Le labo GSK reconnu responsable d’une sclérose en plaques

samedi 27 juin 2009
popularité : 2%

Le laboratoire pharmaceutique a été reconnu responsable de la sclérose en plaques d’une adolescente, survenue après sa vaccination contre l’hépatite B.

Par Florent Latrive

C’est une victoire pour tous ceux qui cherchent à faire établir en justice le lien entre la vaccination contre l’hépatite B et la sclérose en plaques. Après plus de dix ans de procédure, le laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK) vient d’être reconnu « entièrement responsable » pour la sclérose en plaques diagnostiquée chez une adolescente en 1998, quelques mois après sa dernière injection du vaccin Engerix B contre l’hépatite B.

La décision du Tribunal de Grande Instance de Nanterre, en date du 12 juin et révélée par Libération, condamne GSK à verser 396.000 euros de dommages-intérêts à la jeune femme, aujourd’hui âgée de 27 ans.

Cette décision est une première depuis un arrêt de la Cour de Cassation de 2003 indiquant que le lien entre la vaccination et la sclérose en plaques ne pouvait être établi.

L’histoire débute en 1994, quand Camille [1], alors âgée de 12 ans, reçoit une première injection d’un vaccin contre l’hépatite B. Nous sommes alors en pleine campagne nationale : les pouvoirs publics incitent la population à se vacciner contre une maladie susceptible de déclencher des hépatites aigües et des cancers du foie. Entre 1994 et 1998, 20 millions de Français sont vaccinés, le tiers de la population.

En février 1997, Camille subit son rappel du vaccin. Dès avril, elle est hospitalisée pour des troubles de l’équilibre et de la vision, constatées lors d’une compétition de gymnastique rythmique. En janvier 1998, le diagnostic formel tombe : c’est la sclérose en plaques. L’adolescente est alors âgée de 15 ans. Sa mère dépose plainte contre GSK en février 1999.

Des centaines de plaintes similaires ont été déposées devant les tribunaux civils, mais aussi au pénal : la juge Marie-Odile Bertella-Geoffroy, qui dirige le pôle de santé publique à Paris, a mis en examen GSK et le français Sanofi Pasteur MSD l’an dernier pour « tromperie aggravée ». L’affaire est toujours en cours d’instruction.

Comme bien souvent dans les affaires de santé publique, il est très difficile d’établir la preuve avec certitude. Les études scientifiques tentant de prouver le lien entre la vaccination contre l’hépatite B et la sclérose en plaques peinent à prendre en compte des accidents qui, en tout état de cause, demeurent rares. En septembre 2008, une étude menée par une équipe de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris concluait ainsi à un risque non-nul, mais faible sur les enfants.

Pour le Tribunal de Nanterre, nul besoin d’attendre une preuve définitive, qui ne viendra sans doute jamais. La responsabilité du laboratoire est engagée s’il existe des « présomptions précises, graves et concordantes », ce qui est le cas pour Camille. Contacté par Libération, GSK refusait jeudi en fin d’après-midi de commenter cette décision ou dire s’il comptait faire ou non appel.

liberation.fr


[1Le prénom a été modifié


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Annulation essais OGM de 2006

dimanche 30 novembre 2008

La Confédération paysanne vient enfin de se voir notifier à la suite des
recours déposés par le syndicat et d¹autres intervenants l¹annulation par
des arrêts successifs du Conseil d’État dans les dernières semaines de
toutes les autorisations d’essais OGM accordées en 2006.

Ainsi, Biogemma, Monsanto, Pioneer et Syngenta ont semé en 2006, 2007 et
pour certains en 2008 des essais aujourd’hui dépourvus de base légale.

Plus d’infos :
confederationpaysanne.fr

Le Collectif des Faucheurs Volontaires Rhône-Loire