Sous nos applaudissements

(Jouanno et l’ours)
jeudi 29 juillet 2010
popularité : 2%


Je n’étais pas là. Physiquement, j’étais ailleurs tous ces derniers jours, et donc silencieux. Je rentre et découvre l’hallucinant propos tenu par Chantal Jouanno à propos de l’ours des Pyrénées. Vous le savez sans doute, la secrétaire d’État à l’Écologie a voulu faire plaisir aux braillards, aux Pyrénéens « de souche », dont nombre sont là depuis trente ans seulement, mais qui se croient pourtant les proprios de la grande montagne. Pauvres imbéciles. Je ne trouve pas d’autre mot dans mon vocabulaire. Imbéciles. Tartarins. Éternels personnages de la Comédie humaine, qui jamais ne mourront, je le sais bien.

Ils se sentent donc les maîtres, et sont venus à Toulouse à 200, pour impressionner la sous-ministre. 200 ! 200 ! Mais seraient-ils venus à cinq qu’ils auraient de toute façon obtenu satisfaction, car la messe était dite avant que de commencer. Fini de faire joujou. Fini les risettes aux écolos. Fini les trucages et manipulations du Grenelle de l’Environnement. L’heure est aux présidentielles de 2012, et aux câlins destinés au noyau dur de l’électorat espéré par Sarkozy. J’ai dit du bien de Chantal Jouanno une fois sur Planète sans visa, et je le regrette, car elle n’est bel et bien qu’une (minuscule) politicienne, aux ordres de son maître.

D’un côté - bien obligé, la biologie est une science -, elle a reconnu à Toulouse qu’une population d’ours n’est pas viable sur le plan génétique au-dessous de 50. Les Pyrénées en comptent autour de 20. Il en manque donc au moins trente. Mais, mais la dame a pourtant refusé le principe d’un renforcement avec des ours venus de Slovénie, comme cela a été fait depuis 1996. Soyons juste : une ourse unique devrait être réintroduite l’an prochain. C’est ridicule, inepte, c’est la preuve irréfutable que ces gens-là ne feront rien, et c’est la certitude qu’au mieux, quelques ours végéteront dans cette terre admirable - la montagne pyrénéenne - dont ils furent les maîtres authentiques pendant des centaines de générations.

Deux choses encore. J’ai la nausée. Au fond, rien d’autre. La petitesse de cette politique me donne le cafard. Puis, l’attitude des associations de protection des ours me navre. Je n’en dirai pas plus. Mais je n’en pense pas moins. L’infernale logique du « Grenelle de l’Environnement » pousse des gens que j’estime pourtant à se taire, ou à produire des communiqués tout empruntés, dérisoires, lamentables. La cause de l’ours mérite des cris, des actes, de l’audace. J’ose le dire : une mystique. Je ne vois rien venir.

fabrice-nicolino


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Protégez les loups

samedi 22 juillet

Protégez les loups
en vous promenant