La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

jeudi 1er juillet 2010
popularité : 1%

Par S. H.

Vous estimez que la lutte contre le chômage n’est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu’il n’y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet qui tienne la route et vous vous demandez pourquoi ? Voici la réponse.


Sachez, vous qui venez de perdre votre emploi et goûtez aux joies de la précarité tant vantée par Laurence Parisot, que le chômage est voulu et planifié car il est un outil économique indispensable au bon fonctionnement du système ultralibéral mondialisé dans lequel nous vivons. Outre maintenir sinon accroître la rentabilité des entreprises et réjouir les boursicoteurs et autres rapaces de la finance, le chômage a deux propriétés inavouables :

    • faisant pression à la baisse sur les salaires, il permet de contenir l’inflation ;
    • affaiblissant le salariat par la crainte qu’il suscite, il l’oblige à accepter des emplois de moins en moins dignes, subir des conditions de travail dégradées, etc… et permet de dérèglementer le travail.

Contenir l’inflation

Le grand public a souvent entendu parler du chômage « structurel », « conjoncturel », voire « frictionnel », mais il n’a jamais entendu parler du « chômage non accélérateur d’inflation » ou NAIRU (Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment dans sa version anglo-saxonne).
Bien connu des économistes, ce paramètre - inventé par deux pontes de la Banque Centrale Européenne - figure dans les glossaires de ceux qui nous dirigent. Sa définition est : taux de chômage en deçà duquel les salaires s’accélèrent. Puisque l’augmentation des salaires provoque celle de l’inflation, il est recommandé d’avoir un taux de chômage stable et durable que l’on peut noyer/escamoter dans le chômage dit « structurel » : chômage ne pouvant être résorbé par la seule croissance du PIB.

Tout cela se tient. Vous avez certainement remarqué qu’à la fin des années 80 on a commencé à parler de « chômage de masse ». Effectivement, depuis trois décennies, notre taux de chômage n’est jamais descendu en dessous de 7%, ce qui n’est pas un hasard. L’inflation galopante des années 70, considérée comme « néfaste pour l’économie », avait laissé un cuisant souvenir à nos élites... La maîtrise de l’inflation est donc devenue leur grande obsession. De même, c’est depuis les années 80 que le capitalisme s’est financiarisé, que la part des salaires dans la valeur ajoutée a chuté au profit du pouvoir actionnarial et que la croissance est devenue, elle aussi, une obsession pathologique, avec les conséquences que nous connaissons aujourd’hui.

Dérèglementer le travail

Rien ne vaut le chômage, véritable aubaine pour le patronat ! D’abord, il fait tellement peur aux salariés qu’il anéantit toute velléité de contestation. Quand on licencie, les actions grimpent mais, grâce au chômage, le patronat n’hésite pas à déployer l’argument de la sauvegarde des emplois afin de faire pression sur le gouvernement : ainsi lui accorde-t-on toujours plus de subventions et/ou d’exonérations fiscales et sociales ; ainsi vote-t-on nombre de mesures visant à « assouplir » toujours plus un maximum de règles au détriment des salariés et à affaiblir le Code du travail, au nom de la compétitivité.

Quant au sort des chômeurs, strictement lié à celui des travailleurs, il est écrit noir sur blanc dans un rapport de l’OCDE ("Stimuler l’emploi et les revenus" - Perspectives de l’Emploi 2006) : « Les réformes structurelles qui commencent par générer des coûts avant de produire des avantages, peuvent se heurter à une opposition politique moindre si le poids du changement politique est supporté dans un premier temps par les chômeurs. En effet, ces derniers sont moins susceptibles que les employeurs ou les salariés en place de constituer une majorité politique capable de bloquer la réforme, dans la mesure où ils sont moins nombreux et souvent moins organisés. » CQFD.

La lutte contre le chômage ? Du vent, que du vent !

Le gouvernement ne se fait pas prier : alors qu’il supprime des postes de fonctionnaires par dizaines de milliers, il invente des dispositifs qui banalisent le précariat (contrats aidés, RSA « de complément »…) et en fait la promotion (services à la personne en intérim, métiers « en tension »…) au nom de la lutte contre le chômage. Car un travailleur précaire, c’est un demandeur d’emploi en moins dans les chiffres officiels ! La notion d’« emploi » (le bon vieux CDI) est remplacée de façon manifeste par celle d’« activité » (réduite : c’est d’ailleurs la définition des catégories B et C de Pôle Emploi). L’équation est simple : « plein emploi » = « pleine activité » = « plein emploi » précaire = « sous-emploi » de masse qui, à terme, doit se substituer au « chômage de masse » et hop !, le tour est joué. La crise tombe à point nommé pour généraliser le travail en miettes et sous-payé : il est là, le véritable projet.

Afin d’optimiser cet objectif, il faut aussi lutter contre les chômeurs. Plus on les culpabilise, plus on les presse et on les sanctionne, plus on les stigmatise et on les écrase, mieux c’est. Ces épouvantails à salariés resteront muets et bien dociles.

Pour éradiquer le chômage, deux solutions

La première est radicale. On a vu que ce fléau fait partie intégrante de notre système économique et qu’il permet à ceux qui en tirent les rênes de prospérer, le plein emploi étant l’ennemi des profits : il faut donc en finir avec lui.
Mais, hélas, ce n’est pas demain la veille ! On le voit actuellement : malgré la crise que nous traversons, personne ne compte changer quoi que ce soit à ce système pourri jusqu’à la moelle. Au contraire, les crises successives servent à l’asseoir un peu plus (cf. La stratégie du choc de Naomi Klein : le capitalisme se nourrit des désastres et s’arrange même pour en créer). À moins de couper les têtes de ses instigateurs, bénéficiaires et défenseurs, il n’y a pas d’issue.

La seconde est plus nuancée. Puisqu’il n’y a pas de travail pour tout le monde, que cela n’ira pas en s’arrangeant et qu’on ne va tout de même pas euthanasier tous ceux qui, exclus de l’emploi, sont de trop et connaissent déjà une mort sociale, alors pourquoi ne pas admettre officiellement cette évidence et instaurer un « revenu universel » ou « revenu de vie » ? Voici son principe à lire ici

Hélas, cette idée est aussi inenvisageable - même à moyen terme - car elle dissipera la peur, cet autre indispensable outil de domination, chez les individus et fera à nouveau pencher la balance du côté du salariat puisque, pour trouver des candidats au travail, le patronat devra rendre l’emploi nettement plus attractif...

Tout cela est bien désespérant, mais il faut être lucide. Promesse électorale récurrente et monumentale hypocrisie, la lutte contre le chômage a toujours été un attrape-nigauds, et jamais une priorité. Car les licenciements et la précarisation du travail sont devenus des composantes essentielles de la productivité des entreprises : par leur sacrifice, les chômeurs et les précaires sont bien des agents actifs de cette prospérité. Comprenez qu’un tel cynisme ne puisse être confessé...

S.H.

actuchomage.org


Commentaires

Logo de jepelia
La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle
jeudi 1er juillet 2010 à 08h41 - par  jepelia

Il y a une autre manière de supprimer le chômage.
Et il est dans les cartons, prêt à être mis en place dès que la Retraite sera réglée.
C’est le paiement à la tâche et non plus à l’heure . Ainsi pas de congés payés, pas d’heures supp., déréglementation totale, commencé avec les 35h.

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois