Un tour de cochon

vendredi 8 janvier 2010
popularité : 1%

Dans « 2001 : l’odyssée de l’espace », Stanley Kubrick sert à ses astronautes du bœuf synthétiquement reconstitué. Eh bien, figurez-vous qu’une joyeuse bande de scientifiques s’est mis en tête, pour cette nouvelle décennie, de nous faire avaler la même tambouille.

Les chercheurs néerlandais de l’Université de technologie d’Heindoven viennent de réussir à faire pousser de la viande in vitro. En fait, des cellules de muscle porcin ont été mises en culture dans un sérum nutritif concocté à partir de sang de fœtus de cochon. Le plus appétissant, c’est qu’avant de réussir cet exploit culinaire l’équipe s’était fait un nom dans la chirurgie reconstructrice, plus précisément dans la culture des vaisseaux sanguins humains. Jusqu’à ce qu’un marchand de saucisses s’entiche de leurs compétences.

En l’occurrence Stegeman, la filiale néerlandaise de l’américain Smithfield Foods, numéro un mondial de la transformation de viande de porc avec 28,5 millions de cochons utilisés chaque année et environ 8 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Ce mastodonte de la charcuterie, qui possède, entre autres, chez nous, Justin Bridou, Cochonou, Aoste et Jean Gaby, a défrayé la chronique l’an dernier lorsque les premiers cas de grippe A sont apparus pile-poil dans la région où sa filiale mexicaine possède huit porcheries industrielles géantes…

Certes, le morceau de viande obtenu en éprouvette serait apparemment gluant et sans goût. Mais peu importe, puisqu’il suffira d’épicer la saucisse. On attend avec impatience les montagnes de sauciflards fabriqués quasiment ex nihilo dans des usines dignes de « L’aile ou la cuisse ».

Et vendues avec l’estampille « aucun animal n’a été tué » et « Bon pour la couche d’ozone ». À moins que les consommateurs ne fassent leurs têtes de lard…

Le Canard Enchaîné N° 4654 du 6 janvier 2010


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Nouvelle convocation José Bové au tribunal d’instance

samedi 8 décembre 2007

Reçu du "Collectif des faucheurs Volontaires Rhône-Loire"

José se retrouve à nouveau devant la JAP lundi 10 décembre au matin, il faut à nouveau tous être présents pour soutenir la fin de toutes les condamnations contre les militants anti-OGM.

RAPPEL :

Lundi 12 novembre, José Bové est ressorti libre du bureau de la juge d’application des peines du tribunal de Millau. La magistrate et le porte-parole des Faucheurs volontaires ont discuté de la façon dont celui-ci pourrait accomplir la peine que lui a infligée la cour d’appel de Toulouse le 15 novembre 2005 : quatre mois de prison ferme, en tant que récidiviste, pour avoir participé au fauchage d’un champ de maïs transgénique le 25 juillet 2004 à Menville (Haute-Garonne).

En droit, la juge pouvait placer M. Bové sous bracelet électronique, mesure que le leader paysan avait par avance rejetée. Ce refus aurait pu justifier sa mise en détention immédiate. Selon son avocat, Me François Roux, José Bové a indiqué qu’il acceptait un aménagement de sa peine, qui pourrait prendre la forme de "jours amendes". La juge l’a convoqué le 10 décembre, pour un débat contradictoire avec le procureur.

cactus pubis

samedi 24 novembre 2007

Au poil !

Un cactus sur lequel poussent des poils pubiens ?

Voilà qui ne manque pas de piquant. Cette œuvre conçue par Laura Cinti est l’une des pièces phares du Festival international des sciences d’Edimbourg, en Ecosse. Pour réaliser The Cactus Project, l’artiste “transgénique” dit avoir introduit du matériel génétique humain dans le génome d’une cactée.

En 2000, l’artiste brésilien Eduardo Kac avait déjà exposé un lapin transgénique vert fluorescent, doté d’un gène de méduse. Si le directeur du Scottish Arts Council – l’ancien évêque d’Edimbourg – a quelques réserves en ce qui concerne la manipulation d’animaux, l’œuvre de Laura Cinti ne lui pose pas de problème éthique. “Faire pousser des poils pubiens sur un cactus ne fait de mal à personne”, estime-t-il.

courrierinternational