Près de huit millions de personnes pauvres en France

samedi 9 mai 2009
popularité : 1%

Selon une étude de l’Insee, 13,2% de la population française vivait en dessous du seuil de pauvreté en 2006, c’est-à-dire avec un revenu disponible inférieur à 880 euros par mois. En 2004 ce taux était de 11,7%.

Près de huit millions de personnes vivent sous le seuil de pauvres en France. (Sipa)

L’Insee rappelle qu’en 2006, une personne vivant seule était qualifiée de pauvre quand son revenu disponible était inférieur à 880 euros par mois et à 1.320 euros pour un couple sans enfant.
Près d’un tiers des personnes vivant au sein d’une famille monoparentale (30,3%) étaient confrontées à la pauvreté, soit une proportion 2,3 fois plus importante que dans l’ensemble de la population. Cela représentait plus de 1,6 million de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. A noter que les familles monoparentales sont le plus souvent constituées d’une mère et de ses enfants (85% des cas).

Un retraité sur dix en dessous du seuil de pauvreté

A l’inverse, les ménages les moins touchés par la pauvreté étaient les couples sans enfant : seuls 6,4% des personnes en couple sans enfant étaient dans ce cas.
Dans cette étude intitulée "Inégalités de niveau de vie et mesures de pauvreté en 2006", l’Insee note qu’au cours des dix dernières années, la baisse de la pauvreté a plutôt bénéficié aux familles nombreuses (couples ayant trois enfants ou plus), dont le taux de pauvreté a diminué de l’ordre de cinq points, alors que la situation des personnes seules et des familles monoparentales a peu évolué.

L’emploi reste une protection contre la pauvreté, observe aussi l’Insee. _ Ainsi, en 2006, 9,8% des personnes actives, au sens du Bureau international du travail (BIT), c’est-à-dire occupant un emploi ou en cherchant un, avaient un niveau inférieur au seuil de pauvreté, alors que 15% des inactifs étaient dans cette situation.
Près d’un retraité sur dix (9,6%) avait un niveau inférieur au seuil de pauvreté, ce qui représentait 1,2 million de personnes. Les taux de pauvreté des enfants et des étudiants vivant chez leurs parents étaient élevés, respectivement 17,7% et 18,2%.

Niveau de vie croissant jusqu’à la retraite

L’Insee souligne par ailleurs qu’en 2006, le niveau de vie était globalement croissant avec l’âge jusqu’à 59 ans, puis décroissant. A partir de 50 ans, la taille des ménages commence à se réduire avec le départ des enfants qui ont grandi, et le niveau de vie moyen est ainsi maximum pour la tranche d’âge 55-59 ans. Après 60 ans, le revenu est principalement composé de pensions et retraites, qui sont inférieures aux revenus d’activité de la période précédente.

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, les générations n’ont toutefois pas toutes au même âge des niveaux de vie équivalents. Si les générations nées avant 1950 ont, à chaque âge, un niveau de vie supérieur à celui de leurs aînées, ce n’est plus le cas pour les générations suivantes.
L’Insee observe par ailleurs qu’en 2006, le niveau de vie médian, qui partage la population en deux parties égales, était de 17.600 euros, soit 1.470 euros mensuels. Le niveau de vie des 10% de personnes les plus aisées était 3,4 fois supérieur à celui des 10% des personnes les plus modestes. (Nouvelobs.com avec AP)

tempsreel.nouvelobs.com


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Hopitaux en danger

jeudi 19 avril 2018