Un bon coup de fourchette

samedi 21 avril 2012
popularité : 2%


On pensait avoir déjà tout vu au rayon des régimes farfelus. Celui qui recommande de se nourrir quasi exclusivement de pamplemousses pendant deux mois et demi parce que ça « mange les graisses », le « régime Hollywood » où l’on n’avale que des fruits exotiques, sans oublier le fameux régime Dukan où l’on a le droit de se goinfrer mais seulement de protéines.


Et voilà que débarque « la méthode forking ». Ou « méthode fourchette », en français. Une idée de génie puisque vous n’utilisez au dîner que la fourchette pour manger, du coup vous avalez forcément moins d’aliments. (Ce à quoi n’avaient, bien sûr, pas pensé tous ceux, fort nombreux qui, jusqu’à ce jour, à table, se chargeaient la benne à la pelleteuse !). « Ce régime peut faire perdre 1,5 kilo par mois », assure sans rire le nutritionniste Jean-Michel Borys, qui vient de coécrire un livre pour vous convaincre que ne manger qu’avec fourchette est bon pour garder la ligne.

Jean-Michel Borys, qui est aussi endocrinologue et diabétologue, a une autre casquette, moins scientifique celle-là. Il est en effet vice-président de Protéines, l’une des plus grosses agences de communication santé. Laquelle travaille notamment pour Coca-Cola, le lobby du sucre, McDonalds, l’association des industriels de l’agroalimentaire, le syndicat de l’industrie agroalimentaire ou l’association des entreprises de produits alimentaires élaborés, comprenez les spécialistes des plats déshydratés, en conserve ou surgelés.

Les mauvais esprits pourraient dire que la boucle est bouclée, puisque le nutritionniste soigne la communication d’entreprises méchamment soupçonnées de nourrir l’épidémie d’obésité avec des aliments trop gras, trop sucrés ou trop salés. « Je sais que je suis la caution médicale du projet, je l’assume complètement », a expliqué tout guilleret au Canard Jean-Michel Borys. Tout aussi goûteux, Ivan Gavriloff, l’inventeur et coauteur de « La méthode forking », qui se présente comme « expert en innovation participative », a même pensé, un temps, monter dans la Sarthe une usine pour fabriquer des plats cuisinés frais à ne manger qu’à la fourchette uniquement. Neuf recettes étaient prévues, vendues entre cinq et six euros la barquette de 300 grammes.

Un projet au point mort, pour le moment, faute de capitaux. Le docteur Borys jure, cette fois, qu’il n’est pas dans l’aventure. Par manque d’appétit ?

Le Canard Enchaîné N° 4773 du 18 avril 2012


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars 2018

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant