Les faiseurs de viande

mercredi 9 novembre 2011
popularité : 3%

Vingt-cinq mille tonnes de steaks hachés : c’est ce qu’ingurgitent, chaque année, les Français. L’an dernier, il s’en est même vendu 7 % de plus en surgelés. Voilà un marché qui pète le feu grâce à la crise…


On sait que, ce qu’on nous hache menu, ce n’est pas du charolais mais de la vache de réforme, une laitière épuisée par six années de traite intensive. Mais, en plus, il y a tricherie sur la marchandise, comme on l’a vu récemment avec l’enquête de la Répression des fraudes sur les steaks servis dans les cantines. La DGCCRF en a prélevé dans 33 réfectoires d’hôpitaux, cantines scolaires et restaus U. Sur les 35 échantillons analysés, 12 affichaient trop de graisse (la limite fixée par l’Europe est de 20 % au maximum) et 23 trop de collagène.

En fait, les fabricants de steaks hachés travaillent avec du minerai. Quèsaco ? La carcasse de vache est divisée en trois lots : les protéines, c’est-à-dire le muscle, la graisse et le collagène – tendons et ligaments – qui servent ensuite à reconstituer le steak haché, avec le moins de viande rouge possible. Si l’on reprend les trouvailles des Fraudes, le steak de cantine à 20 % de matières grasses et, sur les 80 % restants, à 15 % de collagène, ça vous fait seulement 68 % de vraie viande.

En fin de compte, quatre fabricants de viande hachée qui fournissent les cantines contrôlées se sont retrouvés épinglés par la DGCCRF pour « non-respect de la composition du produit ». On se dit : ouf ! il n’y a pas tant de tricheurs que ça. Sauf qu’en France on ne compte que dix gros « faiseurs » de steaks hachés, comme on les appelle. C’est donc 40 % des industriels du secteur qui se retrouvent pris la main dans le sac.

Bizarrement, les prélèvements n’ont concerné que les cantines gérées en direct par les collectivités. Exit donc les Sodexo et autres géants de la restauration collective. Mais qu’on se rassure, l’amende ne dépasse pas 450 euros par steak non conforme repéré. Soit, pour le plus gros contrevenant, 45 000 euros. Et aucun risque que son nom soit rendu public, puisque la plupart du temps, pour ce genre d’infraction, la DGCCRF propose des transactions pénales : on se met d’accord sur le montant de l’amende et on efface les poursuites.

Transaction pénale qui garantit l’anonymat du margoulin… Elle est pas belle, la vie ?

Le Canard Enchaîné N° 4749 du 2 novembre 2011


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars 2018

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant