la politique étrangère dans ce pays.

Comment masquer la lourde réalité qui semble pourtant se dessiner ? Pour le candidat sortant il y a du naufrage dans l’air. Ce que c’est que le destin. Ce quinquennat aura commencé sur un yacht. Il ressemble désormais à une barcasse qui prend l’eau. Mrs Guéant et Guaino, les derniers fidèles qui ne l’ont pas fuie, ont sorti les avirons, mais ils s’obstinent à ne ramer qu’à droite, ça n’aide pas à aller de l’avant. Le sarkozysme touche sans doute à sa fin, préviennent les éditorialistes. Qui doute de l’avenir du mouvement en cas d’échec ? Ce néolibéralisme canal hystérique aura été « La Ferme Célébrités » de la vie politique française : un truc un peu kitsch qui a amusé pendant une saison.

Il connaîtra le sort des hits qui n’en sont plus. Pendant quelques semaines encore, les producteurs tenteront d’épuiser le filon. On verra fleurir dans les émissions de télé les compils des meilleurs moments : Kadhafi à Paris, Enrico Macias à la Concorde, Carla à Eurodisney. Dans deux mois, tout sera bazardé chez les soldeurs. On retombera par hasard dans un bac sur un « discours de Dakar », égaré entre une lettre de Guy Môquet et un bon de vaccination contre la grippe A, et il nous paraîtra aussi exotique et suranné que les affiches de pub pour l’Exposition coloniale de 1931.

À 57 ans, Mr Sarkozy va donc peut-être se retrouver sur le carreau. Pour quelqu’un qui s’est tant glorifié d’avoir repoussé l’âge de la retraite, c’est cruel. La seule activité que l’institution propose aux ex dans son genre, c’est une paire de pantoufles au Conseil Constitutionnel. Vous imaginez le cauchemar d’avoir à se retrouver coincé entre Giscard, qui va lui refaire sa campagne de 1974, et Chirac, qui va le prendre pour son nouvel infirmier. Doit-il suivre la pente savonneuse qu’on n’ose entrevoir ? La chute dans la déprime, les journées accoudé au bar du Balto d’en bas de chez lui racontant pour la douzième fois l’héroïsme qu’il lui a fallu pour faire cracher à Bruxelles la baisse de la TVA dans la restauration ?

Hypothèse absurde, le président ne boit pas. Pourquoi sombrerait-il dans un pessimisme idiot ? Le sortant en voie d’être sorti est-il la première star à affronter les amertumes de l’après-gloire ? Toutes les voies ne sont pas faciles, c’est sûr. Songeons à celle qu’emprunte aujourd’hui cette autre grande vedette nationale qui, naguère, connut elle aussi l’ivresse d’une élection triomphale : Loana. Elle séduit toujours le public grâce à sa douce fragilité. Ce peut être un exemple pour le président sortant : il a jusqu’ici trop peu joué de cet aspect de sa personnalité. Mais cela demandera qu’il prenne beaucoup sur lui. Plus sûr est l’autre modèle jouable : Johnny. Je sais, dans le cinquante-huitième retour de grand fauve blessé qui n’en finit plus de renaître, le fameux rockeur belge frise en ce moment le pathétique. On ne saurait par ailleurs conseiller d’imiter son mode de vie en tout point : l’exil en Suisse et le redressement fiscal aux fesses, pour un ancien chef de l’État, ça la ficherait mal. Mais en termes de carrière ? Tous les deux ou trois ans, le crooner « umpiste » annoncerait des tournées de concert pour venir ululer ses tubes : « Ma nuit au Fouquet’s », « Casse-toi pov’ con »…

Les foules s’y bousculeraient de moins en moins, mais à chaque fois il aurait droit quand même à sa petite promo sur TF1 et à sa couverture de « Paris Match », autant d’attentions touchantes qui lui rappelleraient le bon temps.

Le Nouvel Observateur N° 2478 du 3 mai 2012


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Le loup est irréfutable

jeudi 31 décembre 2015