La raison d’être d’un Parti Communiste

mardi 24 juillet 2007
par  Michel Peyret
popularité : 1%

C’est évident que nous avons des divergences , c’est ce que je me disais l’autre jour en terminant la lecture de ton texte et en m’interrogeant sur l’utilité de mon message. Et puis je ne regrette rien , je suis pour le débat , les échanges les plus diversifiés . Dans ce que tu appelles la "gauche" , il y a effectivement cette diversité et je pense qu’il faut s’efforcer de la faire vivre.

C’est pour cela que je suis pour le retour de la proportionnelle , la véritable , comme moyen de s’opposer à la bipolarisation , au bipartisme , qui sont castrateurs de cette diversité que je considère comme une richesse et non comme un handicap ...Ce qui ne m’empêche en rien d’oeuvrer pour des rassemblements les plus larges possibles . Quand 61% des Français considèrent le capitalisme comme négatif , pourcentage qui monte à 71% chez les jeunes , on peut penser en effet à de larges rassemblements populaires majoritaires sur des contenus anticapitalistes , bien au-delà de ce que l’on considère comme la "gauche" , minoritaire électoralement en France , au point que Mitterrand s’était senti contraint de "booster" Le Pen pour neutraliser une partie des voix de "droite" à l’aide d’un mode de scrutin funeste pour la diversité .

On peut même penser qu’il y a dans ce constat du "grain à moudre" pour un parti qui proposerait de sortir du capitalisme et mettrait la barre à ce niveau . Bref , il faudrait qu’il y ait un véritable parti communiste du 21eme siècle . Ce parti n’existe plus et je pense qu’il convient de le recréer . Je suiscommuniste . J’ai adhéré au PCF en 1953 et je l’ai quitté 53 ans plus tard , à l’automne 2006 , quand la campagne électorale a pris cette tournure annonciatrice de ce qu’ont été les résultats , notamment ceux du PCF . Le PCF a , dans les faits , cessé d’être communiste , il n’avait même pas un candidat propre , ni un programme communiste .

Le résultat est bien l’illustration de cette stratégie suicidaire qui se perpétue depuis deux décennies . Manifestement l’électorat communiste attendait autre chose, les appels à voter à gauche ne l’ont point convaincu , il a été sanctionné comme il avait déjà été sanctionné en 2002 après le bilan calamiteux du gouvernement de la "gauche plurielle" . Le texte de Blum de 1946 est significatif à plus d’un titre . Pas seulement parce qu’il ne parle pas de la "gauche" , Thorez avait la même absence d’utilisation en 1936 , lors du Front populaire , à quelques exceptions près , il l’écrivait alors entre guillemets . J’ai finalement fait un mot à Martelli pour lui demander que l’historien qu’il est fasse cette étude sur l’évolution historique de l’utilisation de ce concept . Peut-être a-t-il pris cela pour une provocation , ce serait dommage car le vide historique demeurerait . Le texte m’a aussi intrigué par le caractère de "classe" des concepts utilisés par Blum au point que je me suis demandé si ce n’est pas le PCF actuel qui apparait "réformiste" ou "social-démocrate"quand on compare les langages respectifs .

Mais , en 1946 , le PCF doit être encore dans les 26 ou 27% et il est au gouvernement . Blum , en quelque sorte , est obligé de "lui filer le train" , ce n’est pas l’époque où il affirme vouloir être "le gérant loyal du capitalisme" . Aussi , si je me résolvais à me dire de "gauche" après avoir lu Blum et ses propos révolutionnaires , je me dirai qu’il faut à nouveau un parti communiste à 26% pour faire bouger à "gauche" ! Au demeurant , on voit bien combien , à la Libération , il n’y a pas que les dirigeants de la "gauche"qui sont obligés de prendre en considération l’influence du parti communiste : c’est bien De Gaulle qui est aux commandes et c’est "droite" et "gauche" ensemble qui mettent en oeuvre le programme du Conseil national de la Résistance , les ministres communistes prenant une part prépondérente dans les acquis qui demeurent encore .

Voilà pourquoi , et entre autres , toutes les forces progressistes devraient faire en sorte de promouvoir un parti communiste de notre temps ayant une forte influence pour avoir la certitude de nouveaux acquis démocratiques et sociaux à la hauteur des nécessités et des possibilités de notre époque dans un processus de rupture avec le capitalime . Bien évidemment je vois bien pourquoi tout le monde ne partage pas mon opinion , j’ai affirmé que la diversité était créatrice , mais pour ma part je consacrerai ce qui me reste d’énergie à la renaissance d’un véritable parti communiste . J’ai écrit il y a peu un article intitulé :"J’ai confiance" et j’ai , avec quelques amis , lancé le projet d’Assises du communisme .


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Je suis (Charlie) sur écoute

dimanche 18 janvier 2015