Des téléchargements gênants

jeudi 12 janvier 2012
popularité : 1%

Par Stéphane Viossat

Des centaines de téléchargements pirates effectués depuis le ministère de la Culture ont été repérés par un blogueur.


Décidément, la lutte contre le piratage est une affaire compliquée. Alors que l’Hadopi assure qu’elle est prête à lancer la « troisième phase » de son action, au printemps prochain, un blogueur vient de faire des constatations confondantes. Nicolas Perrier (Nikopic.com) s’est amusé à utiliser le site YouHaveDownloaded.com en y passant au crible les 65 025 adresses IP du ministère de la Culture.

Simplissime à utiliser, le site a observé tous les échanges ayant lieu sur les réseaux P2P et a conservé dans une base de données toutes les adresses IP des téléchargeurs associés aux noms de fichiers téléchargés. Tout comme le fait l’entreprise Trident Media Guard, le prestataire qui espionne les réseaux d’échange pour le compte de l’Hadopi. Or, qu’a constaté Nicolas Perrier ? Naturellement, comme cela avait déjà été noté quelques jours auparavant pour des adresses appartenant à l’Élysée et d’autres à la RIAA (le gendarme américain de l’industrie du disque), que le piratage se cache parfois là où on l’attend le moins.

C’est un florilège de fichiers pirates qui aurait été téléchargé depuis la rue de Valois : de « Cowboys vs Envahisseurs » à « « Conan le Barbare », en passant par les albums de David Guetta, des jeux vidéo, des séries télévisées à foison… Un mélomane a même, semble-t-il, osé pirater Justin Bieber. L’Élysée avait déjà opposé un démenti absolu à l’utilisation de ses ordinateurs pour effectuer du piratage. Le ministère de la Culture n’a donc pas tardé à démentir à son tour.
Aucun téléchargement de ce type n’a pu, selon lui, être effectué en son sein, puisque « la configuration de son réseau empêche la connexion à des réseaux de pair à pair ». Réjouissons-nous ! Car nous tenons donc désormais une ligne de défense contre les allégations de l’Hadopi : lorsque celle-ci vous reprochera un défaut de sécurisation de votre réseau, vous n’aurez qu’à répondre que les téléchargements constatés ne peuvent avoir eu lieu depuis chez vous puisque vous n’autorisez pas la connexion aux réseaux P2P !…

Une procédure invérifiable

Bref, les arguments les plus flous semblent suffire au ministère de la Culture pour justifier son évident « défaut de sécurisation ». Heureusement, l’Hadopi a volé au secours de son ministère de tutelle, afin de fournir quelques arguments plus solides. Car l’affaire a permis de mettre en lumière l’un des défauts majeurs de la procédure de détection des pirates, avancés par les anti-Hadopi dès les premiers débats : l’adresse IP est loin d’être une donnée fiable.

L’Hadopi considère donc que son prestataire, TMG, ne se contente pas d’un relevé d’adresses, mais vérifie la réalité de l’échange de fichiers à un instant précis. Il faudra croire la Haute Autorité sur parole, car la procédure de TMG est particulièrement opaque. La Cnil elle-même regrette qu’aucune homologation du système n’ait été faite par un tiers et que les seuls audits prévus soient internes…

Bref, pour le piratage, la ligne du Gouvernement est claire : « Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ! »…

Micro Hebdo N° 717 du 12 janvier 2012

Un bref résumé du fonctionnement d’Hadopi


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois